Forum non officiel sur le chanteur Bruno Bénabar
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Thomas Dutronc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
AuteurMessage
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Thomas Dutronc   Sam 26 Sep - 12:52

* 16 juin 1973 : naissance de Thomas Dutronc, à Paris. Sa mère : Françoise Hardy, son père : Jacques Dutronc. Excellent élève (mention assez bien à son bac C à 17 ans), il se passionne d'abord pour la photographie puis découvre la musique de Django Reinhardt qui lui donne envie d'apprendre à jouer de la guitare à 18 ans. Après avoir fait ses gammes en côtoyant les meilleurs musiciens de Jazz manouche en plein cœur du marché aux puces de Saint-Ouen, il se lance assez rapidement dans la carrière de musicien.

* 1995 : Il collabore avec son père, Jacques Dutronc, sur l'album Brèves Rencontres.

* 1999 - 2001 : Deux expériences cinématographiques comme comédien dans le premier film de Valérie Lemercier : Le Derrière, et dans celui d’Alain Soral : Confession d'un dragueur. Il écrit pour Henri Salvador (Mademoiselle). Il entre dans le groupe Gipsy Project de Biréli Lagrène durant une année.

* 2002 : Thomas crée l’A.J.T. Guitar Trio avec Antoine Tatich et Jérôme Ciosi, venus tout droit de Corse.

* 2003, il participe avec -M- (Matthieu Chedid) à la musique du film Toutes les filles sont folles, de Pascale Pouzadoux et à celle du dessin animé Les Triplettes de Belleville, de Sylvain Chomet. Il réitère en 2005 pour signer la musique du film Les Enfants de Christian Vincent. Il compose aussi pour le chanteur Jacno et participe en tant qu’arrangeur et réalisateur aux albums de sa mère, Françoise Hardy.

* 2005 - 2007 :
Reconnu en tant que guitariste, il se produit dans divers clubs de jazz, comme le Sunset-Sunside et le New Morning à Paris, et participe à quelques festivals.
Il tourne à travers toute la France avec son quartet, Thomas Dutronc et les esprits manouches avec Jérôme Ciosi, Bertrand Papy et Stéphane Chandelier, pour présenter un spectacle musical mis en scène par Matthieu Chédid et Cyril Houplain.

* octobre 2007, sortie de l’album "Comme un manouche sans guitare" où Thomas se révèle comme chanteur tout en restant fidèle au style musical qu’il affectionne. Deux mois après sa sortie, l'album est disque d'or.


* février 2008, le Grand Prix de l’Union Nationale des Auteurs et Compositeurs (UNAC), lui est remis pour sa chanson : J'aime plus Paris.

* novembre 2008 : Premier passage à L’Olympia de Paris.

* février 2009 : Victoire de "la chanson originale de l'année" pour 'Comme un manouche sans guitare' lors des 24e Victoires de la musique.

* mars 2009 : Première participation à la tournée "Les Enfoirés"

* Février 2010 : participation aux Enfoirés "La crise de nerfs"

* 2010 : participation à l'album d'Imuvrini

* 2010 : Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres

* Février 2011 : Participation aux Enfoirés "Dans l'œil des Enfoirés"

* Octobre 2011 :Sortie de l'album Silence On tourne, On Tourne en rond

* Fin 2011 à février 2013 : tournée

* 2012 : Participation au film  Hénaut Président

* Février 2013 : Victoires de la musique nommé dans la catégorie Tournée, Spectacle musical

* Février 2013 : Participation aux Enfoirés "La boîte à musique des Enfoirés"

* Mai 2013 : ambassadeur du parfum Acqua Forte Cerruti 1881

* Octobre 2013 : Parrain des Vendanges de Montmartre aux côtés de Nolwenn Leroy

* Novembre 2013 : Thomas est le Soldat Rose 2

* Novembre 2013 : Participation à "I love Disney" sur lequel il chante la B.O. des Aristochats


Dernière édition par Agnès le Mer 4 Déc - 0:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Liens utiles vers Thomas Dutronc   Sam 26 Sep - 12:57

Le site officiel de Thomas : ICI

Le forum Thomas Dutronc "Frites & Love" (où vous pourrez me trouver aussi ...) : LA


Dernière édition par agnes le Sam 26 Sep - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Twitter   Sam 26 Sep - 12:58

Thomas Dutronc sur Twitter : LA

Le site n'a rien de culturel, loin s'en faut mais il est amusant de constater que Thomas s'y rend presque tous les jours, poste des photos, lance des débats, demande si quelqu'un est connecté. Tout cela est bien futile mais sa participation fait plaisir. Si vous voulez le voir avec un tuba sur la tête, allez-y !
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Lun 5 Oct - 10:01

Thomas s'est inscrit sur le forum ""Thomas Dutronc, frites & love" et a parlé !!!

(et qu'on ne ma dise pas que ce n'est pas lui, nous y avons largement travaillé et le fait a été vérifié ...!)
Revenir en haut Aller en bas
Nadine

avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 20/07/2009
Age : 39
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Lun 5 Oct - 10:36

Super ! Très sympa !
On arrive pas à en faire autant avec Bruno ?
Revenir en haut Aller en bas
MéLie-MéLo

avatar

Messages : 2667
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 30
Localisation : Doubs

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Lun 5 Oct - 10:39

Hihih c'est chouette ça Smile travail récompensé !
Revenir en haut Aller en bas
http://myspace.com/moi_melimelo
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Lun 5 Oct - 15:52

Oh ! C'est super ça !
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Entretien culinaire   Mer 25 Nov - 13:22

Vu dans ELLE :



Première… disons, ébriété ?
A 12 ans. Le fautif, Serge Gainsbourg.
Il déjeunait avec mes parents dans un restaurant parisien et en douce, il me passait des coupes sous la table. En sortant j’ai dit : «Comme je comprends papa ! » C’était très agréable, je me sentais bien. Quand j’étais enfant, vers dix ans, je jouais au barman à la maison, en Corse. Super, le maniement du shaker ! Je préparais pastis, Blue Lagoon et Bloody Mary pour les amis de mon père. Et aussi son cocktail préféré la Soude, champagne et tequila frappé. Cocktails, qu’il ne buvait pas ! Il aimait voir les autres rouler sous la table… Je gagnais un à deux francs par verre, et je zappais la plage sans problème.

Vous avez eu un bon entraînement !
Une bonne formation, oui... Celui qui trouvera le remède contre la gueule de bois fera fortune. Avant chaque concert, pour se mettre en forme, on a souvent besoin d’un petit booster. Ti-punch, whisky… juste un peu d’alcool fort.

Et après avoir joué?
Pour se relaxer, c’est obligatoire aussi de boire ! Je suis le seul type qui boit en travaillant et qui refuse souvent des verres parce qu’il est en vacances. Avec moi c’est « jamais pendant les vacances !»

Avez-vous des préférences pour le vin ?
D’abord je préfère le boire que d’en parler. Puis aussi l’ambiance dans laquelle on boit est déterminante : je préfère de loin une piquette avec de bons amis qu’un excellent vin à une table où on s’emmerde ! On oublie parfois quelque chose de basique à force de faire les spécialistes en vin ou à force d’en parler : le vin doit être bon ! Oublions les histoires de parfum, de force, etc. La première chose à se demander c’est « est-ce que j’ai eu du plaisir à le boire… » Ce plaisir est essentiel et primordial… A trop intellectualiser la dégustation, parfois on peut s’égarer. Sinon pour mes préférences en vin, je ne suis pas braqué sur des régions. Je n’ai aucun a priori. Je suis curieux, mais je ne prends pas de notes. Dans mes valeurs sûres, il y a le Haut-Brion, l’Ausone, quelques vins blancs secs. Et forcément, les vins corses ! Ils ont fait beaucoup de progrès. Toniques et forts en parfum. Alzipratu, Fiumicicoli, Peraldi, Colombu… et j’en oublie. Le blanc d’Antoine Arena aussi, excellent…

Quels sont vos goûts culinaires ?
J’aime les choses simples faites avec art. Un bon melon peut valoir tous les plats cuisinés de la terre. Avec la nourriture j’ai un rapport de bonne santé, j’évite les plats en sauce. Malgré ça, la viande avec des frites reste mon repère basique ! Même pour ce plat simple, il est difficile de trouver un restaurant qui vous le fasse correctement, les viandes sont souvent trop imprégnées d’huile, jamais assez grillées comme avec un feu de bois et les frites ne sont jamais fraîches ! Cela dit, évidemment, la gastronomie me plaît beaucoup.

Finalement, que représente un bon verre pour vous ?
L’alcool, c’est pour le moral. Comme je l’ai déjà dit, je préfère boire une Kro tiède avec des gens que j’aime, que de meilleures choses avec des raseurs. L’idéal étant d’allier gens sympa et bons vins ! Comme à Saumur, lors des journées du Livre et du Vin, arrosées de Trésor de Bouvay-Ladubet.

Etes-vous aussi champagne ?
C’est la bière du riche. C’est frais, c’est fin et ça se boit facilement. L’une des joies d’avoir vendu des disques est celle-ci : on peut boire du bon champagne plus souvent ! C’est un des plaisirs que je m’offre avec le succès de ma tournée…

Avez-vous une cave ?
J’ai le projet d’en acheter une prochainement. J’ai déjà un beau bar plein de whiskies, d’eaux-de-vie. Comme je ne suis pas très restaurant, je préfère improviser un dîner à la maison avec mes amis... saucisson, poulet, frites, vieux comté, fruits et... bonnes bouteilles !
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Studio Europe 1   Ven 4 Déc - 12:38



Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Jeu 17 Déc - 22:40

Thomas n'a pour l'instant sorti qu'un seul album intitulé "comme un manouche sans guitare", en 2007.



Plusieurs chansons, plusieurs morceaux musicaux et un duo avec Marie Modiano.
Grâce à Deezer, vous pouvez le découvrir (si ce n'est pas encore fait) ICI
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Mar 5 Jan - 13:06

Thomas Dutronc : de Paris au manouche

le 4 janvier 2010

J’aime plus Paris, vous connaissez ? Oui, Thomas Dutronc, le fils de Jacques…Stop on oublie. On efface, on réécrit le tableau, et l’on espère proposer ici un regard un peu plus entier sur ce (très beau) chanteur et guitariste épris de liberté.
Un musicien qui nous offre un film musical, un CD live pour son spectacle ‘Comme un manouche sans guitare’…Et qui chante.
Pour le DVD, on a tout fait en trois mois avec deux arrangeurs, c’était difficile, mais ça marche. Malgré tout ce qu’on raconte avec internet aujourd’hui, on ne peut pas vraiment faire de scène sans disque. Déjà un peu sur mon nom de famille, on a réussi à avoir quelques dates, mais on n’arrivait pas à décoller du tout. Mon idée, c’était de faire un DVD, pas un CD. Mais un DVD, tout le monde s’en fout un peu…On ne m’a pas demandé de chanter ni rien, mais j’avais envie d’écrire des textes, la musique un peu aussi, et puis en les chantant moi, je me suis dit que c’était pas plus mal.
Le support propose un film travaillé et mis en scène, avec de grands espaces naturels…
Ce sont des endroits auxquels j’étais attaché. Je ne sais pas si ces espaces correspondent à ma musique, pourquoi pas…En tous cas ce sont des endroits qui me touchent et qui vont bien avec notre ambiance. Le moment où l’on joue tout nus aussi, c’est l’une de mes brillantes idées (rire)…Et pendant quinze jours, matin, midi et soir, on a bossé dessus. A la fin j’ai cru que j’allais faire une crise nerveuse. Je me suis vraiment investi dans ce projet, comme dans tous mes projets, parce que j’aime travailler, et ça me tient à coeur de faire quelque chose qui me correspond.
S’appeler Thomas Dutronc, fils de Jacques Dutronc et de Françoise Hardy…
C’est une chance. De famille, c’est vrai qu’il y a comme une tradition. Une famille assez musicienne, les Dutronc : est-ce qu’il y a un gène de la musique, je ne sais pas, une sensibilité en tous cas. J’essaie de me guérir aussi, il y a une fibre comme ça… On ne parle pas vraiment des choses mais on se sert de la musique pour s’exprimer. Il faut savoir l’écouter, maintenant je suis dans le rayon pop, chanson, mais ce que j’aime avant tout c’est la musique, l’instrument. Et puis le nom ça peut être bien, mais aussi dangereux. Et pour ce que nous faisons, il n’y a rien à faire, il faut savoir jouer de la guitare. C’était tout l’intérêt, cette idée de faire mes preuves en tant que musicien.
Ecouter du jazz manouche et Django Reinhardt…
Je suis très fier qu’on m’associe au jazz manouche, c’est ce que j’aime et je me suis fait dans ce milieu-là, pas uniquement musicalement. Cela dit sur mon disque, j’essaie de m’en éloigner parce que c’est beaucoup plus simple de faire des chansons que du Django. Pour les manouches, c’est une vraie tradition, faire des textes, parler, être écouté…J’ai découvert les années 30 et 40 à 18 ans seulement. J’étais à la recherche d’une maturité. Je me suis mis à lire, à écouter des tas de choses et j’ai découvert Reinhardt. Pour moi, c’était l’élément parfait qui me donnait une cohérence.
Mais quelle est donc la magie de ce maître de la guitare, inspirateur de tous…
Mon spectacle commence avec l’un de ses chorus justement, sur le cd live. Il est fabuleux, mélodiquement et rythmiquement unique, c’est une sorte de génie qui vient d’on ne sait où…Le jazz, c’est toujours un peu la même chose en un sens, parce que le travail des uns et des autres est toujours repris et retravaillé. Mais Reinhardt, impossible de s’en lasser. Ninine Garcia, un guitariste que j’aime beaucoup, qui a composé un titre sur l’album (Veish A No Drom, ndlr), me disait que tout le monde ne peut pas s’appeler Django, mais que ce qui est important, c‘est trouver sa voix, son petit caractère personnel, même modeste. J’ai eu envie de faire un disque qui me ressemble, avec des blagues, du Django, des frites et des chansons un peu pop.
Etre amoureux d’une guitare, qu’est-ce que ça signifie…
C’est un instrument qui m’a toujours plu. Il représente beaucoup de liberté, tu peux partir juste avec ta gratte à l’autre bout du monde. Je n’avais pas envie d’être un numéro dans une entreprise, prendre le métro le matin, ça me faisait très peur. J’étais un peu hippie, je ne voulais surtout pas faire ça. Le monde moderne ne me convient pas, ce n’est pas celui de nos parents. L’autre jour on a dormi dans une chaîne d’hôtel, un truc uniformisant, sans âme, et là tu te dis…Si tout devient comme ça, c’est flippant quand même…Parce qu’on est de plus en plus nombreux, qu’il y a des gens qui font des études de marché…Je suis contre tous ces trucs-là et comme tout le monde, j’aime les gangsters qui réussissent.
Est-il possible d’échapper aux carcans du monde moderne ?
Je pense qu’il faut travailler, c’est tout. Et je crois qu’on a encore la chance de pouvoir faire quelque chose, on n’est pas complètement dans un monde de fous. Mais on peut basculer très vite. Et notamment Paris a basculé en quelque chose qui vaut très cher, qui est difficile, ghettoïsé, ethnique et fric…Les gens se rendent-ils compte ? C’est une science fiction qui date des années 70, mais on y est…Enfin je pense qu’avec beaucoup de volonté, du caractère et de la passion on peut encore arriver à quelque chose. Nouer un contact avec un maître dans un domaine par exemple, en tous cas j’ai encore la naïveté d’y croire. C’est kit ou double cela dit, il faut surveiller ses arrières, au bout de dix ans tout peut changer.
Ce spectacle arrive à sa fin…
La dernière date, c’est le 19 décembre ! Ce qui est amusant, c’est qu’on fait des trucs qui datent du début, par exemple les suites de Bach trois ans après ça nous fait encore marrer. On est quand même un peu dingues. Et puis l’aventure de la route est géniale. Etre avec les amis musiciens évidemment, mais aussi avec les techniciens qui ont tous des parcours rock’n'roll…En choisissant vaguement cette voie de la guitare, je me retrouve à bosser avec des gens que j’apprécie beaucoup. On a appris énormément, les gens qui viennent sont toujours très surpris. Je ne sais pas à quoi ils s’attendent. Il est vrai qu’on a un niveau instrumental qu’on n’a pas cherché à prouver sur l’album.
Mais à quoi les gens s’attendent-ils ? Quelle est l’image de Thomas Dutronc ?
Je ne sais pas. C’est un peu pour ça que je suis en porte à faux avec le discours médiatique. Nous sommes surpris de voir comme les médias nous réduisent à un single, comme ‘J’aime plus Paris’. Il y a une difficulté à montrer ce que l’on est vraiment, déjà dans un album, mais encore plus lors des interviews. C’est un peu frustrant…Je comprends pourquoi certains artistes ne veulent plus du tout faire de promotion. En même temps, je suis justement dans l’esprit d’en parler un peu partout et par tous les moyens, un DVD, un CD, de la promo, mais parce que je me sens gentil aussi, je n’ai pas envie d’être snob, de faire quelque chose dans mon coin sans en parler à quiconque. Et puis c’est intéressant aussi de rencontrer des gens.

Source : Planète Campus
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Jeu 21 Jan - 11:18



Django Reinhardt - Thomas Dutronc : “Personne n’arrive à sa cheville”
Sébastien Catroux, le jeudi 21 janvier 2010 à 04:00

Même s’il n’ose pas se revendiquer comme l’un de ses héritiers, Thomas Dutronc, 36 ans, est de ceux qui font vivre la mémoire de Django Reinhardt. Il l’a prouvé avec son premier album, Comme un Manouche sans guitare, sorti en 2007 et écoulé depuis à 500.000 exemplaires.

FRANCE-SOIR. Comment avez-vous découvert Django Reinhardt ?

THOMAS DUTRONC. Grâce à un copain dingue de guitare, comme moi. J’avais 17 ans et, depuis, c’est devenu obsessionnel. Il était temps que je me trouve une idole à la hauteur dans la mesure où mes parents (NDLR : Françoise Hardy et Jacques Dutronc) sont plutôt des gens bien…

Vous donnez l’impression que l’on entre dans son œuvre comme on entre en religion…
C’est vrai qu’il y a un côté mystique dans sa musique. Mais pour moi il représente plus une drogue qu’une religion. En fait, Django symbolise un but inaccessible, celui de devenir un artiste qui possède toutes les qualités musicales et une rapidité d’exécution exceptionnelle. Il pouvait jouer de la guitare à une vitesse folle sans jamais faire d’erreur, il retombait toujours sur ses pattes comme un chat. Personne n’arrive à sa cheville.

Ce style jazz manouche est-il figé depuis sa mort ou connaît-il encore des évolutions ?
C’est une musique qui est liée à une époque et à un personnage. Aujourd’hui, des centaines de guitaristes essaient de l’imiter, moi compris. En fait, on peut le comparer à un autre génie de la guitare comme Jimi Hendrix. Sauf que ce dernier était plus dans la chanson et moins dans le jazz.

Autre chose, votre père est récemment parti en tournée. Êtes-vous allé le voir ?
Pas encore, malheureusement. Mais j’irai en province, c’est sûr. Peut-être que je monterai alors avec lui sur scène. Mais je ne veux pas encore donner de date, je préfère que ça reste entre nous pour l’instant.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Jeu 21 Jan - 19:21

Fête de la Chanson Française 30 janvier 2010 : Thomas Dutronc élu Artiste de l'année !!
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Jeu 21 Jan - 19:54

Super . Il mérite cette belle récompense.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Jeu 18 Fév - 21:02

Interview de Psychologie magazine : un petit peu long mais c'est un vrai plaisir de voir leur complicité (mars 2009)

Françoise Hardy-Thomas Dutronc : Mère et fils dans l’intimité
Interviewer un "duo" célèbre, nous en avions envie depuis longtemps. Soudain, deux noms se sont imposés : Françoise Hardy, qui vient de publier une émouvante autobiographie, et Thomas Dutronc, son fils. Une rencontre entre tendresse et malice.
« C’est Thomas qui m’a obligée », sourit Françoise Hardy alors que je les remerciais d’avoir accepté cet entretien à deux voix. Il réplique : « Tu exagères. J’étais content d’être dans Psycho, mais tu pouvais refuser. » Près de deux heures à les écouter dialoguer, préciser un point, compléter une anecdote, sans presque oser les interrompre. Ils se sont prêtés au jeu de l’interview croisée avec une étonnante simplicité. Comme s’ils
étaient seuls, tous les deux, mère et fils, à évoquer leurs souvenirs. Une relation fondée sur la légèreté et le respect.
Quel plaisir aussi de les regarder. Elle, d'une grâce aérienne sou un casque de cheveux blancs, ne masquant pas son âge par des artifices, le portant au contraire avec classe. Lui, troublant de ressemblance avec son père, si charmant, si séduisant, sans les tics des séducteurs. Les jours précédents, j'avais lu avec attention et beaucoup annoté le livre de Françoise Hardy pour faire réagir Thomas. Mais les entretiens ne se déroulent pas toujours comme prévu. Heureusement.

Psychologies : Thomas, comment avez-vous réagi à la lecture du livre de votre mère ?
Thomas Dutronc : Je dois vous dire que je ne l’ai pas lu.
Françoise Hardy : [Elle rit.] C’est vrai, ni son père ni lui ne l’ont lu.

Vous avez craint de tomber sur des passages qui risquaient de vous déplaire ?

Thomas Dutronc : [Il réfléchit.] Non, je ne crois pas. Je le lirai sans doute un jour par plaisir. Aujourd’hui, ce serait par devoir. Je connais forcément une grande partie de son contenu.
Françoise Hardy : Je le comprends très bien. J’espère que tu le liras quand tu seras plus âgé. Et j’aime autant que ton père ne l’ait pas lu. S’il écrivait un livre dans lequel il explorait sa relation de couple, ce qui est d’ailleurs difficilement pensable, je serais partagée entre la curiosité et une certaine appréhension. Et je ne suis pas sûre que l’appréhension ne prendrait pas le dessus.

Puisque vous ne l’avez pas lu, Thomas, je vous apprends donc que votre mère raconte à quel point vous avez été désiré et aimé.

Thomas Dutronc : J’ai toujours senti que j’étais désiré. C’est génial d’avoir une maman dont on sait qu’elle vous aime plus que tout. On n’a rien à prouver et aucun besoin de faire des efforts pour nourrir ce feu d’amour. Ce qui ne veut pas dire que je ne fais rien pour ma mère, mais je ne me donne aucune contrainte, et elle ne m’en donne aucune.
Françoise Hardy : Je suis influencée par mon propre vécu. Je n’ai pu couper le cordon avec ma mère que très tard. C’était une femme seule qui avait tout projeté sur ses deux filles, et j’ai pâti de son ingérence permanente dans ma vie. Je me suis toujours dit que lorsque Thomas serait grand, je ne l’appellerais pas tous les jours, je ne débarquerais pas chez lui à l’improviste. Ce n’est pas évident de ne plus le considérer comme mon petit garçon, mais je crois préférable pour lui, pour notre relation, de garder une certaine distance.
Thomas Dutronc : C’est étrange, mais j’ai parfois eu l’impression, même s’il y avait beaucoup d’amour entre nous trois, papa, toi et moi, que nous étions dans un rapport qui n’était pas vraiment de parents à enfant. Comme si nous étions à égalité.
Françoise Hardy : Tu as raison. Je me souviens d’ailleurs d’une fois, tu étais tout petit, je ne sais plus ce que je te demandais, et tu m’as répondu : « Mais enfin, maman, je ne suis qu’un enfant ! » [Ils rient.] Il y avait une certaine immaturité chez ton père comme chez moi. Seule ta grand-mère maternelle était adulte dans la famille. Quand nous essayions, elle et moi, de t’inculquer la valeur de l’argent, ton papa t’offrait royalement un billet de cinq cents francs. Et quand je faisais en sorte que Noël soit une vraie fête, avec de l’attente et le plaisir de la surprise, il arrivait quatre jours avant, des jouets plein les bras.
Thomas Dutronc : Avec lesquels il jouait lui ! Quand j’avais 3 ans et demi, il m’achetait des voitures de course télécommandées. Je ne sais pas comment j’ai réussi à être équilibré avec les parents fous que j’ai eus ! Tu me demandais dix fois de suite de me laver les dents, de façon un peu obsessionnelle. Tu le faisais parfois devant mes amis. Je me souviens t’avoir envoyé bouler tellement violemment que ça avait même choqué mes amis, qui étaient pourtant assez psychopathes.
Françoise Hardy : [Elle rit.] Je ne m’en souviens pas.
Thomas Dutronc : Tu étais une mère inquiète.
Françoise Hardy : Je le suis toujours. J’ai un tempérament très anxieux, qui a sans doute pesé sur toi, même si j’ai toujours fait des efforts pour le cacher.
Thomas Dutronc : Ça ne m’a pas pesé quand j’étais petit, parce que l’inquiétude maternelle est un garde-fou pour l’enfant. Mais aujourd’hui, je suis moi aussi anxieux et hypocondriaque, avec des bouffées d’angoisse. Est-ce que c’est génétique ou est-ce que tu me l’as transmis?? En fait, vous avez été tous les deux très complémentaires pour moi, ce qui m’a donné une certaine souplesse de caractère. Toi, tu as un côté direct, franc, et papa, un côté posé, en retrait, très observateur. Avec lui, on communique sans rien se dire et ça fonctionne.
Françoise Hardy : Tu es comme lui, plutôt assez secret.
Thomas Dutronc : Je suis à moitié Dutronc quand même.
Françoise Hardy : Oui, mais, comme moi, tu détestes le mensonge. Alors qu’on ne peut pas dire tout à fait la même chose de ton papa…[Ils rient.]
Thomas Dutronc : Il est de très mauvaise foi. Les rapports ont été longs à se détendre avec mon père. Il va peu vers les gens, il tend peu la main. Il s’intéresse beaucoup à vous, mais il ne parle pas, et quand on parle, il ne répond pas. C’est quand même très particulier.

Comment définiriez-vous l’éducation que vos parents vous ont donnée ?

Thomas Dutronc : J’ai l’impression qu’ils ne m’ont jamais mis de tuteurs pour que j’aille dans un sens ou dans un autre. On ne m’a jamais contrarié. J’ai toujours eu une très grande liberté, mais pas une liberté négative, une exigence très présente de résultats, mais sans contrainte. Comme je travaillais bien à l’école, ils ne m’embêtaient pas. Il y avait un contrat tacite entre nous. Tu as été surprise, maman, de lire dans une interview que je me sentais le droit de boire des bières et de fumer des joints si je travaillais bien à l’école.
Françoise Hardy : Parce qu’on n’a jamais su que tu fumais des joints ! On te l’aurait interdit. Ça ne nous venait pas à l’esprit que tu puisses faire une chose pareille !
Thomas Dutronc : J’avais pourtant des copains un peu étranges, tu te souviens ? Mais comme je travaillais bien, vous me laissiez très libre. Vous aviez confiance.
Françoise Hardy : Je crois que je ne me suis jamais posé la question de savoir comment
élever Thomas et quels principes lui inculquer. Je suis toujours surprise quand je lis des interviews d’actrices qui semblent savoir parfaitement de quelle manière elles veulent éduquer leurs enfants. J’ai sans doute été une mère très imparfaite. Je ne me disais pas : «Je veux qu’il soit généreux, altruiste », etc. En revanche, j’aurais aimé qu’il aille dans une école non traditionnelle. Mais ça n’a pas été possible.
Thomas Dutronc : Ma mère a un petit côté New Age qui, heureusement, ne m’a pas contaminé. Mais je suis passé très près. [Il rit.]
Françoise Hardy : Ça n’aurait pas été mal que tu ailles dans une école bilingue. Et j’avais très envie que tu fasses de la musique et des arts martiaux.
Thomas Dutronc : Et je n’ai fait ni l’un ni l’autre…
Françoise Hardy : Parce que je n’ai jamais rien pu t’imposer. Je suis fille d’une mère très autoritaire et, par conséquent, mon réflexe conditionné, c’est d’obéir, pas de commander.
Thomas Dutronc : Rappelle-toi, je me suis retrouvé dans un cours de solfège avec uniquement des adultes, c’était vraiment lourd. Moi, j’aimais regarder des films avec papa ou écouter des disques avec toi. J’avais envie de partager mon temps et mes activités avec vous, pas d’être envoyé, en plus de l’école, dans des cours de ceci ou de cela. À 8 ans, je n’avais aucun désir de faire du judo. En revanche, j’ai voulu faire du karaté à 14, parce que j’avais envie d’être un peu plus costaud pour plaire aux filles.
Françoise Hardy : Un été, j’ai souhaité qu’il passe ses vacances dans un campus américain. Je trouvais ça formidable. Il n’a jamais voulu, il préférait aller en Corse avec nous. Jacques n’avait aucune autorité non plus. On le laissait donc faire. J’ai essayé de le mettre à l’école à l’âge de 3 ans. J’avais trouvé un établissement pas trop loin de la maison avec unsystème d’éducation original. Je m’étais dit : « Il est Gémeaux, il est né au lever de Mercure, il va adorer l’école et les copains. » En fait, c’était trop tôt.
Thomas Dutronc : Nous habitions une grande maison avec un jardin, un chat. Et, tout à coup, ma mère a voulu m’envoyer dans une école flippante qui ressemblait à une prison. C’était plus drôle à la maison.

La célébrité de vos parents a-t-elle été un poids quand vous étiez petit ?

Thomas Dutronc : Je me rappelle, la première fois où j’ai réalisé que mes parents étaient connus, j’avais 6 ans. J’ai entendu des filles un peu plus grandes, de la classe au-dessus de la mienne, qui parlaient de mes parents derrière mon dos. Mais est-ce que c’était un poids ? Je ne peux pas le dire, je n’imagine pas ce que c’est que d’avoir des parents anonymes. Est-ce que c’est mieux, est-ce que c’est moins bien ? J’ai intégré l’idée que les
gens savaient en général qui étaient mes parents. Moi, je les regardais à la télévision. Je me souviens que j’avais honte quand tu dansais.
Françoise Hardy : [Elle éclate de rire.] Heureusement, je n’ai pas dansé souvent.
Thomas Dutronc : Dans les relations avec les professeurs, avec tout le monde, d’ailleurs, votre célébrité me donnait un capital de sympathie. Les gens m’aimant bien, ça me poussait à être impeccable, gentil, à ne pas décevoir. Dans les dîners, vous occupiez toujours le devant de la scène et, du coup, dans les classes, j’avais de l’influence sur les autres. J’étais un peu le chef de bande, comme vous l’étiez dans les dîners. Toi, tu parlais beaucoup, et papa sortait la blague qui tue. Vous étiez quand même un peu showmen.
Françoise Hardy : Je te trouve très différent de nous, beaucoup plus mobile, beaucoup plus ouvert. Tu n’as pas d’a priori négatif sur les gens que tu ne connais pas, alors que ton père et moi sommes méfiants, fermés, plus portés à dire non qu’à dire oui. Les personnes marquées par le signe des Gémeaux, comme toi, sont ouvertes, alors que les Capricornes ou les Taureaux sont plus repliés sur eux.
Thomas Dutronc : C’est vrai que vous êtes des enquiquineurs. Même toi, je t’ai déjà vue dure.
Françoise Hardy : Oui, ça m’arrive, tu as raison. C’est parce que je suis perpétuellement
sous tension. Ma dureté est réactive, elle se manifeste quand je n’enpeux plus.
Thomas Dutronc : Mais tu ne traites jamais mal les gens, tu ne les méprises pas. Je vais dire une chose un peu cucul la praline : j’ai toujours conscience que nous sommes tous à égalité, et ce n’est pas parce que, aujourd’hui, je vends trois disques que je suis supérieur à tous ceux avec qui je travaille. Maintenant, je peux être invité partout, alors que j’étais exactement le même avant. C’est ce qui me plaît en Corse comme chez les Manouches : les élites côtoient les plus simples du village. Avoir conscience de l’égalité entre les hommes apaise les tensions. Ce qui nous gêne autour de nous, c’est en nous qu’il faut le changer. Je suis assez catho, finalement…
Françoise Hardy : C’est parce que tu n’as pas été élevé dans la religion catholique. [Elle rit.]
Thomas Dutronc : Tu m’as pourtant inculqué des principes que j’essaye d’appliquer. Toujours essayer de se dépasser, de progresser. Que l’important n’est pas le niveau que l’on a, mais son coefficient de progression, la valeur de la pente que l’on emprunte.
Françoise Hardy : Il y a une phrase qui résume cela et que j’adore : « Il n’est pas important que la branche casse au moment où on l’atteint, car aux yeux de Dieu, seuls comptent les pas que l’on aura faits pour l’atteindre. » Comme tu le dis, ce n’est pas le succès qui compte, c’est le chemin.C’est une grande, grande pensée. L’important est de faire du mieux que l’on peut, dans la limite de ses moyens.
Thomas Dutronc : Oui, oui, bien sûr, j’essaye d’appliquer ce principe.
Françoise Hardy : Lorsque je fais une chanson, je ne vais pas me comparer à Brassens, sinon, j’arrête tout de suite. Il faut mettre la barre haut par rapport à soi.

Thomas, votre mère a une fois ou deux cité votre signe du zodiaque. Vous partagez son intérêt pour l’astrologie ?

Françoise Hardy : [Elle intervient.] Je n’ai jamais cherché à le convaincre, simplement, je ne peux pas m’empêcher d’y faire référence.
Thomas Dutronc : Depuis l’autre soir, je refuse de croire à l’astrologie, puisqu’elle n’a pas prédit que je serais déguisé en pingouin à la soirée des Enfoirés. [Il rit.] Sans plaisanter, je suis scientifique de formation,donc j’ai toujours trouvé que l’astrologie avait un côté bavardage, avec beaucoup de phrases tellement vagues que l’on peut tout leur fairedire. Une fois, j’ai été troublé par un de tes livres où j’ai trouvé des choses assez convaincantes. Je pense que beaucoup d’astrologues sont naïfs ou escrocs, mais beaucoup de scientifiques sont trop fermés à l’irrationnel. Donc je me sens partagé. Je dirais que je me suis plutôt rangé à l’avis de mon père, que tout cela assomme.
Françoise Hardy : Enfin, voyons, dès qu’il est perplexe devant une décision à prendre, il me demande de regarder ses échéances astrales !

À 5 ans, vous avez posé une question à votre mère qui l’a bouleversée : « Est-ce que j’aurai une bonne vie ? » Aujourd’hui, à 35 ans, que répondriez-vous ?

Thomas Dutronc :Je répondrais oui. Et c’est même de mieux en mieux. Je suis content d’avoir du succès parce que ça va me permettre d’avoir du bon temps, de bien vivre, d’être heureux, de profiter de la nature, de la Corse. Je suis sensible au temps qui passe, au destin de tous ces gens qui bossent comme des chiens, partent à la retraite et meurent. J’ai envie de profiter de la vie tant que je suis en forme. Si j’avais un souhait à formuler, ce serait de mourir très vieux dans mon lit. J’ai très peurde la maladie et une terreur des hostos. J’aime cette sagesse populaire qui fait se souhaiter à chaque jour de l’an une bonne santé.

Françoise, vous êtes séparée de Jacques Dutronc, mais vous vous voyez beaucoup. Vous diriez que vous avez réussi votre couple ?

Françoise Hardy : Il a une compagne, mais nous vivons côte à côte. Chaque fois qu’il est à Paris, il habite à la maison. Il vient de subir une opération, alors il est là. Il va très bien, d’ailleurs, à mon grand dépit, ses analyses de sang sont bien meilleures que les miennes. Sans doute parce qu’il me fatigue plus que je ne le fatigue moi-même?! [Elle rit.]
Thomas Dutronc : Nous sommes une famille très atypique. Mais je reconnais que j’ai envie que la compagne de papa soit en deuxième position après maman. De toute façon, quarante ans de vie commune ne s’effacent pas comme ça. Et maman doit bien être d’accord avec moi parce qu’elle est un peu jalouse.
Françoise Hardy : Cela fait longtemps que je ne suis plus jalouse ! La compagne de Jacques a une relation avec lui différente de celle que j’ai eue, mais on n’estpas le même à 60 ans qu’à 30 ans !

Vous aimeriez que Thomas ait un enfant ?

Françoise Hardy : Bien sûr, parce que je sais que ce serait un très grand bonheur pour lui. L’un de mes rayons de soleil est la fille de mes meilleurs amis qui va avoir 5 ans. Mais je ne peux pas dire que j’aime les enfants en bloc. L’affection que je ressens pour certains enfants ne s’étend pas d’office à tout le monde enfantin.
Thomas Dutronc : Si je fais un enfant, j’espère qu’il fera partie de ceux qu’elle aime. [Il rit.] Je repense à une interview de papa au moment de ma naissance. On lui demande si ma venue au monde va changer sa vie, et il répond : « Non, ce sera à lui de s’adapter à ma vie. »
Françoise Hardy : C’est grotesque.
Thomas Dutronc : Pas tellement. J’ai l’impression de vous avoir beaucoup suivis dans votre vie, et je trouve ça bien.
Françoise Hardy : Mais nous nous sommes aussi beaucoup adaptés à toi.
Thomas Dutronc : Vous avez eu un rapport d’écoute et de découverte avec moi que je trouve préférable aux grands principes d’éducation.

Vous avez envie d’un enfant ?

Thomas Dutronc :
J’en ai très envie, mais pas tout de suite. J’ai toujours l’impression d’avoir 20 ans.
.
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Mer 3 Mar - 15:20

Une jolie photo en noir et blanc trouvée sur le site hell.photographia :
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Mer 10 Mar - 10:20

Et de celle-ci, qu'en pensez-vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Lun 22 Mar - 22:00

Nouvelle participation cinématographique pour Thomas !
-----------------------------------------------


Vu sur première.fr

Regardez Louise Bourgoin et Thomas Dutronc enregistrer leur duo pour la B.O. du film Adèle Blanc Sec !

Le 14 avril prochain sortira sur nos écrans le très attendu Adèle Blanc-Sec , le film de Luc Besson dans lequel l'ex miss météo Louise Bourgoin aura le premier rôle. Si la jeune comédienne a réussi avec brio son passage du petit écran au septième art, en revanche elle ne s'était encore jamais essayée à la chanson... D'ailleurs comme elle
le confie en exclusivité à notre caméra, "Ma mère m’a toujours dit : Tu peux tout faire mais surtout ne chante pas !" Pourtant, contre l'avis de sa mère Louise a tenté le coup ! Et c'est une réussite...
En duo avec Thomas Dutronc , la belle plante est donc passée derrière le micro pour enregistrer le titre Adèle Blanc Sec, générique du film.

Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Mer 31 Mar - 20:57


Thomas Dutronc se sent bien seul au cinéma...

Les passerelles sont décidément bien étroites entre le cinéma et la musique...


Récemment, c'est Julien Doré qui a fait ses premiers pas dans la comédie fleur bleue Ensemble, nous allons vivre une très très grande histoire d'amour avec Marina Hands. Auparavant, l'ancien vainqueur de la Nouvelle Star avait participé à la bande originale du film de Judith Godrèche Toutes les filles pleurent.
Et lorsque les comédiens ne se lancent pas dans la chanson
à l'instar de Charlotte Gainsbourg, c'est le cinéma qui fait appel aux chanteurs...
Dernier en date ? Thomas Dutronc, fils de, qui a signé un magnifique duo avec Louise Bourgoin pour le nouveau film de Luc Besson Adèle Blanc-Sec.
Et ce n'est pas tout ! L'Express nous révèle que le fils de Françoise Hardy et Jacques Dutronc a signé Seul, Seul, Seul, le générique de fin du prochain film de Dominique Farrugia qui sortira le 5 mai. Au casting de ce long métrage baptisé L'amour, c'est mieux à deux et réalisé avec Arnaud Lemort, on retrouve Clovis Cornillac, Virginie Efira, Manu Payet et Shirley Bousquet de retour du Rallye des Gazelles.
L'avenir de Thomas Dutronc s'inscrit-il désormais au cinéma ?
Revenir en haut Aller en bas
laurene0005

avatar

Messages : 1352
Date d'inscription : 02/12/2009
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Dim 18 Avr - 0:58

Je reviens juste des voix du sud (je ferai un post dans la bonne catégorie "Renan Luce") et j'apprends avec grand plaisir que pour la 32eme éditions des voix du sud, Françis Cabrel a convié Thomas Dutronc en octobre 2010 à Astaffort!! J'y serai bien sur, si d'autres veulent venir, ils seront les bienvenus!!! hihi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.benabar-online.fr
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Mer 30 Juin - 23:11

Coup de cœur pour moi aujourd'hui : Thomas est venu sur son forum "Thomas Dutronc, Frites & Love" remercier les membres qui lui avent écrit des messages pour son anniversaire. Il a écrit un long texte. Ça fait super plaisir.
(Pour celles qui ne le savent pas, je suis adm de ce forum)
Revenir en haut Aller en bas
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Jeu 1 Juil - 0:05

C'est génial ça, je suis contente pour toi Agnès ... j'espère que Bruno viendra faire un ptit tour par ici également !!!
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: la "Fair Game" à Deauville, sept 2010   Ven 10 Sep - 23:35

Quelle élégance, quel sourire ...



Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Mar 30 Nov - 17:26

La chanson "Smiley" extraite du conte "Dr Tom, la liberté en cavale" :
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   Ven 3 Déc - 15:41

Un Noël manouche à Paris avec Thomas Dutronc



La salle Pleyel à Paris propose le 22 décembre 2010 une soirée entièrement dédiée au jazz manouche, avec trois groupes phares dont Thomas Dutronc et son sextet. Pour la deuxième année consécutive, le Festival de Saint-Denis et la série des Grands Solistes (avec la collaboration du Festival Jazz musette des Puces de Saint-Ouen) organisent à la Salle Pleyel à Paris un Noël manouche. Entendez par là un concert réunissant le gotha du jazz manouche le mercredi 22 décembre, qui plus est dans un écrin prestigieux.

Après Caravan Palace, Biréli Lagrène et Swann Berger en 2009, les trois formations conviées cette année au Noël Manouche sont: le Levis Adel Reinhardt Quartet (le petit-fils du grand Django), le Manoir de mes rêves sextet avec Angelo Debarre ainsi que Thomas Dutronc en sextet. Concernant le fils de Jacques Dutronc, il s'agit d'un concert exceptionnel, dans la mesure où le guitariste et chanteur trentenaire n'est pas en tournée actuellement.

Informations pratiques: la soirée Noël manouche démarrera à 20h00 ; des billets sont toujours en vente, en orchestre ou en balcon, à partir de 45 euros.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thomas Dutronc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thomas Dutronc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 15Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bénabar :: La musique en dehors de Bénabar ? :: Autres artistes-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: