Forum non officiel sur le chanteur Bruno Bénabar
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Lun 17 Aoû - 14:35

J'écoute régulièrement France Culture, ce qui m'a permis de découvrir un petit nouveau qui est véritablement mon coup de coeur ! Il s'appelle Arnaud Fleurent Didier... Je vous laisse découvrir sa vidéo, je vous ai mis le lien en dessous Smile Vous en pensez quoi ?

http://www.youtube.com/watch?v=Vv6m_1fr4W0
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin


Messages : 10497
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Mar 18 Aoû - 22:09

Merci Clara Smile

Ca me semble très sympa mais je n'ai pu écouter que les 30 premières secondes car ma connexion là où je suis en vacances ne me permet pas de télécharger rapidement (1/4 d'h pour ces 30 secondes). Je te donnerai un avis plus complet en fin de semaine quand je serai rentrée chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin


Messages : 10497
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Ven 21 Aoû - 17:34

Je confirme ma première impression : j'aime beaucoup.... et même énormément. Je m'étonne, alors qu'il a déjà sorti 2 album (Notre-Dame Chansons françaises (1998) et Portrait du jeune homme en artiste (2004)), qu'on ait pas entendu parler plus de lui.

D'après son SITE, un nouvel album est prévu pour septembre "La reproduction" d'où est extrait le morceau (France Culture) que nous a gentiment présenté Clara. Je pense que ce sera mon prochain achat CD.

Il a un autre ESPACE consacré à son précédent album (Portrait d'un jeune homme en artiste) très intéressant à découvrir notamment cette PAGE sur laquelle on peut écouter quelques-uns de ces titres.

Merci encore Clara Smile. Si tu as d'autres découvertes de ce style, n'hésite surtout pas !
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin


Messages : 10497
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Sam 31 Oct - 9:49

AFD sera l'invité de Nagui pour un Taratata.
Enregistrement le 13 novembre donc diffusion fin 2009 ou début 2010.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès



Messages : 11178
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Lun 2 Nov - 0:01

Kiki a écrit:
AFD sera l'invité de Nagui pour un Taratata.
Enregistrement le 13 novembre donc diffusion fin 2009 ou début 2010.

J'ajouterai que pour réserver sa place à l'enregistrement, c'est ICI.
Revenir en haut Aller en bas
Agnès



Messages : 11178
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Dim 15 Nov - 12:01

Diffusion de ce Taratata le 09 décembre, 20h35, France 4
AFD interprétera "France Culture".
Les autres invités : Charlotte Gainsbourg, The Temper trap, Mike Ibrahim et Elodie Frégé.
Revenir en haut Aller en bas
Agnès



Messages : 11178
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Mar 1 Déc - 10:50

Vu sur fluctuat.net

Arnaud Fleurent-Didier sur France Culture : naissance d'un buzz

Posté par Myosotis le 01.12.09 à 09:58

L'album ne sortira qu'en janvier 2010 (on en reparlera pour le meilleur et pour le pire) mais le buzz démarre bien pour le nouvel album d' Arnaud Fleurent-Didier, La Reproduction, porté par son single "France Culture". Le morceau monumental et symphonique se pose en chaînon manquant entre les anciennes diatribes inspirées et glaçantes de Diabologum et les observations domestiques mi-figue mi-raisin d'un Vincent Delerm ou d'un Bénabar. Arnaud Fleurent-Didier a l'œil acerbe, la mélancolie ravageuse et une capacité à arranger sa vie en sons et en harmonies qui en font un des plus subtils mélodistes français depuis les "scoristes" François De Roubaix ou Michel Legrand. Son chant en flow racé est ici particulièrement à son avantage et côtoie le niveau supérieur de certains titres (géniaux) du précèdent album Portrait Du Jeune Homme En Artiste,
sorti en 2004, comme le "21ème arrondissement de Paris" ou "Vivre autrement". On pourra dire que tout ceci est un peu vain et précieux (le site du jeune homme met une citation d'Horace en exergue, les références culturelles ne manquent pas, le parisianisme règne), du moins affreusement français, mais il faut reconnaître au mouvement global une vraie détermination et une force remarquable. "France Culture" est un grand et bon
titre, franc et qui donne le ton d'un album à la narration très intimiste et quasi confessionnale (ou confessionnelle). Dans le monde de la littérature, Fleurent-Didier serait sans nul doute un bon auteur d'auto fiction (s'il y en a), quelqu'un qui réussit à déballer sa vie et à en faire quelque chose d'universel ou, à défaut, de partageable.
La Reproduction, qu'on a déjà pu écouter, est un album ambitieux et intime à la fois, un album qui constitue un véritable tour de force musical mais qui pêche parfois dans revue de détails. Difficile, par exemple, de faire quelque chose d'un morceau qui s'appelle "Risotto aux courgettes". La pop a des pouvoirs mais pas celui de changer la gastronomie en art. Nous en reparlerons.

Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin


Messages : 10497
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Dim 6 Déc - 16:21

Arnaud Fleurent-didier : La middle-class des gens moyens

Face au grand théâtre de la vie quotidienne (la photocopieuse, la devanture des terrasses ou la VOD pour tromper l'ennui), nous sommes tous égaux. Lorsqu'Arnaud Fleurent-Didier vomit de la dentelle sur son prochain album (La reproduction »), esquisse le portrait du français fan de Godard et Cauet et suscite l'émotion de ceux qui n'ont plus la force, il reste un mot sous le verre de lait pour tous les auditeurs : Français, nous sommes tous moyens.

Moi-même, j'ai commencé à écrire sans avoir fini d'écouter le disque, j'ai bâclé mon travail et bientôt j'énumèrerai de grandes références culturelles pour masquer l'envie d'écrire. Je broderai plus tard deux couplets sur la nocivité du téléphone portable dans les transports en commun en ornant le tout d'un violon baroque pour faire comprendre à mon public que j'œuvre sur le second degré. Bien évidemment, je nierai toute filiation avec Polnareff, William Sheller et Michel Berger. Car je suis un homme de mon temps, j'ai vaguement écouté ces musiques mais mon propos va plus loin, je parle d'avoir des amis sur Myspace en m'inspirant de Francis Laï sur le canevas ; d'ailleurs j'ai trouvé un plugin qui copie bien les techniques vintage. Je viens de vous le dire : je suis un homme de mon temps.

Je suis français malgré tout. J'aime l'ironie et l'harmonie, teintée d'un zest de désinvolture, les croissants chauds et le son ouaté des seventies. Entre les Carpentier et Roland Barthes. Mais attention, je lis Bourdieu et SoFoot, parce qu'en France on ne choisit pas entre la socio et la baguette. J'aime Bowie et Joe Dassin, John Cale et Claude François, les stérilets et la pilule, j'embrasse le monde tout entier, sûr d'avoir la dernière page de Libé, consécration d'être lu par mes pairs à lunettes et je me délecte de diatribes sur mes semblables en les singeant. C'est tout de même plus aisé que de lever la plume ; je reprendrai bien un café en regardant les soldats tomber, sur CNN, Skynews, la BBC. Et LCI aussi, parce que je suis patriote.

Le problème de la nouvelle chanson française, même maquillée, reste encore son amour du second degré et des dérisions faciles. Fleurent-Didier, pas plus que ses congénères versaillais nés en 1974, n'échappe à la règle du pastiche. Les flambeaux perdus (Proust, Gainsbourg), le futur en CDD et l'incapacité d'une ambition ; après tout, si la banquise fond, autant s'astiquer sur une photo de Marlène, couleur sépia. Entre crise pétrolière et dépression molle, La reproduction brosse « un tableau saisissant où Sheller, écran plasma et amours déchus s'entrecroisent pour le plus grand plaisir du mélomane ». Ne riez donc pas, ce sera écrit ainsi dès janvier 2010, dans les journaux où vous restez abonnés. « Parce qu'aller chez le kiosquier, en hiver, bon, il fait froid quand même ».

Les nouveaux auteurs français sont une espèce consanguine, plus parisiens que leurs pairs, jamais à court d'une référence (Mémé 68) pour épater les normaux. Le dimanche, ça flâne sur les trottoirs de la place Clichy avec la nonchalance d'un avion-cargo balançant 10 tonnes de Télérama sur le français moyen qui proteste le mardi des jours de grève, ça geint dans le micro pour ne pas avoir à chanter avec le ventre, ça regarde des films d'Europe de l'Est sous-titré puis ça rentre chez soi à pied, à l'automne, parce que les feuilles tombent et qu'on préfère lever la tête pour les voir tomber. C'est le réalisme français appliqué à la chanson d'hexagone, bande-son des trentenaires atteint par le mal des bourgeois, j'ai pas vraiment mal mais je me sens pas très bien, suffisamment de références pour séduire, mais pas assez pour convaincre.

Sur La reproduction, le nouveau disque de Fleurent-Didier, tout brille en demi-teinte. L'image d'Epinal des gens normaux, flatteur à outrance, un auditeur ébahi qui entend les comptines d'un garçon cultivé (« diplomé d'une sous-centrale »), le cliché des parisiens nouveaux découvrant la rue de Lévis et les MILF qui sous-pèsent leurs poireaux comme d'autres une paire de couilles. Un peu de Dashiell Hedayat sur Imbécile, une production très Phoenix sur Reproductions, du Delerm comme s'il en pleuvait tous les jours de l'année et du Tellier pour les jours de sécheresse. Sur Risotto aux courgettes, crépuscule du disque mais néanmoins zénith de l'absurde, l'indifférence cède la place à la colère. Le français middle-class, est-ce vraiment cela ? Sommes-nous devenus les enfants de Michel Colombier, Air et Benabar, tous unis dans un mutisme d'avant-garde, le regard fixé sur une ligne de basse enregistrée au studio de Bernard Estardy ? Oui, nous sommes tous devenus moyens, tournés vers la tentation d'une élite qui nous ressemblerait. En musique, cela s'appelle « une imposture », en journalisme subventionné, « un chef d'œuvre ».

Fin de l'album. En attendant la chimiothérapie, les ticket-restos et un aller-retour Paris/Dourdan, on réécoute Arnaud Fleurent-Didier, enfant du hasard et fils de la culture française à Papa. Dix ans après le bonheur décrépi de Michel Houellebecq et son Présence Humaine indépassable, de nouveaux escrocs inventent un nouveau mode d'expression : le clowning, enfant des mimes et du burlesque, pour ceux qui refusent de voir en fermant les yeux.

Et Fleurent-Didier dans tout ca ? Beau et violent, comme un dimanche à Chatenay-Malabry au volant d'un coupé Sport.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin


Messages : 10497
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Mar 5 Jan - 12:49

Son album est enfin sorti.



Pour l'écouter, c'est sur Deezer
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès



Messages : 11178
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: lE FOU DU ROI 14/01   Jeu 7 Jan - 10:16



Arnaud F-D sera invité le 14 janvier. Emission diffusée de 11h00 à 12h30.
Pour assister à l'émission, rendez-vous à 10h00
dans le grand hall de la Maison de la radio au
116, avenue du Président Kennedy à Paris (75016).
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin


Messages : 10497
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Ven 8 Jan - 17:56

Une jolie critique issue des "Inrocks" (Le 07 janvier 2010 par Christophe Conte)



Arnaud Fleurent-Didier chamboule la chanson française

Sur un nouvel album tranchant et radical, Arnaud Fleurent-Didier vient chambouler la chanson française. Un chef d'œuvre glaçant, entre humour noir et rire jaune, sur lequel il sort les bijoux et secrets de famille : le premier très grand disque de l'année.

D’une décennie fertile pour la chanson française réinventée, son époustouflant single France Culture est venu tailler in extremis le bouquet final, plantant au passage une épine inattendue dans le débat sur l’identité nationale. Arnaud Fleurent-Didier, né sous Giscard (1974), y fait l’inventaire d’une éducation dans la moyenne bourgeoisie française – racisme ordinaire compris – sous la forme d’un slam impavide et glaçant que vient toutefois réchauffer une opulente orchestration pop. Le coup de maître musical est indéniable, tandis que le texte, sévère mais lucide, transpire moins le règlement de compte personnel qu’il ne transfuse la lente agonie des illusions post-68. Sur La Reproduction, lumineux album au titre bourdieusien qu’il dégoupille en ce début d’année, il interroge encore une fois les mémoires lâches (Mémé 68/Pépé 44) et les culpabilités collectives mais se questionne aussi beaucoup lui-même, avec drôlerie et sans complaisance, à propos du sexe, de la modernité, de la perfection amoureuse et de la filiation. Surtout, à travers la fenêtre médiatique qui s’ouvre enfin à lui, il laisse échapper à l’air libre ce trop plein merveilleux qu’il a accumulé en douze année d’anonymat. Surdoué de l’orchestration, Fleurent-Didier joue de presque tout sur ses disques, fait corps avec un studio capharnaüm et laisse intelligemment filtrer l’influence cinématographique des Legrand, Morricone ou John Barry sans se sentir pour autant écrasé sous leur poids. La patte bienfaitrice de Stéphane “Alf” Briat (Air, Phoenix) l’a notamment fait sortir de ses habits uniquement en soie et satin de vieux garçon en apportant le ressort légèrement funky qui lui faisait défaut auparavant. Le résultat, en onze vignettes fluides et voluptueuses, doit autant au classicisme français de la chanson baroque (Polnareff, Sheller, dont il esquive pourtant en interview le parrainage, leur préférant l’outsider Vassiliu) qu’à l’euphorie des années French Touch.

Sur le papier, Arnaud Fleurent-Didier à tout pour plaire à Nadine Morano. Il ne porte pas de casquette à l’envers mais un imper mastic comme l’inspecteur Clouzot ou Jean Rochefort dans Un Eléphant ça trompe énormément. Il est né à Versailles, a grandi en province et à l’ombre des jeunes filles proustiennes, empoché un diplôme d’ingénieur et s’est exercé très tôt à la libre entreprise. Sur son label, French Touche, il a notamment inventé un concept idéal pour temps de crise (du disque et du reste) : ces fameuses “chansons poches” qui tiennent sur un cd en forme de carte de crédit. L’une d’entre elles, qui a vaguement fait sa renommée il y a cinq ans, mettait en musique le discours de De Villepin à l’ONU avec toute la grandiloquence nécessaire. “Le jour où je l’ai entendu prononcer son discours, j’étais disponible pour aimer la paix dans le monde. Son lyrisme collait bien avec l’aspect un peu ridicule de la musique que j’avais composée. Quand j’ai vu OSS 117, le second volet, j’ai beaucoup reconnu De Villepin, le type capable de tuer des nazis mais qui se fait quand même enculer à la fin.” Son premier album, en 1998, s’intitulait Chansons françaises et sortait sous un nom aussi sexy qu’un bénitier, Notre-Dame. Un raccourci un peu rapide pourrait faire passer AFD pour un jeune UMP sans complexe, alors que justement, la politique semble être la seule chose – avec l’odeur des filles pendant l’amour (L’origine du monde) – qui parvienne à le déboussoler.

La preuve : il a voté Bayrou à la dernière présidentielle et s’en repend nullement. “J’adorerais aimer la gauche aujourd’hui. La pensée de gauche est passionnante mais dans les actes elle a disparu de nos vies” dit celui dont les deux grands-pères votaient communiste mais dont les parents sont passé mollement de la gauche à la droite. La Reproduction approfondit et affine son Portrait du jeune homme en artiste, titre d’un prometteur premier album solo paru en 2003 où il rêvait déjà de Vivre autrement avec des accents à la Ferré réformés par la pop anglaise. Sur cette esquisse fort louable, il se lamentait un peu sur son sort (Mon disque dort) et rêvait, volontiers goguenard, d’“une interview dans Les Inrocks” (Rock critique). “Autant cet album était replié sur lui-même, autant le nouveau est ouvert sur les gens et sur la société. Ce n’était pas mon but à l’origine de faire un disque politique mais ça ne me déplaît pas qu’il soit perçu comme tel. Je trouve idiot de laisser les questions politiques à Noir Désir. Mais je vois avant tout comme fil conducteur à l’album la vie un peu dissolue d’un trentenaire qui se pose des tas de questions sur l’engagement, la révolte, l’amour à plusieurs ou les rapports avec son père. Je crois intimement que les gens qui réussissent le mieux dans la vie sont ceux qui ont eu de bon rapport avec leur père.” Et de citer pour exemple celui de Thomas Bangalter (le “fils de” des Daft Punk) avec qui il se trouve avoir partagé les bancs du lycée. Arnaud Fleurent-Didier, après le coup de semonce de France Culture, termine son disque par un Si on se dit pas tout tendrement adressé à son paternel, sans un gramme de sensiblerie mais avec une sensibilité qui émeut aux larmes. La Reproduction, pour ce coda magnifique comme pour tout ce qui a précédé, est le premier acte important de la nouvelle décennie.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès



Messages : 11178
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Mer 24 Fév - 9:22



01h35: Philippe Lefait recevra dans "des mots de minuit" Florent Aziosmanoff, Emmanuel Demarcy-Mota, Steve Cohen et Arnaud Fleurent-Didier.
Revenir en haut Aller en bas
Agnès



Messages : 11178
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Lun 29 Mar - 0:44



Le 01 avril avec Arnaud Fleurent-Didier invité de la partie musicale.
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin


Messages : 10497
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Sam 8 Mai - 17:41

AFD sera l'invité d'Isabelle Dhordaindans l'émission "Le Pont des artistes" le 29 mai (France Inter - 20 h/22 h) (Enregistrement mercredi 26 mai à partir de 19 h 30)

Autres invités : Air et John and Jehn
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin


Messages : 10497
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Mar 7 Déc - 21:16

Arnaud Fleurent Didier invité au "Pont des artistes". Enregistrement mercredi 5 janvier à partir de 19h30. Autres invités : Alice Lewis - Quadricolor
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)   Aujourd'hui à 10:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite découverte (Arnaud Fleurent Didier)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bénabar :: La musique en dehors de Bénabar ? :: Autres artistes-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: