Forum non officiel sur le chanteur Bruno Bénabar
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Articles sur les concerts 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
kiki
Admin


Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mer 21 Mar - 12:06



Ce mardi 20 mars, Bénabar se produisait à Forest National. Voici quelques photos du show.

Chouette moment avec des musiciens qui ne se prennent pas au sérieux mais qui jouent diablement bien. Chacun fait son petit solo à un moment ou un autre du concert.

Bénabar fait beaucoup de dérision, c'était une chouette découverte. Visuel très travaillé au niveau des lumières, il n'y avait pas des tonnes de projecteurs, mais des projecteurs intelligemment disposés.







Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mer 21 Mar - 18:01

Merci pour ce deuxième articles, les photos sont sympas !!!

Pour le premier, je suis du même avis que Swim, je comprends pas ...
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Jeu 22 Mar - 18:25



Benabar, clown de la chanson française
jeudi 22 mars 2012, 17:44

Humour décapant, vieux tubes et nouveaux succès, une grande présence scénique, une mise en scène et de l'autodérision au menu du concert de Benabar ce mercredi à Forest.

Ce cocktail détonant a fait du concert de Benabar une réussite. Malgré un Forest National loin d'être comble, le chanteur actif depuis 1997 a réussi, une fois de plus, à conquérir son public le 20 mars. Et ce, en commençant par une entrée en scène ratée, mais drôle à souhait. Bruno Nicolini, alias Benabar, le sait désormais, rejoindre la scène en passant par un rideau de fils n'est pas indiqué. Du tout : fils emmêlés, accrochés dans les boutons ou la montre ont rendu ce moment clownesque à souhait et digne de l'hôte de la soirée. “ L'important c'est que ça ne se produise pas à Paris “ dit-il alors sous une pluie de sifflets (qu'il semble apprécier d'ailleurs …)

http://www.youtube.com/watch?v=7Dqdsoqhegc

Rivalisant de drôleries et d'une imagination sans faille, le chanteur au pantalon violet et à la mèche (non non pas Justin Bieber, mais bien Benabar et sa coupe) a fait de ce concert un véritable show populaire. Le public a pu, entre autre, apprécier une chorégraphie “ lampadairesque “, une reprise française de “ Love me tender “ de Presley ainsi qu'un morceau accompagné d'une boîte de corn-flakes, une bombonne d'eau, une casserole et une multitude de placements de produits dont le “ M “ d'une célèbre marque de fast-food placardée sur la veste du chanteur (auto-dérision face à la crise quand tu nous tiens !).

http://www.youtube.com/watch?v=CVTatQBdg6o&feature=channel

Accompagné de musiciens de talents, complices de la première heure pour certains, Benabar a choisi de privilégier ses anciens tubes, délaissant quelque peu son dernier album Les bénéfices du doute (http://mad.lesoir.be/musiques/pop-rock/cd/34812-benabar-les-benefices-du-doute/), qui avait pas mal souffert face à la critique. Dommage, car ça aurait été l'occasion de découvrir ces morceaux moins accrocheurs différemment … Le chanteur n'hésite tout de même pas à faire un pied de nez aux journalistes avec “ Politiquement correct “, chanson, qui d'après lui ne fut “ pas aimée ou simplement détestée “, et ce essentiellement par les journalistes “ ce qui n'est pas étonnant, car elle leur était un petit peu destinée “. Pour l'occasion, il s'était aussi entouré de deux choristes qui, il faut bien le dire, n'avaient pas d'intérêt ici, se prenant de haut et sans présence, que ce soit vocale ou physique, elle n'apportait rien à ce concert qui reposait autant sur Benabar que sur sa troupe de musiciens.

http://www.youtube.com/watch?v=d5VeOSW7npQ&feature=relmfu

Le succès mitigé de ce dernier album (et du précédent aussi, si l'on ose le dire) en avait peut-être refroidi certain, mais les fans du chanteur étaient au rendez-vous. Et, comme l'a dit Benabar, “ merci d'être venu, merci d'être restés “. Et, on a bien fait, car ça en valait vraiment la peine.

Stéphanie Abeloos (St.)
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Jeu 29 Mar - 13:12

Vu sur Montpellier.net

Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Lun 2 Avr - 0:20



"Défendre la fraternité, c’est peut-être politiquement correct mais je m’en fous !"

Bénabar, l’homme aux ritournelles sur la vie et les femmes revient au Zénith, à Montpellier, le 29 mars défendre son dernier album. Entretien avec un chanteur qui assume ses convictions.

Bénabar, vous serez en concert à Montpellier le 29 mars pour présenter votre dernier album, Le Bénéfice du doute. Après 15 ans de carrière, est-ce un virage dans votre carrière ?

J’ai l’impression, un petit peu. J’ai senti en faisant cet album la peur de me répéter, au bout de six albums. Je voulais éviter les tics d’écriture, la facilité.

On avait l’habitude d’un Bénabar poète, soulignant les petits détails du quotidien, décrivant la relation amoureuse. Cette période est révolue ?

Non, parce qu’il y a encore des chansons là-dessus dans l’album. C’est peut-être une petite parenthèse… En tout cas, j’aborde cela comme un virage. Je ne suis plus le débutant que j’étais. Je ne me vois pas non plus comme quelqu’un d’installé. Mais c’est un peu charnière, je crois.

Dans cet album, on sent des textes moins légers, avec des messages plus directs, plus profonds. Peut-on parler d’un disque où vous vous engagez plus ?

Peut-être un peu plus ouvertement. Mais ce n’était pas un choix. Je m’en rends compte, cela a beaucoup influencé certains titres, comme Politiquement correct. Mais franchement, ce n’est pas non plus une chanson punk. Sur scène, j’en rigole. Quand on voit le ramdam que cela a fait, et quand on écoute la chanson. Mais c’est peut-être un peu plus direct, oui. Je voulais écrire simplement, que ce soit franc. Cela ressort.

Le Bénéficie du doute a reçu un accueil mitigé par les critiques. Est-ce que ce cela vous a touché ?

Oui, beaucoup. Je n’aurais peut-être pas dû les lire, mais cela m’a beaucoup affecté. Cela m’a beaucoup fait de peine. Vous savez, il y a deux genres de critiques : les critiques d’album et les critiques un peu préparées à l’avance. Quelques journalistes parisiens m’attendaient au tournant.

On a voulu dégommer Bénabar ?

C’est sûr et certain ! Il y a des critiques qui se comportent comme des miliciens, qui vous attaquent sans même parler du disque.

Plus généralement, que pensez-vous de la place de la critique dans le monde de la musique ?

Franchement, je fais partie de ceux qui pensent qu’il faut une critique. Donc je ne peux pas la combattre quand elle s’adresse à moi. Cela fait partie d’un jeu que j’ai accepté. C’est normal, il y a un côté défense du consommateur ! Un disque, c’est aussi du commerce. Que des gens disent à d’autres gens : "Surtout n’achetez pas ça, c’est du vol", ça fait partie du jeu.

Le style est plus rythmé et jazzy. C’était votre intention, de mettre plus de densité musicale ?

Oui, cela a été apporté par Jean-Louis Piérot, qui a beaucoup travaillé dessus. Sur l’ambiance musicale, on voulait éviter de se répéter. C’était mon grand credo. Sur scène, il y a toujours des cuivres, de l’accordéon. Je n’ai pas changé de goûts musicaux. Mais sur l’album, ça me semblait important d’essayer d’aller ailleurs. De ne surtout pas faire un album redondant, comme une recette qui s’épuise. Mon but, c’est d’évoluer.

Récemment, vous êtes revenu à vos premières amours, avec le cinéma et le théâtre. Envisagez-vous un jour d’abandonner la musique pour le 7e art ?

En lisant certaines critiques, je me suis demandé si ce ne serait pas mieux ! Mais non, je ne me suis pas encore posé la question en ces termes. Je me considère comme un auteur de chansons. J’écris des trucs sincèrement, sans jamais me demander comment cela sera reçu par untel ou untel. Faire du cinéma ou du théâtre, c’est plutôt un cadeau. Quelque chose en plus.

Vous êtes avant tout réputé pour vos prestations scéniques. Assumez-vous cette réputation de bête de scène ?

C’est avant tout flatteur ! J’essaie de faire un spectacle digne de ce nom. Je ne suis pas tout seul. On est une grosse équipe sur scène. Il y a des cuivres, des choristes, des guitares. Je cultive vraiment ce côté spectacle, plutôt que le simple concert. Il y a de surprises, des blagues, des sketchs. La scène, ce n’est pas du tout le service après-vente de l’album.

A quel type de show peuvent s’attendre les Montpelliérains, le 29 mars ?

Il y a un décor. C’est un show que l’on voulait festif, assez gros. On est nombreux, il y a des costumes, beaucoup de lumière. J’avais envie de faire un vrai spectacle. Il doit y avoir 4 titres du dernier album. C’est vraiment un mélange de tous les albums. Il y a des surprises. Des bêtises. Ce qui m’intéresse, c’est de faire de la variété alternative. Du divertissement, si possible intelligent.

Montpellier, c’est une ville que vous connaissez ?

Un petit peu. On y a souvent joué, dans plusieurs salles. Depuis le début. Je suis venu souvent dans les petites salles de Montpellier, comme Mimi la Sardine.

A titre personnel, vous dénoncez la montée politiquement incorrect ? Qu’est-ce que cela veut dire, concrètement ?


Le mot « politiquement incorrect » a été dévoyé. Le politiquement incorrect au vrai sens du terme, c’est ce que nous faisons nous. C’est Coluche, c’est Desproges… C’est le fait de bouger un peu les lignes, de ne pas entrer dans le racolage permanent. Mais le terme est aujourd’hui mis à toutes les sauces. On l’utilise souvent pour faire passer des idées condamnables. On ne défend pas le racisme, mais on attaque l’antiracisme. Il y a une espèce de snobisme de petits marquis branchouilles qui trouvent cela facultatif de militer à SOS Racisme.

Vous évoquez la montée du racisme, de l’antisémitisme, de l’homophobie. N’êtes-vous pas en train de mettre un pied en politique ?

Je ne crois pas. D’une part, ma démarche n’est pas partisane. Ces idées humanistes sont de droite comme de gauche. C’est plus un truc de citoyen, de père de famille. La fraternité, c’est quelque chose de bien, à défendre. C’est peut-être politiquement correct, mais je m’en fous !

On sait que vous êtes un homme de gauche. La présidentielle d’avril, c’est quelque chose qui vous interpelle ?

Cela me parle. Je m’intéresse beaucoup à la politique. Mais je n’ai pas du tout l’intention de m’engager. Je reste à ma place de citoyen et de chanteur.

En 2007, vous aviez soutenu Ségolène Royal. Et en 2012 ?

En 2007, je n’avais été à aucun meeting. J’étais resté à ma place. En 2007, c’était quand même moins facile de défendre Ségolène Royal que ça ne l’est aujourd’hui de soutenir Hollande. Je dis cela pour tous les petits camarades chanteurs très en vue à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Lun 2 Avr - 16:47

TOULOUSEBLOG.fr



Photos du concert à voir ICI.
Revenir en haut Aller en bas
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Lun 2 Avr - 16:58

Merci Agnès !!!
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mar 3 Avr - 8:47



Bénabar : "La scène, ça doit être quelque chose de festif"

Chanteur du quotidien et des petits riens qui font une vie, Bénabar présentera un show dont il a le secret. DR

Bénabar est un chanteur populaire. Oui c’est vrai. Mais en version “discret et réservé”. En quinze ans et six disques, Bruno Nicolini a imprimé, tout en douceur, sa marque : chanteur du quotidien et des petits riens qui font une vie. Pas du tonitruant, juste un regard décalé. Même si dans “Les bénéfices du doute”, il se fait plus sérieux traitant ainsi du temps qui passe ou de l’alcoolisme. Sans jamais se laisser gagner par la sinistrose au fil des titres, il fait entrer un peu plus d’instruments pour gonfler son répertoire.Parti sur les routes, il a gardé ses bonnes habitudes : un show à taille humaine. Comme lui.

Pour votre sixième album, vous parlez moins du quotidien et plus des grands sentiments, des grandes choses de la vie…

« Cela s’est fait assez naturellement. J’essaie d’être le plus sincère possible. J’ai laissé venir ».

Vous avez aussi écrit beaucoup plus de chansons que d’habitude. Le choix a dû être cornélien ?

« J’ai été effectivement plus prolixe. Je voulais faire attention, avoir un choix plus varié. Après, c’est vrai que ça a été plus dur de choisir. Je travaille beaucoup sur les textes. Je souhaitais que ce soit vraiment abouti ».

Sur scène, vous êtes avec onze musiciens. Un joyeux bordel ?

« Autant un album, c’est une idée radicale, autant la scène, ça doit être quelque chose de festif. J’ai quatre-cinq titres de mon dernier album, quelques inédits et de nombreux titres de mes autres disques. C’est un vrai spectacle bien travaillé »

Vous allez participer à “Concert unique”, une émission de France Télévisions où l’artiste a le choix du lieu. Pour vous, ce sera le Musée des Arts forains à Paris. Pourquoi ?

« Je me sens assez proche du cirque, du forain. J’aime bien cette ambiance de vie en communauté, de fête. En plus, le musée est vraiment très joli ».

Vous avez connu quelques expériences au cinéma et au théâtre. Ce sont des opportunités ou une vraie volonté ?

« C’est vraiment du coup par coup. C’est une chance de pouvoir en faire. Je prends beaucoup de recul par rapport à ça. »

-------------



Bénabar : « Le droit d’être humaniste »
le 03/04/2012 à 05:00 par Par Joachim Carrasco

Bénabar est l’un des chanteurs le plus plébiscité dans l’Hexagone ces dernières années.
Les journalistes lui ont vite fait une réputation de grande gueule, car Bruno Nicolini, alias Bénabar a des choses à dire. Rencontre avec un chanteur qui doute, pour la bonne cause !

Guitare, banjo, harmonica : Les bénéfices du doute c’est un peu un album au coin du feu ?

« Oui, il y a de ça, je voulais un album moins ouvertement festif, selon l’expression toute faite “sortir des sentiers battus”, ou du moins changer un peu. Sans prise de risque, faire de la chanson n’a pas grand intérêt… »

Maintenant que vous êtes installé dans le succès, qu’est-ce qui nourrit vos doutes ?

« Je pense qu’on est jamais vraiment installé… Et c’est tant mieux ! Le fait que rien ne soit jamais acquis est une chose saine, c’est comme un contrat, à moi de mériter l’attention que les gens me porteront. Et dans cette activité, évidemment les doutes concernent principalement la qualité des morceaux. »

Votre statut de “star” vous met toujours mal à l’aise ?

« Ça va mieux qu’avant sur le sujet. Je ne ressens pas d’ambiguïté entre ce que je suis réellement et ce que la presse peut créer autour de moi. Bon parfois je lis un papier et je me dis “mais de qui ils parlent là ?”, mais bon ça fait partie du taf, je dois accepter d’être catalogué… »

Vous avez peur de l’association chanson française/chanson guimauve ?

« Non, de mon côté ça ne me traverse jamais l’esprit, c’est le jeu, il faut classer, ça fait partie du boulet des journalistes. Heu, boulot pardon, c’est un lapsus (rire !). On m’a dit “Bobo”, nouvelle chanson française, voir nouvelle-nouvelle chanson française… Que dire… »

On a le sentiment qu’avec vous, rébellion rime souvent avec réflexion ?


« J’espère ! J’essaie en tout cas que ce ne soit pas stérile. J’ai 42 ans, je n’ai plus la sublime et magnifique rébellion qu’on a à 20 ans. Etre utopiste à 40 ans, c’est désespérant ! »

Vous vous défendiez d’être un artiste militant, Politiquement correct n’est-ce pas du militantisme déguisé ?

« Si on veut… C’est une chanson humaniste, ni de droite, ni de gauche. En fait je pense qu’on nous confisque l’idée d’être humaniste aujourd’hui, l’idée de dire des choses simples du type “non je ne pense pas qu’il y ait trop de musulmans en France” ou “non je ne trouve pas qu’il y ait trop de Juifs à la télé”, c’est naïf, ce n’est pas du militantisme, mais c’est ce que je dirai à mes enfants par exemple. »

Vous aviez fait preuve d’engagement lors de la dernière présidentielle. Pour celle en cours, vous n’étiez pas motivé ?

« (Rire). Bon d’abord, je n’étais pas vraiment investi, mais au moment où j’ai accepté de chanter à un meeting avec beaucoup d’autres, on savait déjà que c’était cuit. C’était plus pour l’honneur en quelque sorte. Mais je n’ai jamais appelé à voter pour qui que ce soit, ce n’est pas ma prétention. Il faut s’engager bien sûr, il faut participer, mais je ne donne pas de conseils aux gens ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mar 3 Avr - 9:10

En plus des 2 articles du post précédent :


Bénabar : « Je trouve Nikos Aliagas est honnête et sincère »
Publié le 03 avril 2012 à 08:32

Dans un entretien accordé au magazine Grazia, Bénabar fait état de ses goûts télévisuels. Le chanteur est un téléspectateur avoue aimer les émissions de variété: « J’ai toujours été client de ce style d’émissions (de variété). Je les regarde même quand je n’y suis pas programmé, je n’ai pas une nature égoïste, a révélé le chanteur. J’aime bien celles que présente Nikos Aliagas. Je le trouve honnête et sincère. »

Bénabar aime aussi regarder le journal du soir et affirme être séduit par le JT de TF1 du week-end, présenté par Claire Chazal, mais ajoute que regarder ce programme à table lui cause des ennuis avec le reste de sa famille: « Je regarde le 13 heures de France 2, le 19/20 de France 2, et le week-end le journal de Claire Chazal, surtout le dimanche soir. Elle fait maintenant partie des meubles, et son style est apaisant. Précision : je regarde les JT à table (j’aime bien le côté paysan de cette habitude), ça me vaut certaines frictions à la maison. »

Enfin,Bénabar, qui a sorti son dernier album « Les bénéfices du doute » est sorti en décembre dernier, révèle qu’il effectue un contrôle des émissions musicales dans le but, dit-il, de vérifier si ces clips sont diffusés: « J’y vais par pure conscience professionnelle, pour voir ce qui se fait de nouveau et pour constater, avec une certaine mauvaise foi, que mes clips n’y sont pas assez programmés.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Jeu 5 Avr - 10:03



Musique - Zénith Dijon : c’est l’effet Bénabar
le 04/04/2012 à 22:43 par Par Coralie Morelle.



Bénabar au Zénith de Dijon. Photo Didier Taberlet


Bénabar n’a pas failli à sa réputation de chanteur à textes, hier soir au Zénith de Dijon. Il nous a raconté de belles histoires.

Bénabar, c’est un peu celui qui, depuis sa chanson de La berceuse, ne s’est jamais arrêté de nous apaiser avec ses mélodies sincères et ses paroles qui ont un sens. C’est en partie pour ça que Marielle et ses deux filles ont fait le déplacement depuis Mâcon. Bénabar n’est pas encore arrivé sur scène que toutes en chœur crient et l’appellent “Bruno !” «parce que ça fait plus intime de l’appeler comme ça ». Puis la tension monte, les “Bénébariennes” ne peuvent plus attendre. Ces fans d’un soir et de toujours sont comme tout le public réuni hier, en grande forme. Un public plutôt éclectique (plus de 3 000 personnes !), des couples, des trentenaires, des quadragénaires que Bénabar aura largement salués durant son show.

La scène est très lounge, les musiciens sont en osmose et quand l’artiste débarque, vêtu d’un pantalon violet et d’une veste élégante, c’est la folie ; les mains se lèvent, les bouchent forment des cœurs et fredonnent toutes les chansons. Ce n’est pas encore L’effet papillon, mais c’est sûr, c’est l’effet Bénabar qui recommence.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Jeu 5 Avr - 15:37



Musique. Artiste populaire et bête de scène, Bénabar sait aimer son public




Saint-Etienne Autour de son dernier album « Les bénéfices du doute », Bénabar sera en concert au Zénith, vendredi.

Après six albums, où trouvez-vous encore l’inspiration pour écrire ? Avez-vous des sujets de prédilection ?

Dans mes chansons, je parle de ce qui me touche, j’écris des textes en rapport avec mon âge, autour de sujets qui évoluent avec le temps. Brassens disait que tous les auteurs ont trois à quatre sujets de prédilection qu’ils traitent sans fin. Et effectivement, on le retrouve chez Renaud ou chez Souchon. En ce qui me concerne, les sujets qui reviennent toujours sont la famille, les copains, le temps qui passe ou encore les portraits de personnes d’aujourd’hui. Pour écrire, les sujets viennent à moi. J’ai pris l’habitude de travailler tout le temps donc je suis disponible à ce qui se passe, à des situations qui attirent mon attention. Ce ne sont pas forcément des gros trucs d’ailleurs, mais il suffit que quelque chose capte mon attention et reste gravé dans ma mémoire pour devenir une chanson plusieurs années plus tard.

Dans votre dernier album, « Les bénéfices du doute », la trompette et les cuivres que vous aimez tant sont absents, est-ce qu’on les retrouve sur scène ?

Oui bien sûr. En fait, sur scène, c’est une grosse équipe, toujours la même, qui s’est d’ailleurs étoffée de deux choristes. Je continue à adorer les fanfares et les cuivres mais pour cet album, on a choisi de sortir de nos sentiers habituels. J’ai voulu éviter de m’auto-parodier : c’était une réelle volonté de changer de sonorités. Pour cette tournée, il faut savoir que sur scène, on présente plus une sorte de best of avec les meilleurs morceaux. Il n’y a que cinq titres du nouvel album.

Vous avez une présence scénique hors du commun. Comment vivez-vous cela de l’intérieur ?

La scène compte beaucoup pour moi. Bien que cela fasse 18 ans que je fais ce métier, il y a toujours quelque chose de magique pour moi à monter sur scène, devant des gens qui se sont déplacés pour me voir. Je suis là aussi pour leur apporter du divertissement. Avec les musiciens et les choristes, on travaille tous autour de ça. Offrir du divertissement, avec en plus, j’espère, quelque chose à raconter derrière.

Une rencontre entre Bénabar et des lecteurs du Progrès qui ont participé à notre jeu aura lieu demain.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Catherine

avatar

Messages : 3006
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 47
Localisation : Doubs (25)

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Jeu 5 Avr - 22:24

Merci Kiki ! par contre, avez vous vu les fautes dans l'article sur Dijon ?! je cite : "les bouchent forment des cœurs et fredonnent toutes les chansons."
Enorme non ? 2 fautes excellentes lol!
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Ven 6 Avr - 8:52



critique par joachim carrasco - concert. Zénith de Dijon
le 06/04/2012

Plus que correct


Avec son air d’éternel adolescent, Bénabar a su charmer son public venu en nombre. Photo Didier Taberlet

Beaucoup de Dijonnais avaient fait le choix de ne pas « se cacher sous les draps », et ont rapidement rempli le Zénith, offrant à Bénabar une tribune des plus chaleureuses.

Et tout est fait pour que le concert demeure mémorable : il entre sur scène dans le noir, en voix-off, en évoquant le futur bilan de la soirée, forcément bon. Après une rapide présentation en musique, il attaque la salle avec Infréquentable, qui donnera le tempo du reste de la soirée. Bondissant, marquant chaque centimètre d’une scène qui semble presque trop petite, il enchaîne ses histoires avec fluidité, et au son d’un groupe impressionnant. Passé quelques titres, sa voix s’éraille un peu, et gagne encore plus en présence. Côté salle, les retours sont sans ambiguïté.

Et c’est bien une de ses bottes secrète, instaurer la réactivité du public, quitte à le faire huer (pour la bonne cause). Un mot, une blague, une séance d’hypnose avec le premier rang ; par n’importe quel moyen, Bénabar appuie sa prestance scénique, transporte la salle du bonheur au rire, provoquant l’hilarité générale lorsqu’il cherche un refrain alternatif au titre Politiquement correct.

Épaulé par ses complices tout au long de divers numéros tous très bien ficelés, il ne laisse personne perdre le fil, maintient son spectacle à bout de bras, et s’il présente un véritable show, l’absence d’aseptisation et la franche bonne humeur qui règne sur scène sont d’autant plus appréciables.

De retour pour deux rappels généreux, et avant un final a cappella, il se lance dans une traduction de Love Me Tender, une adaptation résumant bien la palette de ses talents, entre humour de proximité et bonne recette musicale.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Ven 6 Avr - 21:54

06 04 12

Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Dim 8 Avr - 12:27

08 04 12

Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Lun 9 Avr - 17:58

Article trouvé dans "Le Mag - Zénith - Dijon"

Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mar 10 Avr - 16:17

Vu sur Concert & Co.com, Concernant le concert de Montpellier.

Archimède
C’est dans un Zénith aux faux-semblants que débute la première partie de Bénabar : Archimède.
En effet, les lieux sont loin d’afficher complet, et les grands drapés noirs qui condamnent la moitié des sièges rapportent à 3000 le nombre de spectateurs possible.
Un tour de passe-passe pour qu’un maximum de personnes se retrouve dans la fosse et simule un volume qui n’existe pas, peut-être ?...
Et malgré ça, il reste encore des places vides.

C’est donc un set acoustique que nous propose Archimède, avec un groupe habituel de cinq musiciens tronqué pour l’occasion en guitare, basse et un chouïa d’harmonica.
Le concert démarre assez lentement, et on sent que le public n’est pas encore embarqué dans l’histoire. Il est dissipé, ça parle, ça bouge, ça souffle.
Fait plus qu’inattendu, le chanteur nous annonce dès le début qu’il ne sera présent qu’une vingtaine de minutes en notre compagnie !
On ne peut s’empêcher de penser qu’on a entendu mieux pour dévergonder les foules… Et c’est vrai que pour une première partie aussi courte fallait peut-être autre chose que de la guimauve.
Même par simple mimétisme, le public se prête timidement au jeu de "je tape dans mes mains", mais ne pousse pas l’effort jusqu’à les lever au-dessus de la tête, tellement c’est mou.

C’est à peu près au moment où on commence vraiment à s’inquiéter pour la suite, qu’Archimède nous balance son tube L’Eté Revient.
Enfin un petit air frais et léger qui nous titille les oreilles de son souffle. Ça fait un petit temps maintenant que ce morceau à fait le tour des radios, mais c’est toujours agréable de sentir son popotin dodeliner doucement, et même de s’apercevoir qu’on se souvient encore du refrain.
Mais les sourires s’estompent vite lorsque le duo comique entre le chanteur et son frangin à la guitare nous gratifie de blagounettes graveleuses entre les chansons.
Va falloir que ça se termine, et vite.
Aussitôt pensé, mon vœu est exaucé ; et même plus que ça.
C’est avec une reprise de Hygiaphone (de vous savez qui) qu’Archimède va enfin captiver notre attention. "Et j’aimerais bien vous voir les mains levées sur ce titre !!" ça veut tout dire…

Et c’est vrai qu’il y a du Aubert dans cette voix. Quel dommage…
Et même si c’est plus pour l’hommage à Téléphone que grâce au chanteur présent sur scène, la salle s’est enfin réveillée ; juste à temps…

BENABAR
Sentant le chanteur tout près de nous, à quelques secondes d’entrer sur scène, c’est pourtant sa voix qui nous parvient en premier. Bénabar feint une interview futuriste, où le journaliste demanderait ses impressions sur le concert que nous nous apprêtons à vivre : "Montpellier, le 29 mars…est-ce que le public était chaud ?..."
Et ce même public, composé majoritairement de pères de famille et de copines d’enfance semble-t-il, accueille, dans une immense clameur, le chanteur, slim violet, cheveux gominés, veston noir cintré.

Pour cette entrée, le décor est encore minimaliste, avec une ambiance cosy servie par quelques projecteurs, un rideau blanc et des lampadaires de salon sur scène.
Alors quelle ne fut pas notre stupeur lorsque, sur le refrain de la deuxième chanson, le rideau s’est écarté au son de voix féminines sur un décor cabaret pailleté ; des musiciens ont surgi aux côtés des choristes, un accordéon et deux cuivres surexcités, que des projos montés sur une rampe en arc de cercle baignaient de leurs tournoiements en tous sens. Des gros cubes rétro éclairés par des dizaines de couleurs permettent à certains zicos de prendre de la hauteur.
Cosy ?..... Que nenni. Ambiance funky burlesque !

Tout le long du concert la teinte musicale va varier en passant de l’esprit bal musette à un univers plus jazzy, tout en faisant un détour par des fanfares aux accents kusturiciens. Les musiciens multi-instrumentistes s’échangeront régulièrement leurs jouets, et ajouteront au répertoire de la formation classique des banjos, mandolines, flûtes, tubas, percussions diverses et même un piano à queue !

Une partie intégrante de ce genre de spectacle c’est aussi l’enthousiasme débordant des divers protagonistes. Et Bénabar l’a bien compris. C’est un personnage très haut en couleur qu’il interprète, avec beaucoup de gestuelle, de mimiques et un phrasé toujours bien senti de ses paroles, ponctuées là où il faut.

Porté par un son de bonne qualité, le public est réceptif et, sur Politiquement Correct, va même jusqu’à participer et proposer des expressions pour changer le refrain "Je t’emmerde !" ; de bien belles paroles destinées à certains journalistes bien attentionnés. Quelques voix s’élèvent dans la salle et en profitent pour crier leur amour, et Bénabar leur rend en faisant un trait d’humour sur une commande de 3000 pass VIP pour aller l’embrasser dans les loges.
Et lorsqu’il se trompe dans les paroles, c’est sans prise de tête qu’il est déjà tout pardonné par un public plié en deux. Bon enfant, tout ça…
Bon ok, on a compris, c’est pas le concert le plus "défouloir" qu’on ait vu, mais l’ambiance est décontract’ comme une fin de journée de boulot, un verre de vin à portée de main, découpant le saucisson pour l’apéro entre amis. On se détend et ça fait plaisir.
Parfois on se laisserait envahir par un éclat de rire face à ce que l’on voit sur scène, comme sur l’intro de Quatre Murs Et Un Toit, où un petit pas de deux est chorégraphié avec le band au complet, lampadaires en mains.

Mais parfois c’est aussi la carte de l’émotion qui est jouée. Le 115 est un titre très intimiste que le chanteur a choisi d’interpréter sur le bord d’un bras de scène ; une avancée simplement éclairée par des petits projecteurs orangés qui subliment cette pièce pour voix et accordéon.
Ça donne juste l’impression d’assister à une représentation théâtrale du XIXe.
"C’est une sorte d’autobiographie" nous explique Bénabar, "on jouait ça depuis longtemps dans les bistrots pourris, bien avant qu’on soit pourri par l’argent."
Nous écrasons une larme nostalgique en bons trentenaires que nous sommes, juste avant qu’il nous rebalance une couche de performance absurde. Des instruments artisanaux font leur apparition sur scène avant que le chanteur n’explique : "C’est la crise, Carglass répare, Carglass remplace, enfin… on va quand même faire un peu de musique".
Rires dans le public. Il se retourne et un encart McDo est accroché dans son dos. Le public se tient les côtes.
Vous l’aurez compris, c’est bien A Notre Santé qui démarre.
Toute la séquence émotion n’était qu’une ruse pour nous faire passer d’une gamme de sentiments à une autre, et les rires n’en sont que plus intenses.
Mais on ne l’arrête plus, et sur l’intro de Les Râteaux il nous avoue sans retenue : "Je suis obligé de faire croire à ma mère que je participe à des partouzes sinon elle croit que j’ai pas de copains".

Ça y est, on est parti, on est dedans. Il ne manquait plus que le morceau ultime de sa réussite pour nous conquérir, et le voilà. Le Diner. Comme Bernadette Soubirous, la foule est en extase, et Bénabar n’est pas loin du point de non-retour non plus.
Pourquoi c’est pas comme ça depuis le début ?! C’est ce qu’on pourrait se demander, et on aurait bien raison ; surtout si on savait que la fin est proche.
Mais pour l’instant il les enchaîne, ses succès. Et le bonheur est tel que même l’énoooorme fausse note hurlée sur le refrain de L’Effet Papillon, n’a plus aucune importance.
Les pères de famille tapent des pieds ; les copines s’égosillent en tapant des mains.

Pour le rappel, Bénabar se met au piano à queue, tout en haut, et fait une version acoustique et très perso de Love Me Tender, qui devient tout de suite bénabartesque ; comprendre, plus ciblée sur l’autodérision.
Adieu le king….

Le deuxième rappel, lui, est un a cappella interprété par tout le groupe sur L’Itinéraire.
Allez-y, rapprochez-vous, tendez bien l’oreille…. Les paroles de cette chanson sont la raison même de venir à ce concert.
Et dire qu’on commençait à peine à s’amuser…

Setlist :
Quelle Histoire
Infréquentable
Où T’étais Passé ?
Adolescente
Pas Du Tout
L’Agneau
Politiquement Correct
Y’a Une Fille Qu’Habite Chez Moi
Moins Vite
Quatre Murs Et Un Toit
Le 115
Maritie Et Gilbert Carpentier
Dis-Lui Oui
A Poings Fermés
La Berceuse
A Notre Santé
Les Râteaux
Le Diner
Je Suis De Celles
L’Effet Papillon
--------------------------------
Love Me Tender
Les Epices Du Souk Du Caire
--------------------------------------------
L’Itinéraire


Source avec photos.
Revenir en haut Aller en bas
MéLie-MéLo

avatar

Messages : 2667
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 30
Localisation : Doubs

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Ven 13 Avr - 15:40

Merci Agnès Smile je lirai ça en détail ce week-end Smile, ç'a l'air d'être un bel article !
Revenir en haut Aller en bas
http://myspace.com/moi_melimelo
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Ven 13 Avr - 17:39

Un très joli compte-rendu du concert de Bruxelles accompagné de non moins jolies photos sur ce BLOG
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Ven 13 Avr - 22:23

Un article trouvé sur "Tendance Ouest - Rouen"

Le charme rêveur de Bénabar au Zénith de Rouen

Bénarbar débarque au Zénith avec ses chansons pleines de rêve dimanche 15 avril.

Bénabar , c’est dix ans de carrière, trois victoires de la musique. Il est aussi l’un des artistes les plus appréciés du public français. Tous les ingrédients sont réunis pour une soirée de rêve au Zenith. Le rêve, c’est justement ce qu’il utilise sans réserve pour l’écriture et sa musique.

Celui qui se destinait à une carrière de cinéaste, réalise aujourd’hui sous couvert de la chanson, des morceaux musicaux proches du court métrage. Il suffit de l’écouter et de fermer les yeux. L’imagination prend le pas sur la réalité et les images défilent dans nos têtes, comme autant d’illustrations des textes de l’artiste.

La scène : ce qu'il préfère

Bénabar le voyageur, Bénabar le charmeur et Bénabar l’artiste engagé pour le soutien d’une société multiculturelle et humaniste fait vibrer son public. Il taquine avec talent les étoiles du show business qui ont rapidement admis le chanteur dans leur cercle. Même s’il attache de l’importance à l’excellence de ses enregistrements, la scène reste le lieu que l’artiste préfère pour faire passer les messages et les émotions.

Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mar 24 Avr - 9:19



Bénabar à son zénith


Bénabar est ce soir sur la scène du Phénix et retrouve le Printemps de Bourges, festival qu’il connaît depuis une dizaine d’années.Bénabar retrouve ce soir une scène où il s’est déjà produit : celle du Phénix. La dernière fois, c’était il y a trois ans. Il y donnera la note finale à une soirée ouverte par GiedRé, Nadéah puis Brigitte.

Où vous situez-vous en ce moment ?

C’est difficile : je suis mon bonhomme de chemin, celui d’un auteur. Je raconte des histoires, des choses qui me touchent, j’essaie d’être sincère.

En 2009, votre concert était bourré d’énergie, avec un côté spectacle…

Dans le privé, je suis plutôt réservé et pudique, mais les albums permettent d’aller un peu plus loin dans le sucré - salé. Un album est plus nuancé. Quant à la scène, c’est un spectacle, c’est le côté que je privilégie, et il y a de l’énergie.

Vous venez au Printemps, et c’est loin d’être la première fois…

Je suis enthousiaste ! Il y a plus de dix ans, c’était en off, dans un bar. Puis je suis revenu au Printemps, et pas seulement sous le grand chapiteau.

Que représente le Printemps pour vous ?

C’est un festival important en France, et c’est le départ des festivals. Ça rythme nos tournées. Et puis Bourges, il y a la gastronomie et j’aime bien le vin de cette région.

Qu’écoutez-vous en ce moment ?

J’écoute beaucoup la Grande Sophie et un jeune groupe, Archimède, dont c’est le deuxième album. Ils ont quelque chose, entre la pop anglaise et la chanson française à texte… C’est très bien. Pour le reste, je ne suis pas très intrépide, même si j’écoute toutes les nouveautés depuis cinq ou six ans.

Rien côté autres musiques ? Le classique ?


Si, je découvre la musique classique, vraiment. Je m’y perds un peu mais c’est une grande révélation. Ça devient très important pour moi.

Que sera le concert de ce soir ?

Cette fois, ce sera davantage un spectacle qu’un récital. Il y aura un mélange de tous les titres. On est onze sur scène, il y a des décors, des lumières, des choristes… Il y a des sketches, les musiciens jouent le jeu. L’idée est de faire un spectacle. n

Bertrand Philippe
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
fanny08

avatar

Messages : 2329
Date d'inscription : 17/01/2012
Age : 30
Localisation : Ardennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mar 24 Avr - 9:34

Merci Kiki !!! Je ne me lasserai jamais de cette photo Smile
Revenir en haut Aller en bas
Catherine

avatar

Messages : 3006
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 47
Localisation : Doubs (25)

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mar 24 Avr - 9:57

Merci Kiki ! et je te comprends Fanny !

Une petite phrase a toutefois retenu mon attention dans le dernier paragraphe : "Cette fois, ce sera davantage un spectacle qu’un récital." Suspect q'un récital ? Hum...???
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mer 25 Avr - 8:45



Bénabar devant ses fans en ouverture du 36e Printemps de Bourges
mercredi 25.04.2012, 05:15 - BOURGES (AFP)© 2012 AFP


Photo AFP

Bénabar a ouvert mardi le 36e Printemps de Bourges devant un public de fans conquis d'avance par son spectacle à mi-chemin entre chansons et humour, tandis que Rover a confirmé les échos flatteurs suscités par son premier disque avec son rock puissant et habité.

A l'image de ses chansons, souvent inspirées de la vie quotidienne et de choses vues, le concert de Bénabar est un mélange de bal musette, de grand orchestre et de one-man-show.

Bénabar parle plus qu'il ne chante vraiment, alors que ses musiciens -- dont une section de cuivres -- l'entraînent vers des rythmes de zouk, de funk ou des airs balkaniques.

Entre deux chansons, il enchaîne les piques façon guerre des sexes avec ses choristes, colle sur sa chemise le logo d'une marque de fast-food car "c'est la crise et qu'il faut bien vivre", abreuve le public de blagues plus ou moins drôles sur les dessous du showbiz et plaisante sur ses "crises d'angoisse".

Pour présenter son dernier succès "Politiquement correct", tiré de son album "Les bénéfices du doutes" paru en décembre, il explique que c'est une chanson "que les enfants ont adoré car il y avait des gros mots" et que "les petits rebelles de salons ont détesté car elle leur était destinée".

Si le chapiteau du Phénix -- la plus grande scène du festival avec 6.000 places -- n'est pas tout à fait plein, le chanteur joue devant un public de fans conquis, qui reprend en choeur les paroles de "L'effet Papillon", "La Berceuse" ou l'incontournable "Le Dîner". [...]



Dernière édition par kiki le Mer 25 Avr - 9:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
fanny08

avatar

Messages : 2329
Date d'inscription : 17/01/2012
Age : 30
Localisation : Ardennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mer 25 Avr - 8:53

Pas trop trop d'accord avec ce journaliste...
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   Mer 25 Avr - 9:21



Bourges : Bénabar et Brigitte premières stars du Printemps hier soir
EMMANUEL MAROLLE | Publié le 25.04.2012


Bénabar hier soir pour l'ouverture du 36ème Printemps de Bourges | LP Jean-Baptiste Quentin

[...]
Pendant longtemps Bénabar lui, c'était le costume noir. Désormais, comme hier à Bourges, c'est les strass, les paillettes, les gros décors et le pantalon pourpre. Sur cette nouvelle tournée clinquante, le chanteur gagne en spectaculaire ce qu'il perd en énergie et en enthousiasme. Certes, l'humour de l'artiste est toujours là, quand il veut faire le malin avec ses choristes ( «Tu vas m'étendre ça dans la loge, s'il te plait »), les chansons pas toujours, lorsqu'on l'entend reprendre les pénibles «Rateaux» de son dernier album ou revisiter, en acoustique, «A votre santé», en y glissant des citations de marques célèbres. Exercice de style presque embarrassant.
[...]
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Articles sur les concerts 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
Articles sur les concerts 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bénabar :: Archives :: Articles de presse-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: