Forum non officiel sur le chanteur Bruno Bénabar
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Articles divers janvier - juin 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Articles divers janvier - juin 2012   Lun 9 Jan - 19:55

leparisien.fr - 09 01 2012

Ils sont partout… sauf au top

Ils ont beau être bien servis. Parfois, l’addition a un goût amer. Certes, il y a des valeurs sûres qui continuent à fonctionner. En à peine quelques semaines, Bénabar a dépassé les 100 000 exemplaires vendus, Laurent Voulzy les 180 000. Des artistes qui n’ont pas de difficultés à convaincre les médias toujours prêts à les recevoir.

Mais le « vu à la télé » ne fait pas tout. Il est même régulièrement inversement proportionnel aux ventes et à l’intérêt réel des consommateurs.

Lorie a beau être invitée partout pour parler de son retour à la chanson, son disque n’a attiré qu’à peine 8 000 acheteurs. Même chose pour Sinclair qui a délaissé « Nouvelle Star » pour revenir à la musique dans l’indifférence. Il a laborieusement rassemblé 11 000 irréductibles. De plus, le glamour ne fait pas tout. Mélanie Laurent était omniprésente en 2011 entre comédie, réalisation, maîtresse de cérémonie à Cannes et… chanteuse. Son disque, pourtant réussi, a convaincu un peu plus de 7 000 curieux dans les premières semaines avant de disparaître des classements. Arielle Dombasle, bonne cliente en télévision, frôle les 15 000 ventes, tout comme Maurane, un peu au-dessus des 18 000. Peu de gens se sont intéressés, pour l’instant, à la nouvelle comédie musicale de Pascal Obispo « Adam et Eve », dont le disque s’est écoulé à un peu plus de 16 000 exemplaires. Le public n’a manifesté guère plus d’enthousiasme pour Lulu Gainsbourg, malgré un album chic et une pléiade d’invités. Même si le fils de Serge a squatté les couvertures de magazines, « From Gainsbourg to Lulu » n’a séduit que 17 300 personnes.
D’autres labels misaient gros sur leurs poulains. Julien Doré n’est pas passé inaperçu avec son 2e album « Bichon ». Mais l’ex-Nouvelle Star n’a pu compter que sur 60 000 fidèles. Cela s’annonce difficile aussi pour Christophe Willem, pas aidé par un album raté. « Prismophonic » n’en est qu’à 57300 ventes au 31 décembre. Pendant que son camarade Voulzy cartonne, Alain Souchon ne fait pas d’étincelles avec « A cause d’elles » et ses 72 430 exemplaires, soit moitié moins que son compère. La présence médiatique permanente n’a pas non plus joué en faveur de Lady Gagaet Johnny Hallyday, dont on était en droit d’attendre bien mieux. La première a eu beau enchaîner les coups d’éclat, être matraquée par les FM, son « Born This Way » totalise 167 800 ventes. Le second a eu beau avoir plateau ouvert à la télé, son « Jamais seul » a tout juste rassemblé 181400 fans, dont 100 000 en première semaine lors de sa sortie.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Lun 9 Jan - 19:57

kiki a écrit:
leparisien.fr - 09 01 2012

Ils sont partout… sauf au top

Ils ont beau être bien servis. Parfois, l’addition a un goût amer. Certes, il y a des valeurs sûres qui continuent à fonctionner. En à peine quelques semaines, Bénabar a dépassé les 100 000 exemplaires vendus, Laurent Voulzy les 180 000. Des artistes qui n’ont pas de difficultés à convaincre les médias toujours prêts à les recevoir.
Pas mal quand même alors que l'album n'est sorti que depuis 2 mois, qu'il n'a pas eu que de bonnes critiques presse, qu'il n'a pas été porté par le meilleur single et que la tournée n'a pas encore débuté !
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Lun 16 Jan - 12:35

Paulette-magazine 15 01 2012

QUIZZETTE : BÉNABAR

Trois ans après la pop orchestrée de l’album Infréquentable, Bénabar revient avec un nouvel album, Les bénéfices du doute. Il n'en a eu aucun pour répondre à notre Quizzette.

Au menu de ce nouvel opus, des guitares, des banjos, de l’harmonica, un piano bastringue et de joyeuses mélodies sans fioritures. Pour les textes, il s’est inspiré des phrases de la rue, du bistrot, des nuits inquiètes et des petits matins qui se lèvent. Pour lui, une chanson, c’est du détail, le petit bout de la lorgnette, elle doit tenir sur un ticket de métro ou une carte postale.

Bruno Nicolini, qu’on qualifie souvent de "chanteur à sketches" est également, comme tous les comiques, sensible et délicat quand il s’agit de dévoiler ses émotions. Il a d’ailleurs écrit une ballade (Les Mirabelles) dédiée à son ami décédé Jocelyn Quivrin, rencontré sur le tournage d'Incognito d’Eric Lavaine.



QUIZETTE PAULETTE
"JE FAIS MES e-EMPLETTES SUR PAULETTE !"

Paulette : Qu’est-ce que tu aimes le plus au monde ? Bénabar : Les chipsters de Belin

Qu’est-ce qui te fait rire ? Les mauvaises blagues

Ce qui t’exaspère. La bêtise satisfaite

Ton humiliation ultime. Être pris pour un autre par quelqu’un que j’connais.

Qui jalouses-tu ? Ceux qui ont réponse à tout.

Si tu devais écrire un bouquin, quel en serait le titre ? La Bible

Qu’est-ce que tu pourrais dire pour Paulette qui serait politiquement incorrect ?
Je fais mes e-Emplettes sur le site de Paulette.

Une expression que tu détestes ? "Au jour d’aujourd’hui"

En quoi es-tu original, singulier ? En ne cherchant pas à l’être.

En quoi es-tu comme tout le monde ? J’aime mes parents, j’aime mes enfants, c’est bien pensant… Je n’aime pas la guerre, ni la misère…

La chose la plus universellement partagée selon toi. La peur

Quel est ton petit plaisir quotidien ? Faire le mal. Apporter tristesse et malheur aux gens qui m'entourent. Ha ha ha ! (rire sarcastique qui fout la trouille.)

Qui redoutes-tu de croiser par hasard ? Un tigre

Va-t-on te revoir prochainement sur grand écran ? Possible…

Un message personnel à faire passer ? Bonne année à tous !
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Lun 16 Jan - 13:12

Amusant !
Revenir en haut Aller en bas
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Lun 16 Jan - 19:05

J'aime beaucoup et je suis ravie de constater que je ne suis pas seule à détester l'expression "Au jour d'aujourd'hui" qui ne veut absolument rien dire, aujourd'hui, c'est aujourd'hui, y'a pas d'autres solutions (voilà, fini le coup de gueule du jour What a Face ^^)
Revenir en haut Aller en bas
MéLie-MéLo

avatar

Messages : 2667
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 30
Localisation : Doubs

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Lun 16 Jan - 21:18

Je ne fais que plussoyer Clem, je le trouve "con" ce tic de langage...
Merci Kiki pour cet article "décallé" !
Revenir en haut Aller en bas
http://myspace.com/moi_melimelo
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Ven 20 Jan - 12:26

En fait, je ne sais pas où mettre ce qui suit

"Petits moments d'ivresse" de Gustave Kervern © Le Cherche Midi

Gustave Kervern et Stéphanie Pillonca ont recueilli des souvenirs de moments d'ivresse des plus grandes stars. Récits de pertes de contrôle, situations rocambolesques ou encore grands moments de solitude, tous se livrent avec humour et sincérité.



Accompagné par des photos artisanales de Gustave Kervern et Stéphanie Pillonca, ce beau livre en forme d'itinéraire spiritueux et spirituel est une ode non seulement à l'ivresse, mais aussi à l'amitié, au bien vivre et à la démesure. Avec un casting d'exception : Gérard Depardieu, Jean-Pierre Mocky, Antoine de Caunes, Édouard Baer, Jean-Pierre Darroussin, Yvan Le Bolloc'h, Lio, Yolande Moreau, Amélie Nothomb, Bertrand Tavernier, Marjane Satrapi, Fernando Arrabal, Jean-Michel Ribes, Miossec, Virginie Efira, Nicolas Bedos, Benjamin Biolay, Frédéric Beigbeder, Julien Doré, Sara Forestier, Bénabar, Benoît Poelvoorde.

Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Ven 20 Jan - 12:52

C'est très bien là ! Merci Smile.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Dim 22 Jan - 10:52

Jolie description parue sur info-culture.com

Treize ans de scène, cinq albums vendus à plus de 3 millions d’exemplaires et trois Victoires de la musique ont placé Bénabar dans le top des chanteurs français les plus populaires. Si ses textes ciselés dévoilent sensibilité et simplicité, sa personnalité est bien moins discrète qu’on ne pourrait le penser… Véritable bête de scène, ses concerts ébouriffants, gavés d’énergie, de drôlerie et d’émotion, restent gravés dans les mémoires. Son nouvel album est attendu pour le mois de décembre 2011.

Bénabar : Un artiste total

Il y a en Bénabar des traits de caractère, qualités et talents qui font écho au plus grand nombre. Pourtant, l’âge aidant, il se révèle être un artiste bien plus complexe qu’il n’y paraît. Certes, sous le masque de Bénabar, on trouve un auteur, un acteur et un comédien, respectueux de ses rôles comme de son public. Evidemment, on trouve aussi le chanteur, amoureux des mots et des gens... Mais Bénabar, forte tête, de plus en plus à l’aise hors des sentiers battus, aujourd’hui plus libre et plus indépendant que jamais, assume pleinement ses envies et ses audaces. Des défis multiples et des succès nombreux.

Depuis plus de 15 ans, Bénabar ose. Et, fait rare, a su trouver son public à chaque fois. Car ce tourmenté, que beaucoup pensaient installé, aime se nourrir de défis, se mettre en danger et recommencer à zéro quand cela est nécessaire. Connait-on vraiment Bénabar ?
Ce touche-à-tout, entier et jusqu’au boutiste, à la fois comédien, acteur, auteur, compositeur et interprète ne fait pas les choses par hasard et encore moins par opportunisme. Il débute au cinéma en tant que technicien mais réalise aussi trois courts métrages qui lui vaudront ses premières récompenses. En parallèle, il s’essaie également à l'image en tant qu’apprenti photographe. Devenu scénariste, pourtant méconnu du grand public, son talent sera mis à contribution pour la télévision pour « La famille Guérin » et toutes les saisons de la série "H" (Canal +).

C’est donc très naturellement que sa plume affûtée se mettra au service de ses chansons avec le succès que l’on connait ; 5 albums, vendus à plus de 3 millions d’exemplaires et pour lesquels il obtient 3 victoires de la musique. Si ses textes dévoilent sensibilité et simplicité, celles-ci ne sont qu’une partie d’une personnalité, bien moins discrète qu’on ne pourrait le penser.

A 42 ans aujourd’hui, Bénabar n’est plus le jeune premier réservé de ses débuts. Car sous l’apparente austérité de l’introverti que l’on croit, se cache un homme à la personnalité forte qui, loin de craindre la critique, assume ses choix, ses engagements, ses envies. Cet état d’esprit l’a toujours poussé à assumer pleinement ses passions qui, pour certaines, sont loin de l’univers artistique : ce pince sans rire, sensible et superstitieux, sportif, qui n’aime rien tant que refaire le monde avec les siens a un réel intérêt pour la gastronomie, l’histoire et l’histoire de l’art, le jardinage ou le bon vin. Beaucoup, autour de lui, l’ont dissuadé de s’affirmer ou de prendre la parole sur les sujets sociétaux comme l’éducation, le logement ou plus globalement, la politique. Mais si l’artiste a toujours refusé l’expression artistique comme engagement politique, l’homme n’y a jamais renoncé.

Ainsi, aussi dense que soit l’année 2012, Bruno Bénabar n’en n’oublie pas pour autant qui il est. Chanteur entier, volontiers populaire, homme de scène avant tout, il porte encore aujourd’hui un regard de fan sur ceux qui furent ses modèles (Renaud, Souchon, Bashung, Delpech…) sans pour autant penser être leur égal. A n’en pas douter, les Français aiment Bénabar et lui gardent une fidélité indéfectible depuis ses débuts. « J’ai découvert le cinéma à 20 ans, la chanson à 25, et le théâtre à 40 ans » s’amuse-t-il à dire, fine mouche. La suite continue à s’écrire.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Dim 22 Jan - 11:57

Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Sam 4 Fév - 10:43



Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Lun 6 Fév - 17:45

Spectacles. Des artistes s’unissent contre les reventes de billets à prix fort

Yannick Noah, Pascal Obispo, Laurent Ruquier et une vingtaine d’autres artistes protestent contre les sites revendant des billets de spectacle à prix prohibitifs et demandent aux pouvoirs publics d’agir pour mettre un terme aux abus, dans une tribune à paraître dans plusieurs quotidiens.

«La loi Ethique et sport vient d’interdire la revente sauvage des billets d’accès aux manifestations sportives. Pourquoi les spectacles ne bénéficient pas de la même protection ?» s’insurgent une vingtaine de chanteurs et humoristes dans une tribune à paraître mardi dans Libération et dans Le Monde et le lendemain dans Le Figaro.

Le texte, qui dénonce des places de spectacles revendues cinq fois leur prix sur internet est signé notamment par Bénabar, Camille, Grégoire, Nicolas Sirkis (le leader d’Indochine, Christophe Maé, Mimie Mathy, Kad Merad, Zaz ou Yael Naim. D’autres artistes devraient prochainement rejoindre la liste des signataires.

Récemment, plusieurs organisateurs de spectacles ont assigné devant la justice des sites internet commercialisant des billets pour leurs manifestations à des prix prohibitifs.

Mi-janvier, le TGI de Paris a interdit au site Starlight-Europe.com de poursuivre la commercialisation du spectacle des Enfoirés. Le site, spécialisé dans la revente de billets de concerts, proposait ces derniers jours des tickets d’entrée pour les concerts lyonnais au profit des Restos du Coeur à des prix allant de 199 à 249 euros alors que le prix officiel était au maximum de 65 euros.

Cet été, le festival des Vieilles Charrues avait obtenu la condamnation de la société britannique Viagogo Limited pour revente illégale de billets via son site viagogo.fr. Dans les deux cas, la justice s’est appuyée sur une loi de 1919 interdisant la revente d’une place de spectacle subventionné à un prix supérieur à celui décidé par l’organisateur.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Jeu 9 Fév - 10:05

Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Mar 14 Fév - 11:20

A SUIVRE :

Fréjus: l'amphithéâtre prêt à renouer avec son glorieux passé
Publié le mardi 14 février 2012 à 07h10

Les Arènes seront ouvertes le 23 juin. Outre la venue de Yannick Noah le 3 juillet, la scène fréjusienne veut redevenir l’une des places fortes de la musique internationale

C'est l'événement de l'été 2012 ! Après cinq ans de travaux et de fortunes diverses, les Arènes de Fréjus rénovées seront inaugurées les 23 et 24 juin prochains. Histoire de marquer ce retour au premier plan de l'une des plus prestigieuses scènes ouvertes de la région, Yannick Noah a d'ores et déjà donné son accord pour un concert inaugural le 3 juillet.

Police, Rod Stewart ...et Mats Wilander

Six concerts devraient être programmés entre les mois de juillet et août. Plusieurs noms ont été évoqués pour redonner à l'amphithéâtre romain son lustre d'antan. Parmi lesquels : Julien Clerc, BENABAR, Florent Pagny, Laurent Gerra, le ténor Roberto Alagna ainsi que quelques noms de la variété française des années 1980... Et même si la programmation n'est pas encore bouclée, cette nouvelle a de quoi réjouir les mélomanes et autres nostalgiques qui ont vécu les grandes heures des Arènes fréjusiennes.

SOURCE et suite de l'article.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Sam 18 Fév - 12:22



Bénabar, le sincère
Publié le samedi 18 février 2012

Bénabar passe pour un artiste généreux. Il vient avec un nouvel album « Les bénéfices du doute ». Ont également été conviés La Grande Sophie, Da Silva, Blankass, Oldelaf, Debout sur le Zinc, entre autres.

REIMS (Marne). « Carrefour de stars » avant le concert : Bruno Nicolini, alias Bénabar, était très attendu par ses fans dans les studios de Champagne FM, trois heures avant son concert.

Le titre « politiquement correct » est-il autobiographique ou un cri de révolte ?

« Un peu des deux. À force d'entendre cette expression, j'ai ressorti les clichés qui me correspondaient. Je ne suis ni raciste, ni homophobe, ni antisémite, j'essaie d'être un peu écolo, mais avec ce petit cri de révolte sur les gens qui ne défendent pas le racisme mais attaquent l'antiracisme ».

Aborde-t-on toujours de la même façon la création d'un album ?

« Non. J'ai abordé cet album assez sereinement, mais l'écriture a été laborieuse. L'avenir dira si c'était un album charnière. Je sentais le besoin de ne surtout pas me répéter et que mon écriture ne ronronne pas, j'avais cette peur d'être dans un truc un peu confortable, une façon un peu bourgeoise de faire de la musique. C'est pour cela que j'ai énormément travaillé les textes ».

Le titre « Différents ? » dont les paroles sont très dures, est-ce un questionnement sur soi-même ?

« On est obligé de constater que les dictateurs, les monstres vivent comme nous, même Kadhafi a dû avoir un chagrin d'amour. Ils pensent autrement mais réagissent comme nous. Ce sont des humains même s'ils font des choses inhumaines ».

« Dire ce que je pense »

Quelle chanson aimeriez-vous que le public retienne de l'album ?

« Je fais mon album sincèrement en y mettant tout mon cœur, après, les gens en font ce qu'ils veulent.
C'est comme un peintre qui expose sa toile : ils peuvent l'aimer ou la critiquer. Je ne me projette jamais dans le regard du public ».

La dérision et la justesse des mots, est-ce pour faire passer des messages ?

« Non je me méfie des messages, ça induit un peu le côté supérieur, le côté chanteur à messages m'a toujours gêné. En revanche, dire ce que je pense sans me censurer, sans racoler et être sincère, faire passer des émotions, raconter le monde tel que je le vois, oui ! »

Vous sentez-vous engagé politiquement ?

« Pas du tout comme chanteur. Je suis un homme de gauche mais je ne me sens pas du tout comme un chanteur de gauche, je dissocie l'homme et le chanteur et je ne parle jamais politique sur scène ni dans mes chansons directement, uniquement dans les interviews, car je trouve ça très bien et qu'il faut en parler ».

Les Enfoirés, que représentent-ils ?

« Une belle semaine passée à Lyon, plein de monde, j'espère que ça aura servi à quelque chose, que ça aura permis de ramener des sous pour que les gens puissent manger, car c'est le but premier. Je pense recommencer l'an prochain ».

Si vous deviez parrainer un jeune chanteur, qui serait-il ?

« Archimède, qui a fait ma première partie à Reims, Eric Toulis que je soutiens dès que je le peux et Barcella qui fait des supers chansons. Si je peux donner un coup de main à d'autres, je le ferai volontiers ».

Daniel BALBO
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
fanny08

avatar

Messages : 2329
Date d'inscription : 17/01/2012
Age : 30
Localisation : Ardennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Dim 19 Fév - 16:15

Si l'article est accompagné de photos, je les mettrais mardi sur le forum !!
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Lun 20 Fév - 8:41



Toujours les mêmes questions !


« Je suis politiquement correct, et je trouve ça bien »

le 20/02/2012 à 05:00 - Olivier Brégeard


Le chanteur tendrement rigolo a élargi sa palette avec « Les bénéfices du doute », sixième album qu’il présente cette semaine à Strasbourg puis à Bâle. Deux dates qui affichent complet.

Avant une tournée des Zénith à partir de mars, vous chantez dans des petites salles : pour vous rôder ?

Oui, ça permet aussi de varier les plaisirs : il n’y a pas de décor sur ces dates, mais une plus grande proximité avec le public, ça apporte autre chose…

Ce retour sur scène, après près de trois ans de pause, vous l’appréhendez ?

J’étais plutôt flippé il y a deux-trois semaines, mais maintenant, les dés sont jetés. On a envie d’y aller. Il y a de nouvelles chansons, bien sûr, une évolution personnelle aussi, du moins je l’espère. Mais le côté festif perdure : comme par le passé, on est nombreux sur scène, il y a des cuivres, des guitares, un accordéon, et désormais des choristes…

Le réalisateur de votre nouvel album, Jean-Louis Piérot, est connu pour sa touche pop-rock, il joue beaucoup de banjo, il y a aussi pas mal d’harmonica : cherchiez-vous un son nouveau ?

Je voulais travailler avec Jean-Louis, je lui ai donc donné quasiment carte blanche. Il a apporté un côté « countrisant » qu’il aime bien, ça s’est fait naturellement. C’est mon sixième album, cela fait plus de quinze ans que je suis sur la route : il y avait une volonté de ma part de ne pas me répéter, d’évoluer. On a donc choisi de ne pas mettre de cuivres sur ce disque, de changer un peu nos habitudes.

Faire l’acteur au cinéma (dans le film « Incognito », sorti en 2009), puis au théâtre procédait-il de ce besoin de changer d’air ?

C’était plutôt du pur opportunisme. Pour Incognito, j’avais participé à l’écriture du scénario, j’étais partie prenante dans le projet. Quand le réalisateur m’a proposé le rôle, j’ai hésité, mais je ne pouvais pas refuser une offre aussi excitante.

Le cinéma, vous y reviendrez ?

J’ai plusieurs projets, et beaucoup d’envies. Mais il y a tellement de bons acteurs de ma génération en France…

Vous aviez débuté dans le cinéma avant de rencontrer le succès dans la chanson, mais ce n’était pas en tant que comédien…

Non, je ne me suis jamais projeté comme acteur, comme chanteur non plus d’ailleurs. Ce qui m’intéressait à l’époque, c’était l’écriture et la réalisation.

Vous dédiez la chanson « Les Mirabelles » à Jocelyn Quivrin, qui jouait avec vous dans « Incognito » et est décédé peu après : aviez-vous noué des liens solides avec lui ?

Je l’ai rencontré pendant la préparation du film, on a vécu très proches pendant une petite année. J’avais le sentiment qu’on allait continuer à se voir régulièrement. Au-delà du drame qu’elle a représenté pour sa famille, sa mort m’a troublé.

D’autres chansons, comme « La phrase qu’on n’a pas dite », versent dans la mélancolie, évoquent des regrets, des occasions manquées…

J’ai une nature assez nostalgique. Mais je n’ai pas de regrets jusqu’à maintenant : à 42 ans, j’ai beaucoup de chance dans ma vie professionnelle. Je m’organise aussi, autant que possible, pour ne pas faire les choses pour de mauvaises raisons : c’est sans doute la meilleure façon de ne pas avoir de regrets.

Et le doute, auquel fait référence le titre du nouvel album, est-ce le moteur de votre inspiration ? Êtes-vous un angoissé ?

Un peu moins maintenant. Sur cet album, je pense que le doute a été plus constructif que castrateur. Avant, j’avais l’impression d’être écrasé. Mais douter est une bonne chose : il faut douter de sa chanson, de sa façon de chanter… Sinon, on devient un imbécile.

La chanson « Politiquement correct », qui ouvre l’album, est-elle une réponse à des critiques que vous avez entendues ces dernières années ?

Pas seulement. C’est en réaction à un discours que l’on entend beaucoup, qui utilise la lutte contre le politiquement correct pour attaquer des valeurs fondamentales, de façon perverse et hypocrite, parfois même franchement suspecte. Par exemple, on ne défend pas le racisme, mais on critique l’antiracisme. Moi qui suis très politiquement correct, je me suis amusé à faire le catalogue de ces valeurs, en les assumant : ce qu’on me reproche, je trouve ça bien. Je pense que ce n’est pas facultatif d’être antiraciste, contre l’homophobie, de ne pas croire qu’il y a trop de juifs dans les médias, de ne pas parler aux gens comme à des chiens…

Avec « Politiquement correct », mais aussi « L’Agneau » ou « Différents ? », vous creusez une veine plus « politique » à laquelle on était peu habitué de votre part…

Peut-être. Ce ne sont pas pour moi des chansons « engagées », mais un peu plus directes, en effet.

Vous aviez publiquement soutenu Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle de 2007 : en ferez-vous autant cette année, avec François Hollande ou un autre ?

Non. Je ne regrette pas de l’avoir fait en 2007 : c’était un concert [le 1 er mai au stade Charléty] entre les deux tours, Ségolène était donnée perdante dans les sondages, Sarkozy était très populaire… C’était moins confortable qu’aujourd’hui, alors que je vois pas mal de confrères qui rejoignent Hollande. Ça me semblerait moins naturel cette année. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir des opinions et de parler politique. Soutenir un candidat, je trouve ça prétentieux : chacun fait ce qu’il veut, mais je crois que fondamentalement, ça ne sert à rien. Les gens s’en foutent.

Mardi 21 février à Strasbourg (Laiterie, complet) et jeudi 23 à Bâle (Grand Casino, complet).
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Dim 26 Fév - 0:58

Le Portrait de Bruno par Jean-Paul Billo (France Bleu) lors de son passage le 06 décembre

Bénabar, brut de coffre

« On peut être moderne sans courir après la mode ! La musique techno peut se montrer plus ringarde que l’accordéon ! » Bonne bouille, yeux clairs, sourire angélique et carrure d’athlète, Bénabar évoque - sur un ton festif, mélancolique ou humoristique - les chroniques de la vie quotidienne, avec la belle santé d’un artiste de scène accompli. L’auteur-compositeur-interprète qui se voit volontiers comme un « dépressif de bonne humeur », a su conquérir un large public, et prendre une place enviable parmi les chanteurs de la jeune génération. Invité de France Bleu Midi mardi 6 décembre, il présente son nouvel album intitulé : « Politiquement correct ».

Après avoir tâté de la photographie, Bénabar entame sa vie professionnelle par le cinéma. Régisseur-adjoint sur « Le Brasier » d’Éric Barbier (1991), il réalise ensuite trois courts-métrages dont « José Jeannette » (1992), primé au Festival de Cognac. Il exerce également le métier de scénariste pour la télévision, notamment dans la série « H » et « La Famille Guérin » pour Canal Plus.

En 1997, à l’âge de 28 ans, en compagnie de son groupe « Les Associés », il sort son premier album « La P’tite Monnaie », dont l’audience confidentielle ne l’empêche pas de se produire dans les cafés, et sur de nombreuses scènes de l’Hexagone.

En 2001, avec son second opus « Bénabar », il rencontre le succès, ce qui lui permet d’assurer la première partie des 140 concerts d’Henri Salvador, et de passer à L’Olympia.

En 2004, avec « Les Risques du métier », il remporte le Prix du Meilleur Album de chansons de Variétés aux Victoires de la Musique.
Il propose également « Live au Grand Rex », assorti d’une version vidéo.
En 2005, l’enregistrement de « Reprise des négociations » lui rapporte Disques de Platine, de Diamant, et une grande tournée à guichets fermés à travers la France, qui se conclut par le Zénith de Paris.

En 2007, les Victoires de la Musique le consacrent à nouveau. Il rafle les Prix de Meilleur Artiste Interprète Masculin, et de la chanson originale pour « Le Dîner ».

En 2008 paraît l’album « Infréquentable », au sein duquel on retrouve le morceau « L’effet papillon ».

Parallèlement, il se livre à de reprises de diverses chansons du répertoire comme « Embrasse les tous » (Georges Brassens), « L’Italien » (Serge Reggiani), ou « La chanson de Jacky » (Jacques Brel).

Il participe également à des galas donnés en faveur d’associations de solidarité comme SOS Racisme, Sidaction, ou les Restaurants du Cœur.

On le voit aussi à l’écran aux côtés de Franck Dubosc dans « Incognito » d’Éric Lavaine, dont il signe la musique originale, et - en partie - le scénario.

En 2011, il foule les planches du Théâtre Marigny dans la pièce « Quelqu’un comme vous », de Fabrice Roger-Lacan, mise en scène par Isabelle Nanty, et il publie un ouvrage intitulé « Bénabar chansons ».

Il est marié avec Stéphanie qui lui a donné un fils, Manolo en 2004, et la petite Ludmilla en 2009.

Fugueur, mais pas trop

Bruno Nicolini - alias Bénabar - voit le jour le 16 juin 1969 à Thiais. Dans cette banlieue parisienne du département de l’Essonne, il grandit entre deux frères, une mère libraire, et un père qui exerce la profession de régisseur de cinéma. Émigrés italiens de la seconde génération, les parents n’ont pas été à l’abri d’une certaine xénophobie d’après-guerre, et la maman s’est souvent vue gratifier de « sale ritale ». Elle a donc le souci de veiller à la bonne intégration de sa progéniture, et bannit à la maison la pratique de la langue italienne.
À l’école, le petit Bruno n’est pas une épée : « J’étais moyen en tout, abonné à « Peut mieux faire » ! Même pas bon en français ! Je n’avais pas de passion, aucune vocation ! »

La famille n’est pas particulièrement mélomane, mais, fasciné par le cirque, une envie le taraude : « Dès l’âge de 4 ans, j’ai voulu jouer de la trompette, cet instrument brillant qui fait un bruit dingue ! » À force de tanner ses parents, il se retrouve dans sa huitième année avec un cornet à piston. L’entourage familial bénéficie généreusement du tintamarre de l’instrument, mais l’apprenti ne devient pas un virtuose.

Sujet à des crises d’acné qui lui dévorent le visage, il vit une adolescence difficile et tente un fugue : « Un jour, je devais avoir 13 ans, j’ai décidé de tout quitter pour refaire ma vie à l’étranger ! Mais je suis revenu le soir même de peur de me faire engueuler ! »

Grâce à la constance maternelle qui suit les devoirs de près, il décroche son bac : « Je n’ai jamais redoublé. Avec ma tronche de premier de la classe, je suis toujours passé entre les gouttes en faisant juste ce qu’il fallait ! » On l’envoie parfaire son Anglais aux Etats-Unis. À son retour, c’est la constance paternelle qui lui met le pied à l’étrier dans l’univers du cinéma. Malgré un début prometteur, il finit par préférer les scènes des bars musicaux parisiens aux éprouvantes recherches d’argent et autres contraintes financières du 7° Art : « Avec un copain, on a monté un duo en prenant des noms de clowns. Lui, c’était Patchol, et moi Barnabé. Comme il parlait toujours en verlan, je suis devenu Bénabar ! »

Variété alternative

Loin des délires surréalistes et des grandes envolées lyriques, Bénabar dépeint à sa façon les mille et une facettes de l’aventure du quotidien, de l’intime, du domestique, de l’affectif. Quand la critique intello branchée le brocarde, il s’en agace fortement : « Je suis lucide, je n’ai pas révolutionné la chanson française ! Je veux être un chanteur populaire accessible à tous, tout en essayant de faire de la variété exigeante ! Il y en a qui trouvent ça populiste, racoleur et dégradant ! »

S’il revendique l’influence d’aînés comme Renaud, Souchon, Brel, Alain Bashung ou Jacques Dutronc, il n’apprécie guère, même s’il respecte leur travail, d’être catalogué dans la même rubrique que certains de ses collègues tels Vincent Delerm, Benjamin Biolay ou Sanseverino : « Cette histoire de Nouvelle Scène Française est une invention de journalistes un peu feignants, non ? Derrière cette appellation, je sens un côté cocardier et intégriste qui m’ennuie profondément. De toute façon, on va pas se la péter. Dans cette nouvelle génération, il n’y a aucun génie ! Moi, je ne revendique rien, et surtout pas une quelconque étiquette. J’essaie de faire mes chansons dans mon coin, et voilà ! »

Quand il compose ses morceaux, il pianote quotidiennement sur son ordinateur « aux heures ouvrables », mais ce n’est pas un forcené de la solitude. Il a le culte des amitiés qui durent : « Certains sont des hommes à femmes, moi je suis plutôt un homme à copains ! Quand on devient célèbre, c’est bien de conserver ses amis d’avant. Je suis très fier d’en avoir qui datent de la maternelle ! Au moins, on n’a pas de doute sur leur sincérité ! »

Des vrais amis dans son métier, il en reconnaît quelques-uns : Michel Delpech, Louis Chédid, Cali, La Grande Sophie…
Dans son fidèle équipage, il y a sa bande de musiciens, et il y a Marion, l’ex-étudiante en commerce, qui l’a vu un soir débuter dans un café : « Il m’a bluffé, j’ai pris une claque ! À l’époque je bossais dans un petit label. À son insu, j’ai monté des dossiers, dupliqué des cassettes, pris des rendez-vous… » Aujourd’hui, manageuse de l’artiste, elle en connaît un rayon sur son tempérament : « Il marche à l’affectif ! C’est une tête de mule qui se démerde à chaque fois pour convaincre les autres ! Malgré nous, il nous influence. On reprend ses expressions, ses jeux de mots ! »

Fanfares municipales

S’il joue les cabotins sur scène, dans la vie courante Bénabar est plutôt réservé, un peu sauvage, et tente de garder la tête froide : « C’est un métier d’égocentriques et de mégalomanes ! Le risque, c’est de péter les plombs, et ça peut aller très vite. Il faut savoir rester sur terre ! »
Il aime les fanfares municipales « joyeuses, clinquantes, dérisoires, avec leurs musiciens habillés comme des chefs d’État mexicains », les bons repas animés de bons mots et agrémentés de sancerre rouge.

Bénabar est engagé à gauche est ne s’en cache pas : « C’est par atavisme. Mon grand-père, immigré italien et tailleur de pierres, était communiste. Mes parents étaient très impliqués dans la vie politique locale, comme sympathisants PS. Chez nous, on a toujours veillé à se tenir à l’écart des partis, à rester des esprits libres ! Je déteste les formules creuses et la démagogie ! »

Quand on le voit se démener sous les projecteurs, on a du mal à l’imaginer phobique : « Tout m’angoisse ! J’ai peur de l’avion, de la voiture, de l’ascenseur, des escalators, de la foule, du vide, du désoeuvrement, des vacances, de la calvitie, de ne plus plaire, de ne plus être capable d’écrire, de ne plus avoir d’argent… Mais bon, je me soigne ! »

Avant chaque spectacle, il dépose consciencieusement son « Hulk » miniature sous le piano. On ne sait jamais…

Stéphanie, Manolo et Ludmilla constituent le refuge qui décore son existence : « J’ai une vie très banale, comme plein de Parisiens. Être bobo, ce n’est pas une insulte ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Dim 26 Fév - 1:25

Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Jeu 1 Mar - 11:44

Magazine (gratuit) "A PARIS" :

Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Jeu 1 Mar - 19:10

Merci Agnès Smile

J'aime beaucoup la version noir et blanc de la photo qu'on trouve sur le net :

Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Ven 2 Mar - 9:10



Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Mar 6 Mar - 14:42

Sympa ce portrait que fait la ville de Carcassonne :

Bénabar
Vendredi 3 Août à 21h30 - Théâtre Jean-Deschamps

Il y a en Bénabar des traits de caractère, qualités et talents qui font écho au plus grand nombre. Pourtant, l'âge aidant, il se révèle être un artiste bien plus complexe qu'il n'y paraît. Certes, sous le masque de Bénabar, on trouve un auteur, un acteur et un comédien, respectueux de ses rôles comme de son public. Évidemment, on trouve aussi le chanteur, amoureux des mots et des gens... Mais Bénabar, forte tête, de plus en plus à l'aise hors des sentiers battus, aujourd'hui plus libre et plus indépendant que jamais, assume pleinement ses envies et ses audaces
Chanteur entier, volontiers populaire, homme de scène avant tout, il porte encore aujourd'hui un regard de fan sur ceux qui furent ses modèles (Renaud, Souchon, Bashung, Delpech…) sans pour autant penser être leur égal. Trois ans après la pop orchestrée de l'album Infréquentable (500 000 ventes), c'est un disque au bois clair que nous livre Bénabar avec "les bénéfices du doute". Des guitares, des banjos, un piano bastringue, un solo d'harmonica : du Québec à l'Irlande en passant par la France de Renaud, on l'appelle musique de plancher car elle est tout autant faite pour les pieds que pour la tête. Réfléchit-on mieux en dansant ? Les chansons sont un roseau penchant : la mélodie c'est ce qui accroche l'oreille, mais c'est le texte qui fait qu'on les retient dans les bals et les mariages.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Mar 6 Mar - 18:33

Un très bel article ça, merci Kiki !!
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10541
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   Ven 9 Mar - 7:24

Bénabar a repris son costume de chanteur
vendredi 09 mars 2012


Après une parenthèse au théâtre en 2011, Bénabar a repris son costume de chanteur avec « Les Bénéfices du doute ».

Figure incontournable de la chanson française, l'artiste retrouve la scène DL;avec un sixième chapitre musical : Les Bénéfices du doute.

Entretien

Pour quelles raisons avez-vous délaissé les cuivres et les cordes dans votre nouvel opus ?

J'avais à coeur de ne pas reproduire la même chose. Avec Jean-Louis Piérot (réalisateur), on voulait des chansons assez musclées et n'ayant que la peau sur les os. On a pris soin d'éviter le superflu. Nous sommes allés au bout de notre idée en faisant un disque plus direct, sans fioritures.

Que vous a apporté votre passage au théâtre au côté de Jacques Weber l'an passé ?

Cette expérience m'a changé, mais il est encore trop tôt pour dire précisément à quel niveau. Le théâtre est plus cérébral et demande plus de discipline et de concentration. En concert, on est plus dans l'énergie. Et quand je me plante sur un couplet, les copains peuvent rattraper le coup. Ces deux univers sont proches, mais les sujets d'inquiétudes ne se trouvent pas au même endroit.

Dans quel état d'esprit abordez-vous la nouvelle tournée ?

Des sentiments se mélangent, entre le bonheur de renouer avec la scène et la peur de ne pas être à la hauteur. Mais l'envie de retrouver le public a pris le pas sur l'appréhension. Et toute l'équipe était très excitée à l'idée de reprendre la route.

Cela fait quinze ans que vous faites partie du paysage musical français...

Je m'en suis rendu compte quand il a fallu choisir les chansons de la tournée. Je ne suis plus un débutant, mais je ne me considère pas non plus comme quelqu'un d'« installé ». Je reste lucide, on peut dégager du jour au lendemain. À moi de proposer des chansons et des concerts dignes de ce nom pour que le public continue à me suivre.

Vendredi 9 mars, 20 h, salle Antarès, avec Bebop. Tarifs : 15 € à 48 €. Première partie : Archimède. Infos sur www.oasislemans.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Articles divers janvier - juin 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
Articles divers janvier - juin 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bénabar :: Archives :: Articles de presse-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: