Forum non officiel sur le chanteur Bruno Bénabar
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Article divers janvier - juin 2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Article divers janvier - juin 2011   Mer 9 Fév - 21:19

Info parue il y a quelques minutes sur Le Parisien

20h45. On croise Bénabar dont les cheveux ont commencé à pousser pour la pièce qu'il jouera en mars prochain au théâtre du Rond-Point. Il donnera la réplique à Jacques Weber dans «Quelqu'un comme vous» de Fabrice Roger - Lacan, du 3 Mars au 10 avril. Le chanteur a par ailleurs une vingtaine de chansons d'écrites pour un prochain album, glisse-t-il avant de monter sur scène pour présenter les révélations.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mer 9 Fév - 21:26

Merci.
Qu'est-ce j'aimerais savoir de quoi elles parlent ces chansons ! Je ne dois pas être la seule d'ailleurs.
Ça veut dire aussi que ce n'est pas encore enregistré ? Thomas Dutronc m'avait dit un jour qu'il fallait 6 mois entre le dernier enregistrement et la sortie du CD. Avec les répet + la pièce + la tournée ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mer 9 Fév - 21:33

Oui, c'est vrai que ça va être long, mais comme on dit, plus on attends .... plus le résultat est meilleur (enfin c'est mon point de vue !!)
On entre dans une période où on va beaucoup le voir je pense !!
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Jeu 10 Fév - 8:40

Encore une gentillesse d'un grand. Extrait d'une interview de S. Lama :

Citation :
Avec quel chanteur de la jeune génération aimeriez-vous travailler ?

« Il y en a beaucoup ! Je trouve par exemple que Grégoire a beaucoup de talent, il a une belle écriture. Mais j'apprécie aussi [size=14]Bénabar[/size, qui est déjà très affirmé, ce n'est plus vraiment un nouveau d'ailleurs ! Et j'ai bien sympathisé avec Christophe Maé, dont j'aime aussi le style. En fait, j'achète beaucoup de disques quand ils sortent et il m'arrive de passer une journée complète à les écouter ».

La Voix du Nord
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Laurence

avatar

Messages : 4714
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 50
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Sam 12 Fév - 14:30

Une mention de Bénabar dans une rubrique où on ne l'attendait pas : le foot !

Citation :
Le LOSC ferme la porte aux départs

De passage à Lille mercredi soir pour les Victoires de la Musique, le chanteur Benabar a prédit une victoire lilloise en championnat cette saison. Hier, le LOSC a voulu lui rendre à son tour un hommage appuyé en reprenant à sa sauce l'un de ses « standard », L'Effet Papillon.

Oh, Bruno, frime pas : on sait que tu t'y connais en foot à peu près autant que... moi, ce qui n'est pas peu dire ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://lirevoir.unblog.fr/
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Sam 12 Fév - 14:34

Laurence a écrit:
Une mention de Bénabar dans une rubrique où on ne l'attendait pas : le foot !
Citation :
Le LOSC ferme la porte aux départs
De passage à Lille mercredi soir pour les Victoires de la Musique, le chanteur Benabar a prédit une victoire lilloise en championnat cette saison. Hier, le LOSC a voulu lui rendre à son tour un hommage appuyé en reprenant à sa sauce l'un de ses « standard », L'Effet Papillon.
Oui j'ai vu ça. Je pense que s'il avait été à Marseille, il aurait prédit une victoire marseillaise ! Nous, on sait bien qu'il ne connait rien au foot !
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Jeu 17 Mar - 13:43

Interview exclusive de Bénabar: "le capitalisme n'est ni bon ni mauvais"



Bénabar n’est pas seulement un chanteur en vogue. C’est aussi un passionné de politique et un acteur. Jusqu’au 10 avril, il donne la réplique à Jacques Weber dans “Quelqu’un comme vous”.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce rôle de tueur à gages pourchassant un grand patron ? L’attrait pour une forme d’engagement au moment où le train de vie de certains d’entre eux fait scandale ?

Ce qui m’a plu dans la pièce, c’est la joute oratoire entre ces deux hommes. La partie polar n’est qu’un prétexte. Ce qui compte, ce sont les rapports entre deux esprits brillants qui s’affrontent mais au fond s’apprécient. La pièce ne met pas en scène un débat entre un “méchant” patron et un “gentil” prolétaire. Elle a un côté plus tordu et plus pervers. Les deux personnages sont profondément méchants. Le tueur à gages ne révèle ses intentions que petit à petit. Il pousse le patron dans ses retranchements. Quant au patron, on comprend qu’il a utilisé ce même tueur à gages, sans le savoir, pour se débarrasser d’un concurrent quelques années plus tôt…

La fin de la pièce est particulièrement perverse. Une forme de désillusion vis-à-vis du capitalisme ?

Le patron ne cède pas au chantage du tueur à gages. Il préfère sacrifier son propre frère plutôt que de se suicider. Il y a deux tueurs, mais il y en a un qui gagne tout le temps, celui qui embauche le tueur. Le vrai monstre, c’est le patron. Il est dans la négociation pure. Mais la pièce traite moins du rapport patron-prolétaire que du rapport dominant-dominé. Aujourd’hui, le dominant est associé à la figure du patron mais ceux qui écrasaient jadis les autres, c’étaient les nobles. Une classe qui vit au-dessus des autres, cela peut être les patrons, mais aussi les stars de la chanson ou du cinéma. La classe des dominants, c’est celle des personnes qui pensent que tout est permis et qui n’a jamais de sang sur les mains.

Que représente aujourd’hui pour un quadragénaire comme vous le capitalisme ? Un mal nécessaire, le diable ?

Le capitalisme n’est ni bon ni mauvais. Quand j’ai entendu Nicolas Sarkozy dire qu’il fallait “moraliser le capitalisme”, j’ai trouvé cela grotesque. Le capitalisme n’est pas une personne. Le capitalisme, c’est comme un fleuve, parfois il n’est pas gentil, il déborde et tue des gens. Mais un fleuve n’a pas de volonté de nuire. Il faut en permanence le contrôler et construire des digues, sinon il inondera des villages entiers comme on le voit souvent. Le capitalisme détruit, mais il a aussi apporté de nombreux progrès.

Vous ne faites pas mystère de vos sympathies pour la gauche. Que vous inspire la politique aujourd’hui ?

J’ai un sentiment d’attente et de consternation devant le vide politique. Entre Christine Lagarde qui nous dit de moins utiliser la clim et Anne Sinclair qui déclare qu’elle n’a pas envie que son mari fasse un second mandat au FMI, on a l’impression qu’on nous parle comme à des gosses. Je suis inquiet de constater à quel point le débat politique est déserté. Il n’y a plus que de la com, des slogans, des réactions à chaud et des histoires de sondage pour 2012. Et pourtant j’aime la politique : qu’y a-t-il de plus utile et de plus intéressant qu’un bon débat ?

Propos recueillis par Odile Benyhia-Kouider pour le Nouvel Observateur

========================
Quand j'ai ouvert la page, j'ai vu la photo en premier lieu. Je me suis dit "oh ! Bizarre... ils ont mis une photo de MOF" Embarassed. Je ne m'étais jamais aperçue auparavant qu'il y avait un air de ressemblance. En même temps, c'est peut-être la coupe de cheveux qui fait ça. Maintenant, il n'est plus possible de les confondre Laughing.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
swim

avatar

Messages : 1415
Date d'inscription : 14/10/2009
Age : 36

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Lun 21 Mar - 15:04

C'est celui là que j'avais vu Agnès Smile
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Ven 25 Mar - 21:24

Je n'ai pas compris grand-chose à Cet article. Qui peut m'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Ven 25 Mar - 21:27

agnes a écrit:
Je n'ai pas compris grand-chose à Cet article. Qui peut m'aider ?
Très étonnant . Je vais demander à Virginie de nous traduire ça Wink.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
titou



Messages : 910
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Sam 26 Mar - 10:40

Source Purepeople:

Article qui parle de la fin prématurée de la représentation de la pièce de théatre où joue Raphael, et à la fin, il est écrit ceci :

"Pour information, le chanteur Bénabar, qui montait récemment pour la première fois sur scène en tant que comédien (après avoir tourné au cinéma dans Incognito), cartonne quant à lui face à Jacques Weber dans Quelqu'un comme vous, un spectacle de Fabrice Roger-Lacan (mis en scène par Isabelle Nanty), actuellement au Théâtre du Rond-Point"

C'est chouette le mot "cartonne" !!!

Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mar 29 Mar - 19:44

Article paru dans le parisien et qui contient des infos méga super intéressantes :

Bénabar va redevenir chanteur

Bénabar est encore acteur pour l'instant. Il fait actuellement ses premiers pas sur les planches. Jusqu'au 4 avril, le musicien est, avec Jacques Weber, la vedette de « Quelqu'un comme vous », mis en scène par Isabelle Nanty, au Théâtre du Rond-Point. Mais il commence à préparer son retour en tant que chanteur. Bénabar travaille actuellement sur son sixième album, qui doit paraître début décembre, trois ans après son dernier opus, « Infréquentable». « J'ai déjà une vingtaine de chansons», m'avait-il confié à l'occasion des Victoires de la Musique, épisode 1, à Lille début février. Mais ce n'est pas tout.

Bénabar vient de signer avec un nouveau producteur de spectacles. Il a quitté son associé historique Garance, qui ces derniers temps, se consacrait davantage à la gestion de l'Elysée Montmartre, malheureusement détruit dans un incendie la semaine dernière.

Bénabar va désormais travailler avec un duo de producteurs indépendants : Caramba, qui organise actuellement les concerts de Zaz et de Ben l'Oncle Soul, et Alias, agent français de Muse, Gossip ou Jamiroquai. Les deux sociétés s'associent pour travailler sur la prochaine tournée de l'artiste.

Après la sortie de son prochain disque, Bénabar doit reprendre la route fin février 2012 dans les plus grandes salles de France. Il passera notamment par Paris les 22, 23 et 24 mars au Zénith. Il propose, discrètement, depuis quelques jours, sur sa page Facebook, un nouveau titre en guise d'apéritif "Ta main à nos enfants", jolie ballade au piano, évoquant son récent mariage.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mer 30 Mar - 18:20

Vu sur Musique Evous



Actuellement à l’affiche de la pièce de théâtre Quelqu’un comme vous, Bénabar annonce son retour à la musique. Le chanteur travaillerait actuellement sur son 6e album, le successeur de Reprise des négociations (2005) et Infréquentable (2008), ayant déjà achevé l’écriture d’une "vingtaine de chansons". On y retrouvera peut-être l’inédit Ta main à nos enfants, qui avait été dévoilé à l’automne 2010.
En parallèle, une nouvelle grande tournée serait aussi prévue. Et en attendant l’annonce de l’ensemble des dates, trois concerts sont déjà confirmés : les 22, 23 et 24 mars 2012, au Zénith de Paris. Les fans seront sans aucun doute au rendez-vous...

Comme nous vous l’annoncions déjà au printemps 2010, Bénabar a décidé de faire ses premiers pas au théâtre en compagnie de Jacques Weber, dans la pièce Quelqu’un comme vous. Auteur de Cravate Club, d’Irrésistible, pièces cruelles et jubilatoires, Fabrice Roger-Lacan y organise un jeu de massacre sans merci. Isabelle Nanty orchestre cette partie d’échecs ardente, acharnement malin ou harcèlement moral. Elle apprivoise deux "dragons qui ne baissent jamais la garde, deux sumos qui veulent rester à leur place, ancrés par une gravité formidable."
Jusqu’au 10 avril 2011, au Théâtre du Rond Point.
Revenir en haut Aller en bas
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mer 30 Mar - 20:40

Article paru sur Charts in France

Bénabar : un 6ème opus & le Zénith en 2012Bénabar remontera sur la scène du Zénith de Paris au mois de mars 2012. Un rendez-vous pris en avance qui annonce la parution prochaine d'un sixième opus qui succèdera à "Infréquentable", succès de l'année 2008...


Il donne la réplique dans la pièce de théâtre "Quelqu'un comme vous" (jusqu'au 10 avril), mais il se donne aussi dans la composition et l'écriture. Bénabar annonce son retour prochain avec un nouvel opus et une tournée dont trois dates parisiennes viennent d'être annoncées. L'interprète de "L'effet papillon" se produira sur la scène du Zénith de Paris les 22, 23 et 24 mars 2012. C'est une bonne nouvelle pour les fans du chanteur qui l'avaient vu se disperser ces dernières années. Depuis son cinquième opus "Infréquentables", en 2008, le chanteur s'est illustré en tant qu'acteur pour le film "Incognito" (2008) et le téléfilm "Le grand restaurant" (2010). Il avait d'ailleurs participé à la bande originale du film "Incognito".

En 2011, retour en studio pour Bénabar. On ne sait pas encore quelle direction artistique il empruntera, si ce n'est qu'il mettra sans aucun doute ses talents de poète à profit. Ce sont effectivement ses textes qui lui ont permis de devenir l'un des chanteurs français les plus populaires, mais aussi à vendre le plus de disques. Contrairement à ce que l'on pourrait penser c'est par le cinéma que Bénabar à œuvrer en premier. Il est réalisateur de trois courts-métrages : "Nada Lezard" (1991), "José Jeannette" (1992) et "Sursum corda" (1994). On peut d'ailleurs trouver "José Jeannette" sur son DVD "Live au Grand Rex" (2004). Il exerce aussi ses talents en tant que scénariste à la télévision, principalement pour la série "H" et "La Famille Guérin" sur Canal +. Il compose ensuite avec ceux qu'il appelle ses "associés" avec lesquels il publie son premier opus, "La P'tite Monnaie", dont le succès reste encore à ce jour confidentiel. En 2001, son album éponyme raisonne davantage en radio, et même sur scène puisqu'il fait les premières parties de la tournée d'Henri Salvador. En 2004, il connait "Les risques du métier" en devenant n°1 pour la première fois, ce qui s'est depuis reproduit pour chacun de ses disques : "Reprise des négociations", dont est extrait le fameux "Dîner", et "Infréquentable" qui a marqué avec son "Effet papillon". Une carrière de dix ans déjà bien remplie, et récompensée par trois Victoires de la musique en 2004 et 2007.



Crédit photo : ABACA
Jonathan HAMARD
Revenir en haut Aller en bas
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mer 30 Mar - 20:43

Et en voilà un autre sur Adobuzz



Bénabar ... Un nouvel album et une tournée
30 Mars 2011 à 09h20, écrit par Rabie

Bénabar, va revenir après 3 ans d'abscence. Le chanteur est actuellement en train de preparer un nouvel album et prévoit déjà une tournée. Purefans News By Adobuzz vous dit tout.


Crédit : Pathé Distribution

Le chanteur à succès Bénabar va faire son grand retour après 3 ans d'abscence. Ce nouveau CD est prévu pour le mois de décembre 2011. Le chanteur a confié avoir déjà une vingtaine de chansons.

Comme Bénabar ne fait pas les choses à moitié, il compte aussi partir en tournée avec cet album. La tournée est prévue pour février 2012 avec notamment 3 concerts à Paris au Zenith les 22, 23 et 24 mars 2012. On attend !!!

Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mer 30 Mar - 21:16

Merci Clem !
Revenir en haut Aller en bas
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Ven 1 Avr - 20:45

Et encore une alerte google et un article paru ici


Bénabar : Nouvel album et tournée en vue !
Mis en ligne le 01/04/2011 à 09:19

Le chanteur Bénabar revient sur le devant de la scène musicale avec un album en préparation et déjà trois dates de tournée.
Depuis son mariage en novembre dernier, Bénabar n'avait pas beaucoup fait parler de lui, à part pour la pièce de théâtre qu'il partage avec l'acteur Jacques Weber depuis le début du mois et ce jusqu'au 10 avril.

Le chanteur aux mélodies entrainantes a décidé de revenir sur le devant de la scène et s'apprête à sortir un 6ème opus, prévu courant 2012.

Il est actuellement en studio pour l'enregistrement de ses nouveaux titres.

C'est une bien bonne nouvelle pour ses fans qui l'ont vu ces derniers temps se disperser sur les planches et sur grand écran.

Fidèle à lui-même, l'auteur-compositeur de 41 ans devrait certainement nous offrir un album tout aussi personnel que les précédents.

Il partira ensuite en tournée et a déjà annoncé ses trois dates parisiennes.

Bénabar sera sur la scène du Zénith de Paris les 22, 23 et 24 mars 2012
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Ven 1 Avr - 20:52

Merci Clem Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Sam 2 Avr - 0:42

La Tribune de Genève - 01 04 2011 - Jean-Daniel Sallin

Bénabar: «Mon fils est fier de m’entendre dans Titeuf!»

Quelqu’un s’installe sur une plage de sable fin. Face à l’océan. Impatient de profiter de ses quelques jours de vacances en solo. C’est là que quelqu’un d’autre vient déplier sa serviette à côté de la sienne et qu’un échange, parfois courtois, souvent corrosif, s’installe entre les deux hommes…

Écrite par Fabrice Roger Lacan – à qui l’on doit déjà "Cravate Club" avec Charles Berling et Edouard Baer et "Irrésistible" avec Virginie Ledoyen – cette pièce, plutôt courte (un peu plus de quatre-vingts minutes!), mise en scène par Isabelle Nanty, doit beaucoup à son duo de comédiens: Jacques Weber et Bénabar. Une association qui ne laisse pas de surprendre et confirme les talents du chanteur français. Un petit coup de fil à Bruno Nicolini, alias Bénabar, s’imposait.

Comment avez-vous atterri dans cette aventure ?

La fautive, c’est Isabelle Nanty. Il faut diriger toutes les plaintes vers elle… (rires) Elle m’a amené cette pièce et ce texte sur un plateau. Elle a su également faire tomber les réticences que j’avais. Je l’admets, j’avais la trouille ! Mais mon agent m’a dit que si je n’acceptais pas cette proposition-là, je ne ferais jamais de théâtre.

De quoi aviez-vous peur ? Musicien ou comédien, vous êtes sur la même scène…

Ce sont deux boulots cousins, c’est vrai: dans les deux cas, il s’agit d’interpréter un texte. Mais dans la musique, on est plus dans l’énergie. C’est physique. Si je me trompe dans un couplet, tout le monde s’en fout. Au théâtre, on ne peut pas lâcher son personnage, on doit respecter les rythmes, ne jamais faire attendre son partenaire. C’est totalement différent!

Comment se sent-on face à ce monstre de Jacques Weber quand on débute sur les planches ?

On est intimidé. Forcément. Parce que Jacques intimide par son expérience, par son talent et par son physique. Mais il ne cultive pas ça. Jamais il ne donne l’impression de vouloir faire de l’ombre. Dès les répétitions, il m’a fait comprendre que nous étions deux partenaires à égalité. Je compare ça un peu à une partie de tennis : si le gars d’en face est plus fort, il va tirer son partenaire vers le haut !

Qu’est-ce qui a été le plus dur, finalement ?

Je n’ai pas tellement de point de comparaison, c’est la première fois que je fais ça. Mais ce qui m’a le plus terrifié, c’est d’apprendre cinquante-six pages de texte par cœur. J’ai déjà tellement de peine à retenir mes propres chansons…

Vous aviez débuté votre carrière en réalisant trois courts-métrages – dont le dernier, «José Jeannette», a été primé au Festival de Cognac en 1992. Considérez-vous cette expérience au théâtre comme un retour aux sources ?

Non. Mon parcours artistique a commencé ainsi. C’est tout. Aujourd’hui, je suis heureux dans ma vie de musicien. Mais le cinéma, l’image, ça a toujours compté pour moi !

Mais, on le voit chaque année avec les Enfoirés, vous aimez jouer la comédie…

Plein de gens me l’ont dit par le passé. On m’encourageait à tenter cette expérience. Après, c’est une question de chance! Il fallait qu’un personnage corresponde à mon âge ou à mon physique. Ce qui est arrivé sur le film d’Eric Davaine Incognito
(ndlr: sorti en 2009).

Pourriez-vous mettre votre carrière de musicien entre parenthèses ? Votre dernier album, «Infréquentable», date déjà de 2008…

Hors de question. Je prépare d’ailleurs un nouveau disque. Je l’ai enregistré avant d’attaquer la pièce de théâtre. Sa sortie est prévue pour la fin de l’année. Pour ce qui est du cinéma ou du théâtre, je suis totalement détendu. D’autant plus que ça ne dépend pas que de moi, mais aussi de l’envie des réalisateurs…

On va aussi parler de vous avec la sortie du dessin animé «Titeuf», puisque vous avez participé à la B.O. du film. Pourquoi avoir accepté ?

C’est Jean-Jacques Goldman qui m’a invité à faire partie de ce truc-là! Pour moi, c’était une chance de chanter avec mes trois maîtres: Francis Cabrel, Alain Souchon et Jean-Jacques. Quant à mon fils – qui a 6 ans et demi, il est super fier d’entendre son papa dans Titeuf.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Sam 2 Avr - 0:46

kiki a écrit:
La Tribune de Genève - 01 04 2011 - Jean-Daniel Sallin

Bénabar: «Mon fils est fier de m’entendre dans Titeuf!»

Quelqu’un s’installe sur une plage de sable fin. Face à l’océan. Impatient de profiter de ses quelques jours de vacances en solo. C’est là que quelqu’un d’autre vient déplier sa serviette à côté de la sienne et qu’un échange, parfois courtois, souvent corrosif, s’installe entre les deux hommes…

Écrite par Fabrice Roger Lacan – à qui l’on doit déjà "Cravate Club" avec Charles Berling et Edouard Baer et "Irrésistible" avec Virginie Ledoyen – cette pièce, plutôt courte (un peu plus de quatre-vingts minutes!), mise en scène par Isabelle Nanty, doit beaucoup à son duo de comédiens: Jacques Weber et Bénabar. Une association qui ne laisse pas de surprendre et confirme les talents du chanteur français. Un petit coup de fil à Bruno Nicolini, alias Bénabar, s’imposait.

Comment avez-vous atterri dans cette aventure ?

La fautive, c’est Isabelle Nanty. Il faut diriger toutes les plaintes vers elle… (rires) Elle m’a amené cette pièce et ce texte sur un plateau. Elle a su également faire tomber les réticences que j’avais. Je l’admets, j’avais la trouille ! Mais mon agent m’a dit que si je n’acceptais pas cette proposition-là, je ne ferais jamais de théâtre.

De quoi aviez-vous peur ? Musicien ou comédien, vous êtes sur la même scène…

Ce sont deux boulots cousins, c’est vrai : dans les deux cas, il s’agit d’interpréter un texte. Mais dans la musique, on est plus dans l’énergie. C’est physique. Si je me trompe dans un couplet, tout le monde s’en fout. Au théâtre, on ne peut pas lâcher son personnage, on doit respecter les rythmes, ne jamais faire attendre son partenaire. C’est totalement différent!

Comment se sent-on face à ce monstre de Jacques Weber quand on débute sur les planches ?

On est intimidé. Forcément. Parce que Jacques intimide par son expérience, par son talent et par son physique. Mais il ne cultive pas ça. Jamais il ne donne l’impression de vouloir faire de l’ombre. Dès les répétitions, il m’a fait comprendre que nous étions deux partenaires à égalité. Je compare ça un peu à une partie de tennis : si le gars d’en face est plus fort, il va tirer son partenaire vers le haut !

Qu’est-ce qui a été le plus dur, finalement ?

Je n’ai pas tellement de point de comparaison, c’est la première fois que je fais ça. Mais ce qui m’a le plus terrifié, c’est d’apprendre cinquante-six pages de texte par cœur. J’ai déjà tellement de peine à retenir mes propres chansons…

Vous aviez débuté votre carrière en réalisant trois courts-métrages – dont le dernier, «José Jeannette», a été primé au Festival de Cognac en 1992. Considérez-vous cette expérience au théâtre comme un retour aux sources ?

Non. Mon parcours artistique a commencé ainsi. C’est tout. Aujourd’hui, je suis heureux dans ma vie de musicien. Mais le cinéma, l’image, ça a toujours compté pour moi !

Mais, on le voit chaque année avec les Enfoirés, vous aimez jouer la comédie…

Plein de gens me l’ont dit par le passé. On m’encourageait à tenter cette expérience. Après, c’est une question de chance! Il fallait qu’un personnage corresponde à mon âge ou à mon physique. Ce qui est arrivé sur le film d’Eric Davaine Incognito
(ndlr: sorti en 2009).

Pourriez-vous mettre votre carrière de musicien entre parenthèses ? Votre dernier album, «Infréquentable», date déjà de 2008…

Hors de question. Je prépare d’ailleurs un nouveau disque. Je l’ai enregistré avant d’attaquer la pièce de théâtre. Sa sortie est prévue pour la fin de l’année. Pour ce qui est du cinéma ou du théâtre, je suis totalement détendu. D’autant plus que ça ne dépend pas que de moi, mais aussi de l’envie des réalisateurs…

On va aussi parler de vous avec la sortie du dessin animé «Titeuf», puisque vous avez participé à la B.O. du film. Pourquoi avoir accepté ?

C’est Jean-Jacques Goldman qui m’a invité à faire partie de ce truc-là! Pour moi, c’était une chance de chanter avec mes trois maîtres: Francis Cabrel, Alain Souchon et Jean-Jacques. Quant à mon fils – qui a 6 ans et demi, il est super fier d’entendre son papa dans Titeuf.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Sam 2 Avr - 0:48

Citation :
Je prépare d’ailleurs un nouveau disque. Je l’ai enregistré avant d’attaquer la pièce de théâtre.

Ah bon ? C'est nouveau ça ! Je doute fort que Bruno lui ait dit ça...
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Sam 2 Avr - 8:31

kiki a écrit:
Citation :
Je prépare d’ailleurs un nouveau disque. Je l’ai enregistré avant d’attaquer la pièce de théâtre.

Ah bon ? C'est nouveau ça ! Je doute fort que Bruno lui ait dit ça...



Oui, ça cloche un peu dans le reste de l'article, c'est étrange !
Revenir en haut Aller en bas
Laurence

avatar

Messages : 4714
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 50
Localisation : Genève

MessageSujet: Télérama...   Mar 19 Avr - 19:01

On savait Télérama un peu snob dans le genre "on n'aime que les artistes pas trop connus, sinon ça fait trop banâââl", mais là ils font fort avec un article mettant dos à dos la "nouvelle scène française", avec pour chef de file et "Tête de Turc" (selon leurs propres termes) "Devinez qui ?", et les "nouveaux nouveaux artistes", bien sûr beaucoup plus forts, plus meilleurs, tout ça...

Citation :
Le renouveau de la chanson française

De l’émotion dans l’air

Le 19 avril 2011 à 17h00

LE FIL MUSIQUE - Des textes ardents, des musiques lyriques, envoûtantes. Profitant de la brèche ouverte fin 2009 par le “superbe” Benjamin Biolay, une nouvelle génération d'auteurs-compositeurs exalte les sentiments. Ils s’appellent Lola Lafon, Bertrand Belin, Alex Beaupain, Florent Marchet, Daphné… Et surtout la chanteuse L, révélation de l’année, invitée au Printemps de Bourges, qui commence demain.

Luz va-t-il s'atteler au tome 2 ? Au printemps 2007, le dessinateur sortait son tonitruant J'aime pas la chanson française, BD au vitriol qui croquait Bénabar, Vincent Delerm et quelques autres, raillant leurs « textes lénifiants, mélodies souffreteuses et voix agonisantes » (sic). Si Luz en était arrivé à ce point d'agacement, c'est bien que cette « nouvelle scène », comme on l'appelait à l'époque, occupait largement l'espace musical. Bénabar, tête de Turc idéale, venait de remplir Bercy ; il allait rafler deux trophées aux Victoires de la musique.

Quatre ans plus tard, les choses changent. Non que les Bénabar and co soient condamnés à la retraite anticipée, mais une autre parole se fait jour. Plus poétique. Plus lyrique. Plus enflammée. En cette seule semaine d'avril, deux auteurs-compositeurs s'échappent des textes terre à terre de leurs aînés et des considérations d'ado attardé qu'on leur a tant reprochées, pour dévoiler des émotions fortes, troublantes, contagieuses : Alex Beaupain, l'homme des Chansons d'amour (1), explore les méandres du désir ; et L, jeune femme à la plume et à la voix bouleversantes, sort un premier album qui est le disque de chansons le plus intense qu'on ait entendu depuis des décennies. Ils ne sont pas seuls : le mois dernier, Lola Lafon, romancière et chanteuse, se faisait remarquer avec sa délicatesse engagée. En février, Daphné poursuivait sa quête de sensations brûlantes dans un disque romantique. Sans parler des albums de Bertrand Belin, de Babx, de Barbara Carlotti, d'Arman Méliès... Si aucun ne trône encore en tête des ventes, plusieurs sortent de l'indifférence médiatique dans laquelle ils pataugeaient depuis leurs débuts.

“Une chanson avec une chute rigolote,
c'est comme une bonne blague :
une fois ça va ; cent fois,
c'est horripilant !” (Alex Beaupain)

Eternel mouvement de balancier créatif. Car avant de triompher et de taper sur les nerfs du pauvre Luz, la nouvelle scène fit d'abord figure... de contre-culture ! Respectée et hautement respectable. « Bénabar a amené un ton nouveau, une dérision, un pas de côté par rapport à la grosse variété », reconnaît sans peine Alex Beaupain. Idem pour Vincent Delerm : qui se souvient qu'en mars 2004 il exposait sa barbe de trois jours à la une des Inrockuptibles, peu connus pour leur amour de la chanson ? « Le souci, poursuit Beaupain, c'est que le filon a été sur­exploité. Une chanson avec une chute rigolote, c'est comme une bonne blague : une fois ça va ; cent fois, c'est horripilant ! » Spontanée ou orchestrée par les maisons de disques, la multiplication des sous-Bénabar et des sous-Delerm a fait naître l'exaspération. L'esthète Bertrand Belin ne dit pas autre chose : « Cette forme de chanson bien troussée existera toujours, elle n'est pas si éloignée de ce que faisaient les chansonniers d'avant guerre. Dans le meilleur des cas, elle est satirique ; dans le pire, anecdotique. » Par essence, elle s'épuise.

Ce n'est pas pour rien que Bénabar se consacre de plus en plus à la comédie (2) ou que Vincent Delerm, à la palette plus riche qu'on ne le prétend, ose des textes impressionnistes et révèle un vrai talent de photographe (3) ... Besoin de respirer. De s'évader. De s'élever. Cette envie-là, tous les tenants de la chanson d'émotion l'ont ressentie, parfois cruellement, pendant leurs années de clandestinité médiatique. « J'ai eu souvent la sensation d'étouffer, avoue Lola Lafon. En écoutant les radios, je me demandais quelle pouvait être ma place... Je suis incapable de chanter mon agenda, moi ! Et puis je n'ai rien à dire sur le quotidien : au contraire, j'essaye d'y échapper. » Même son de cloche chez Daphné : « Tout le monde cherche à se rassurer dans une festivité permanente, même les téléphones portables servent à s'amuser. C'est difficile de monter sur une scène sans faire de l'animation, en n'étant ni dans la démagogie ni dans le bling-bling. » Reste que, désormais, elle se sent moins isolée : « Le succès de Benjamin Biolay a été un soulagement, comme une brèche qui s'ouvrait. »

16 novembre 2009, le chanteur publie La Superbe, double galette qu'on n'aurait pas pu mieux nommer. Non seulement elle saisit par sa majestueuse élégance, mais elle tombe à pic. Au printemps précédent, Bashung est mort ; sa maladie a bouleversé, sa disparition abat le public et les critiques. Partout, on regrette le « poète » (qui n'écrivait pas ses textes), le Bashung des dix dernières années, vaporeux et mystérieux – beaucoup moins celui des calembours des années 1980. Son absence crée un vide, peut-être un appel d'air. En tout cas, elle réveille, ou révèle, un impérieux besoin de lyrisme, que La Superbe va combler de la plus belle des manières : bien plus encore que Bashung, Biolay remet l'émotion au centre du jeu. Avec lui, les sentiments sont exaltés, les orchestrations reprennent souffle, le saxophone s'enflamme et les cordes tombent en cascade...

C'est gonflé : voilà une décennie que la nouvelle scène fait exactement l'inverse ! L'émotion, elle n'ose pas y toucher - ou seulement du bout des lèvres. Quant à la musicalité... elle la délaisse au profit de groupes apparus entre-temps (sans doute en réaction), les Cocoon, The Dø, Coming Soon, Phoenix ou AaRON qui chantent en anglais, dans un vocabulaire souvent limité. L'album de Biolay sonne comme un coup de tonnerre, ou de génie. Il s'érige entre deux camps retranchés. « Il a prouvé qu'on pouvait faire une chanson très orchestrée avec un texte ambitieux, applaudit Lola Lafon. Il était temps. En France, on a trop tendance à penser que la chanson doit se concentrer sur le texte. Il y aurait d'un côté le fond et de l'autre la forme, comme dans une dissertation de lycée... C'est grotesque ! Réécoutez Barbara, Brel ou Gainsbourg : chez eux, les deux ont toujours été intimement liés ! » Ce fut même l'immense talent de ces artistes-là : savoir conjuguer l'élégance du verbe, l'émotion du propos et l'évidence de la mélodie. Un alliage magistral, qui fit de la chanson française une expression singulière et précieuse. Un grand art, si facile à partager, si difficile à façonner.

“Si l'émotion revient, c'est une formidable
nouvelle ; elle est un antidote au repli.
Comme un instinct d'humanité.” (L)

C'est cela, rien de moins, qu'une nouvelle génération tente aujourd'hui de prolonger. Après les refrains engagés des années 1970, le rock énervé, la variété haut - et bas - de gamme, la vague néoréaliste, la fameuse nouvelle scène et la pop in english, les Beaupain, Belin, Daphné et consorts ont retrouvé la sève originelle, l'ADN de la grande chanson, celle qui savait si bien se servir de la musique pour transporter son auditoire dans l'émoi de ses textes. Raphaële Lannadère, qui publie cette semaine son premier album sous l'elliptique pseudonyme de L, s'en réjouit : « Depuis des années, nous vivons sous le règne de la consommation rapide. L'émotion, qui demande du temps, en a été bannie, sauf la peur, qui fait écran à toutes les autres. A la télévision, dans le discours public, tout est formaté : les politiciens prononcent les mêmes phrases, ils ont la même prosodie, c'est délirant. Si l'émotion revient, c'est une formidable nouvelle ; elle est un antidote au repli. Comme un instinct d'humanité. » Au-delà de la pure esthétique, on tiendrait donc là le symptôme d'un inconscient collectif, le marqueur d'une époque charnière et tourmentée. Florent Marchet ne dément pas : « La crise a changé la donne, il n'est qu'à voir le succès des festivals littéraires : les gens sont en quête de paroles fortes qui bousculent et qui touchent. » La chanson, en pleine renaissance, s'est déjà mise au diapason.
Revenir en haut Aller en bas
http://lirevoir.unblog.fr/
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mar 19 Avr - 19:39

J'ai bien aimé cet article moi et je le trouve relativement objectif par rapport à ce que Télérama est capable de pondre ! C'est bien qu'il y ait du renouveau (heureusement que tout le monde ne fait pas du Delerm ou du Bénabar !) et que des journalistes en parlent. A son époque, Bruno a aussi été loué par ce journal.

Je ne prends pas les paroles du journaliste pour une critique d'autant qu'il cite Luz simplement. D'ailleurs un peu plus loin, il écrit "Non que les Bénabar and co soient condamnés à la retraite anticipée"... Simplement, les modes changent, de nouveaux styles et de nouveaux artistes font leur apparition et c'est très bien. J'écoute beaucoup en ce moment Alex Beaupain et je trouve que c'est très chouette, j'ai eu l'occasion d'entendre L, et ça m'a bien plu aussi.

Après, c'est vrai qu'il y a des artistes qui se la pètent un tantinet parce qu'ils vont à contre-courant de ce qui se fait et qui n'hésitent pas à se moquer et à écraser leurs aînés mais la roue tourne, ils deviendront à leur tour démodés. C'est comme pour tout : seuls les meilleurs resteront.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Laurence

avatar

Messages : 4714
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 50
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   Mar 19 Avr - 20:25

Oui, mais je trouve l'article assez condescendant pour Bénabar, comme s'il faisait de la variété honnête mais facile, et que les nouveaux relèvaient "enfin" le niveau. Ce n'est pas franchement négatif contre lui, en tout cas pas frontalement, mais ça me laisse une impression assez désagréable. Je ne connais pas du tout les nouveaux dont ils parlent, tant mieux s'ils sont excellents, ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre ! Et je me console en me disant que dans quelques années, si "L" devient aussi célèbre que Bénabar, c'est d'elle qu'on parlera comme d'une quasi has been, tandis qu'on louera une "nouvelle nouvelle nouvelle" artiste !
Revenir en haut Aller en bas
http://lirevoir.unblog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Article divers janvier - juin 2011   

Revenir en haut Aller en bas
 
Article divers janvier - juin 2011
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bénabar :: Archives :: Articles de presse-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: