Forum non officiel sur le chanteur Bruno Bénabar
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bénabar au Théâtre !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
titou



Messages : 910
Date d'inscription : 12/12/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Dim 27 Mar - 21:08

Le Masque et la plume en ce moment ! Les critiques de la pièce n'ont pas encore commencées
Revenir en haut Aller en bas
titou



Messages : 910
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Dim 27 Mar - 21:11

Critiques en ce moment même !
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Dim 27 Mar - 21:14

Je prends en route, merci Titou !
Revenir en haut Aller en bas
titou



Messages : 910
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Dim 27 Mar - 21:15

Ben, ils ne sont pas tendres ...
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Dim 27 Mar - 21:17

Ça aurait pu être pire. Au moins on apprend que Bénabar a du charme (mais nous le savions) !
Revenir en haut Aller en bas
titou



Messages : 910
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Dim 27 Mar - 21:19

LOL...
et il y en a quand même un qui a dit qu'en concert il était génial ^^
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 29 Mar - 19:43

Bénabar: Sur une plage face à Weber, il excelle dans la provocation... Un tueur !

Les applaudissements s'élèvent, d'abord timides puis plus nourris, congédiant peu à peu un silence suspicieux, sceptique et hostile. C'est, d'abord, le texte de Fabrice Roger-Lacan, acéré, insidieux, harceleur, assassin dans son issue, qui veut cela ; c'est, ensuite, la preuve par le doute palpable que la performance de Jacques Weber, monstre sacré des planches, et Bénabar, néophyte surprenant d'aplomb (tant comme caractéristique de son personnage que comme qualité de son jeu d'acteur), a fait mouche.

Quelqu'un comme vous, leur duel au soleil aux allures de huis clos, mis en scène par Isabelle Nanty - complice attitrée du dramaturge -, laisse pantois, et presque incrédule, le public du Théâtre du Rond-Point, qui a l'occasion de les voir se livrer une joute psychologique infernale depuis le mois dernier et jusqu'au 10 avril. Quand Jacques Weber, 61 ans et l'aura imposante (y compris physiquement) de celui qui vient de survivre à une mise à l'épreuve ontologique, et Bénabar, 41 ans et des airs de jeune premier carnassier (quelques faux airs de Lorànt Deutsch en prime), se présentent au public pour recevoir, sans esbrouffe, presque stoïques et toujours inquiétants, leur ovation la tension existe encore. Ce qui démontre l'intensité de la relation qu'ils ont su créer sur scène.

Après Cravate Club, qui le starisa précocément en 2001, portée initialement par Charles Berling et Edouard Baer (un complice qu'il côtoya aussi pour La Bostella et Akoibon), et connut une déclinaison bien accueillie sur grand écran, puis Irrésistible (2007), l'ancien normalien Fabrice Roger-Lacan offre à nouveau son écriture tranchante et à tiroirs (du potache au métaphysique) à la vision d'Isabelle Nanty (pour qui il écrivit Le Bison), laquelle installe Weber et Bénabar, deux antagonismes, sur une plage déserte matérialisée par des blocs-dunes ton sur ton avec la moquette sable. Il y a quelque chose de beckettien et de koltesien dans le dépouillement où se produit ce mano a mano dans lequel le dialogue est à la fois connivence et banderilles. "Une plage, deux hommes. Le vide autour d'eux, trois kilomètres de sable nu, le soleil au-dessus. Mais le plus jeune s'allonge près du plus vieux. Promiscuité dans le désert. Pourquoi ? Les voilà qui s'interrogent. L'un, patron, ours satisfait, niveau social élevé, cherche le repos. L'autre, homme de main, renard futé, trimballe un secret dans sa sacoche. Règlement de comptes, tête mise à prix, assassinat en règle, tout semble possible. Le doute plane et les questions tombent."

Les questions, pour l'essentiel, sont celles, à tête chercheuse, du "renard futé" Bénabar, empêcheur de plager en rond qui dissimule, un temps seulement, un tueur à gages omniscient en mission. Le chanteur, aguerri par une première expérience d'acteur au cinéma (Incognito, d'Eric Lavaine, en 2009), se révèle convaincant, à l'inverse de son collègue Raphaël, obligé de quitter les planches avant terme. Au théâtre, un élément ne trompe pas : la présence. Pour le coup, Bénabar a une vraie présence : son entrée en scène, total look black et lunettes aviateur, qui vient troubler la solitude absolue dont pensait pouvoir jouir le personnage de Weber, est comme un coup de tonnerre dans le ciel pourtant serein de la toile de fond. Sa désinvolture, son rictus cynique, sa gestuelle bien apprivoisée de poseur, son regard verrouillé sur son objectif comme la lunette d'un long rifle : la panoplie codée de cet intrus dérange. On rit jaune en l'observant manipuler, acculer l'autre. La charge nerveuse emplit le plateau, au décor trop vaste - Quelqu'un comme vous aurait d'ailleurs pu s'y perdre sans le numéro de haute volée de ses duettistes/duellistes. Un des tours de force de Bénabar : ne pas se laisser écraser - au propre comme au figuré - par le mastodonte - au propre comme au figuré - de Weber. Plutôt inespéré au vu de la mise en scène frugale, qui semble par moments laisser ses protagonistes errer tels des électrons libres guidés seulement par la charge, positive ou négative, de leur échange.

De temps à autre, Bénabar fourchera sur son texte : c'est là qu'on mesure le travail effectué pour dompter son débit de parole naturel volontiers rapide, et faire de chaque question adressée par son personnage une mise en danger pour son interlocuteur, sa proie, qui se débat dans cette toile le mettant face à ses contradictions. L'un voulait fuir le monde dans ce néant de sable, l'autre y a trouvé les conditions de traque idéales pour piéger l'animal qui voulait n'être plus social.

Certes, le rôle tenu par le chanteur, qui travaille parallèlement à son sixième album prévu pour décembre 2011 et accompagné d'une tournée en 2012 avec de nouveaux partenaires (Caramba et Alias), n'est pas d'une exigence suprême. Relativement linéaire (exception faite d'une saillie colérique marquante dans l'océan de son ambiguïté et de son détachement), il n'en est pas moins essentiel, puisque c'est lui qui nourrit le rôle de Weber, fait trembler cette montagne de certitudes, provoque sa montée en tension, ses errements du mensonge aux aveux, son funeste marchandage...

Jacques Weber peut sourire à son partenaire, et saluer fièrement à son côté : il a trouvé un "adversaire" à sa mesure pour lui renvoyer la balle et contribuer à la crédibilité d'homme de son businessman archétypal. C'est bien quelqu'un comme ce Bénabar-là qu'il lui fallait.

Guillaume Joffroy

Source : Pure People
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 29 Mar - 20:49

Magnifique !
Belle analyse et belle écriture.
Revenir en haut Aller en bas
Laurence

avatar

Messages : 4714
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 50
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 29 Mar - 23:47

Oui, ils ont fait de sérieux progrès au niveau stylistique, chez Pure People !
Revenir en haut Aller en bas
http://lirevoir.unblog.fr/
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 29 Mar - 23:50

Laurence a écrit:
Oui, ils ont fait de sérieux progrès au niveau stylistique, chez Pure People !
C'est ce que je me suis dit aussi. Ce site ne nous a pas habitués à offrir des articles aussi bien construits, riches en vocabulaire, et argumentés ! Bravo au journaliste. C'est vraiment une très belle critique (en même temps, elle reflète tout à fait ce qu'on ressent pour une fois !)
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Jeu 31 Mar - 18:39

Une vidéo de Jacques Weber répondant à des questions posées par "différentes personnalités" (dont Bruno) :

Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Dim 3 Avr - 10:36

J. Weber invité culture de la matinale d'Europe 1 à écouter ICI.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Lun 4 Avr - 8:32

L'Avenir (Belgique) 04 04 2011

Quelqu'un n'est pas n'importe qui

Avec audace et succès, Isabelle Nanty réunit Bénabar et Jacques Weber pour «Quelqu'un comme vous». En tournée en Belgique dès le 26 avril.

Ils n'ont pas de nom, ils sont quelqu'un (Jacques Weber) et quelqu'un d'autre (Bénabar). La plage est vaste, déserte, le jeune homme arrogeant, qui pose son drap de plage au pied du businessman aigri, aurait pu s'installer un kilomètre plus loin.

Seulement ce sont ces mètres carré de sable là qui l'attirent visiblement. Il veut parler. Durant un peu plus d'une heure, ils se jaugent, se jugent, se fuient et se rattrapent. Ce qui ressemblait à la confrontation d'un misanthrope et d'un importun sans histoire, à une scène banale de socialisation forcée, devient un jeu macabre déconcertant. L'homme venait chercher un tête à tête avec la mer, il trouve un ultimatum. L'angoisse s'immisce entre les répliques cinglantes et les traits d'humour jusqu'à la chute, ouverte et glaçante.

Rencontre de vampires «Ce sont deux univers qui se rencontrent, deux êtres qui jouent avec une balle de tennis qui est la langue » résume Jacques Weber. De l'autre côté du filet, face au monstre sacré du Théâtre français, il y a le populaire chanteur du quotidien : Bénabar, totalement à sa place dans ce match. Ce casting, qui va bien au-delà de l'affiche alléchante, c'est Isabelle Nanty, la metteuse en scène qui l'a permis. Elle connaît Weber de longue date, a donné la réplique à Bénabar dans Incognito et s'est fiée à son instinct «Ce qui m'a sauvée c'est que je n'ai pas vraiment réfléchi aux risques. Intérieurement, je savais que ça allait fonctionner. Quand je vois leur complicité, la tendresse, malgré les thèmes lourds, je suis ravie de l'avoir fait». Les comédiens lui ont fait confiance et ce que Jacques Weber aime à qualifier de «rencontre de vampires », l'un puisant la fraîcheur, l'autre se nourrissant de l'expérience, fonctionne à merveille. Échos dans les silences Disparités sociales, soif de pouvoir, solitude, individualité... les questionnements se bousculent sous le soleil. «J'ai été séduit à la première lecture » explique Bénabar «la pièce aborde énormément de sujets, sans y aller vraiment. Les cartes sont brouillées en permanence. Jacques a beau jouer un parfait réactionnaire, parfois méprisable, certaines de ses répliques sont justes. Ce n'est pas une pièce à thèse, c'est ça qui m'a plu ».

Et son compagnon de scène complète : «On prend les thèmes en biais, il y a des échos dans les silences. La pièce donne à réfléchir sur l'oxymore permanent qu'est notre monde qui veut la sédentarité et la découverte par le nomadisme, qui confond les théories de Marx et le rejet de l'individualisme ».

La pièce a le parfum de crème solaire mais l'arrière-goût d'une société effroyable. Créée pour être jouée au Théâtre du Rond-Point à Paris, dans le cadre d'un cycle sur les monstres, elle vous déstabilisera habillement.

Théâtre Royal (Namur) : mardi 26 et mercredi 27 avril - location : 081223646

Théâtre Saint-Michel (Bruxelles) : jeudi 28 avril - location : 070660601

Le Forum (Liège) : samedi 30 avril - location : 042231818
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Ven 8 Avr - 8:34

DH.BE (Belgique) - 08 04 2011
Envoyé spécial en France Frédéric Seront

Bénabar monte sur les planches

Le chanteur, qui prépare un album pour décembre, fait ses débuts au théâtre face à Jacques Weber. Il sera en Belgique fin avril

PARIS - Il avait déjà prouvé qu’il avait un certain don pour la comédie en jouant au cinéma dans Incognito . Depuis début mars, Bénabar fait ses débuts sur les planches. Et, pour une première, il n’a pas choisi de faire les choses à moitié, puisqu’il se paye un face-à-face avec un monument de la scène, Jacques Weber. La pièce, Quelqu’un comme vous , se déroule sur une plage déserte. Un homme d’affaires (Weber) s’y repose lorsqu’un individu (Bénabar) vient se coucher à côté de lui. Que veut-il ? Un véritable duel au soleil s’engage entre les deux.

Un spectacle tantôt drôle, tantôt déroutant, qui commence comme une comédie et nous emmène ensuite vers des sentiers plus sombres. Mais si la pièce peut décontenancer, les acteurs, eux, font l’unanimité, avec des premiers pas réussis pour Bénabar, confondant de vérité dans un rôle trouble.

Comment s’est passée la rencontre avec Jacques Weber ?

“Tout d’abord, elle s’est bien passée humainement. Et artistiquement, je pense que ça se déroule bien aussi. Isabelle Nanty, qui met en scène la pièce, savait ce qu’elle faisait. Elle nous connaît bien tous les deux.”

Vous n’aviez pas un complexe d’être face à Jacques Weber ?

“Non. Ce qui me tourmentait le plus, c’est surtout d’être à la hauteur et de ne pas être le maillon faible du spectacle.”

Les sensations sont différentes sur scène selon qu’on chante ou qu’on joue une pièce ?

“Oui. Le théâtre est beaucoup plus précis. Il faut respecter le texte. Dans un concert, je peux me tromper dans un couplet, je peux rallonger une chanson.”

Cette première expérience vous donne envie de poursuivre ?

“Pourquoi pas ? C’est passionnant. Maintenant, ça dépendra des envies que j’inspire à des metteurs en scène potentiels.”

C’est une pièce déroutante. Elle débute légèrement, puis bascule, devient plus sombre…

“Le texte m’a séduit à la première lecture, cette façon oblique, un peu perverse, d’aborder le sujet, sans le dire ouvertement, de brouiller les cartes.”

Derrière son intrigue, le texte tient un discours sous-jacent sur la société individualiste et capitaliste d’aujourd’hui…

“J’aimais bien cet aspect. La pièce parle de beaucoup de choses en souterrain : l’ambiguïté sur l’homosexualité, le rapport père-fils, la lutte des classes… Ça touche plein de sujets différents.”

Le public qui vous suit en concert et qui vient voir la pièce sur votre nom, il réagit comment ?

“Ceux avec qui j’ai parlé étaient déroutés. Mais ils se sont amusés également, car la pièce a l’avantage d’être drôle et de ne pas être longue. Même s’ils sont surpris, ils ont quand même passé un bon moment. De toute façon, je pense que le public est bienveillant à partir du moment où vous êtes sincère et que vous avez bien bossé.”

Vous préparez un nouvel album ?

“Oui. On espère le sortir au mois de décembre.”

Ce sera toujours du pur Bénabar, qui puise son inspiration dans notre quotidien ?

“Oui. Mais je veille quand même à évoluer. La vie de tous les jours m’inspire, mais j’essaye de ne pas me complaire dans la facilité.”


=========

“Sa place est sur scène”
(08/04/2011)

Jacques Weber se dit épaté par Bénabar

PARIS Soixante et un ans et une carrure de plus en plus proche de Gérard Depardieu (visiblement, il a dû arrêter de prendre le Danacol, dont il vantait un temps les mérites dans une pub) : Francis Weber, c’est un monument du théâtre français. Il a pourtant accepté de partager l’affiche avec un petit débutant comme Bénabar. Il nous explique pourquoi.

Quand on vous a annoncé que vous alliez jouer avec Bénabar, vous ne vous êtes pas dit : encore un chanteur qui se prend pour un acteur ?

“Non, je n’ai pas ce genre d’a priori. Qui plus est, j’aimais bien déjà Bénabar comme chanteur. Et puis, c’est une pièce qui peut accueillir ce type de confrontation. Les deux rôles s’apparentent à la rencontre de deux univers très différents. J’ai également parfaitement confiance en Isabelle Nanty. Quand elle m’a suggéré Bénabar, je l’ai suivie.”

Comment vous le trouvez ?

“Dans le travail, ça s’est formidablement bien passé. Il a beaucoup d’humilité et d’ouverture. Mais on doit tous en avoir, même lorsqu’on a 40 ans de planches. Ça doit toujours être la première fois quand on fait une nouvelle pièce. En tout cas, au fur et à mesure des représentations, il est évident que sa place est sur scène. On joue vraiment à deux, avec mon classicisme et sa modernité, mon expérience et sa virginité.”

La pièce touche à énormément de thèmes…

“Effectivement. Il y a un contrechamp sur un homme de droite, patron d’entreprise, mais tout cela est fait de façon extrêmement humaine. À partir du moment où je joue un rôle, je lui donne toutes les chances d’être humain. Quand on joue un personnage, on le joue. Il n’y a pas à être pour ou contre.”

La pièce s’achève sur une fin ambiguë, qui, selon la manière dont on l’interprète, peut être très sombre…

“J’aime beaucoup les fins ouvertes. C’est l’apanage d’une grande part du théâtre contemporain. Après, il faut le faire avec plus ou moins d’adresse et d’habileté.”

Ça vous est déjà arrivé d’avoir un emmerdeur qui vient vous coller sur une plage alors que vous souhaitez être seul ?

“Bien sûr. Il arrive que des gens veuillent enfreindre une certaine limite dans l’intimité. D’évidence si un type est seul sur une plage à une heure tranquille, c’est pour qu’on lui foute la paix. C’est pour ça que maintenant je me lève à 6 h du mat’, je fais tout ce que je veux jusqu’à 8 h, à poil, puis je rentre et on ne me voit plus.”

Cette pièce est une création, alors que vous êtes plutôt habitué à jouer les grands classiques du répertoire…

“C’est vrai, je suis d’abord un acteur de classiques. J’ai toujours dit que pour que l’arbre bourgeonne, il faut des racines et je suis plus à l’aise avec une culture ancienne. Mais, maintenant, il faut parfois aller chercher de nouvelles saveurs…”

Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Ven 8 Avr - 9:14

Très sympathique cet interview des deux acteurs, la simple phrase "si la pièce peut décontenancer, les acteurs, eux, font l’unanimité" résume bien l'ensemble des critiques.
Revenir en haut Aller en bas
Laurence

avatar

Messages : 4714
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 50
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Ven 8 Avr - 11:27

A part que moi j'ai beaucoup aimé aussi la pièce elle-même, je ne comprends pas pourquoi elle a tant "décontenancé" tant de monde. C'est loin d'être du théâtre archi avant-gardiste où on ne comprend rien du début à la fin ! C'est même beaucoup plus compréhensible que du Ionesco ou du Beckett ! Je m'attendais à beaucoup plus "spec'" quand j'y suis allée Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://lirevoir.unblog.fr/
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Ven 8 Avr - 17:16

Je pense que, dans cet article, "décontenancer" est un synonyme poli de "décevoir".
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 19 Avr - 19:47

Les places ne semblent pas partir très vite en Belgique :

Citation :
Théâtre: 10 places pour "Quelqu'un comme vous"

Moustique vous offre 5 x 2 places pour la pièce "Quelqu'un comme vous" avec Bénabar et Jacques Weber le 28 avril au Théâtre Saint-Michel à Bruxelles.

Une plage. Pas déserte, mais pas surpeuplée. Un homme seul vient s'installer à côté d'un homme seul.
Ils ne se connaissent pas, ils vont mieux se connaître. Surtout quand l'un, le petit Rocky interprété par Bénabar, va demander à l'autre (incarné par Jacques Weber) de lui passer de la crème solaire sur le dos... "Tous les thèmes sont abordés en filigrane et en oblique. Jamais frontalement, c'est ce qui fait l'intérêt de la pièce, raconte Bénabar. La filiation, la lutte des classes, l'ambiguïté sexuelle. L'auteur ne s'appelle pas Lacan pour rien."

Ce Lacan-là, Fabrice Roger-Lacan, petit-fils du psychanalyste Jacques Lacan, expose en plein soleil un bras de fer entre deux hommes qui symbolisent deux visions du monde. "Le personnage de Jacques Weber est un chef d'entreprise, un peu réac, un peu caricatural, poursuit Bénabar dont c'est la première expérience au théâtre. Et mon personnage est un peu fou, mais tous les deux disent des choses assez vraies. Tous les deux sont brillants. Il faudra choisir son camp, même si..." Même s'il faudra aller voir pour la justesse du propos, mais aussi pour la rencontre d'acteurs orchestrée par l'excellente Isabelle Nanty qui, après avoir partagé la réplique avec lui dans Incognito, a poussé ce showman de Bénabar sur les planches. "Je ne cherchais pas forcément à aller au théâtre, dit-il. J'ai hésité évidemment par trouille, mais je ne regrette pas d'avoir pris ce risque." - S.M.
Pour participer au concours c'est par ICI
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 26 Avr - 10:36

lesoir.be

Benabar et Weber, comme vous

ENTRETIEN

Dans Quelqu’un comme vous, la pièce de Fabrice Roger-Lacan, que Benabar et Jacques Weber viennent défendre en Belgique à partir de ce soir, deux hommes que tout semble opposer se retrouvent sur un bout de plage. Seuls. L’un veut parler. L’autre pas… mais se sent pris au piège, et répond, de mauvaise grâce. Idée de départ originale, qui aurait pu inspirer, sur un autre mode, un Beckett ou un Pinter.

On est ici ailleurs. La pièce est courte, enlevée et drôle dans ses meilleurs (premiers) moments, peinant un peu à conclure, au prix d’une intrigue inutilement complexe. Restent de bons mots, des situations cocasses. Et une rencontre de comédiens qui fonctionne plutôt bien. Avec, cerise sur le gâteau, les premiers pas de Benabar côté cour et jardin. Rencontre avec les deux hommes.

Vous venez l’un et l’autre de milieux différents. Comment s’est passée votre rencontre ?
Benabar.La rencontre s’est bien passée humainement. Artistiquement aussi, et je pense qu’Isabelle Nanty ne nous a pas choisis au hasard. Au-delà du casting et de l’affiche, elle avait le désir de faire se rencontrer deux personnes.


Vous n’aviez pas de complexes ?
B. C’est très bien de faire du théâtre mais encore faut-il assurer. Et surtout vis-à-vis du public. On ne peut pas juste venir, capitaliser sur son nom et être le maillon faible au final. J’avais ces peurs-là, qui ne sont pas illégitimes, d’ailleurs.
J W. Quand bien même il pourrait y avoir des a priori, à partir du moment où j’aimais déjà bien son univers d’interprète et d’auteur de ses propres chansons, ça facilitait déjà beaucoup les choses. Et puis, c’est une pièce qui peut, je crois, accueillir ce type de confrontation : une rencontre ludique et intéressante de deux univers extrêmement différents. Et de deux types qui jouent avec une balle de tennis qui est le langage. J’ai eu confiance en Isabelle. Je l’ai donc suivie. C’est un grand personnage du théâtre français. Et Bruno (Benabar) a beaucoup d’ouverture et d’humilité. Au fur et à mesure des représentations, je me dis que la scène est sa place, il n’y a pas de problème ! Et je n’ai pas du tout cette sensation patriarcale ou de supériorité vis-à-vis de lui.


Benabar, c’est le début d’une nouvelle vie artistique ?
B. Pourquoi pas ! C’est vrai que ça me passionne. Avec parfois des douleurs, aussi. Mais ça dépendra, pour l’avenir, des choses que je pourrais inspirer chez des metteurs en scène, comme d’ailleurs au cinéma. Il faut être très vigilant, choisir la bonne chose. Ici, le texte m’a séduit à la première lecture. Cette façon un peu oblique et perverse d’aborder le sujet, de ne jamais le dire, ça me plaît.


Les sensations sont différentes, entre chanter et monter sur les planches ?
B. C’est proche, mais ce n’est pas le même boulot. Le théâtre est beaucoup plus précis. Déjà parce qu’il y a le texte, bien sûr.
J. W. Moi, j’allais dire exactement l’opposé. A savoir que pour moi, la chanson, c’est beaucoup plus précis.
B. Si j’inverse une chanson, si je n’en chante pas une, si je me trompe dans un couplet, c’est pas grave, on est dans l’énergie. Les gens ne viennent pas pour écouter religieusement mes paroles.


Vous aviez peur d’être attendu au tournant ?
B. Pas tant que ça. Je savais que c’était le jeu. Ça m’amusait de prendre le risque. Et au final, je suis plutôt bien reçu, ce qui est rassurant.


Dans « Quelqu’un comme vous », le conflit passe par une opposition de style presque politique entre vos deux personnages.
B. Je suis le type de gauche, et Jacques est le type à droite depuis toujours, le sarkozyste convaincu, tout le monde le sait ! Mais il y a d’autres niveaux de lectures : l’ambiguïté sur l’homosexualité, le rapport père-fils, la lutte des classes. Le fait que ça touche plein de sujets différents, dont celui de la politique, sans y aller vraiment, ça me séduit. Ce n’est pas une pièce à thèse, ce qui serait inutile et absurde. Ce qui est aussi intéressant, c’est que certaines répliques du personnage de Jacques, qui est un réac, sont justes… ce qui est déstabilisant. C’est en somme le monde dans ses contradictions.
J. W. C’est là où la pièce est intéressante. Au-delà du jeu des mots, les thèmes sont pris en biais, dans les silences de la pièce. Et puis, il y a un contrechamp sur un homme plus que droitier, moi en l’occurrence, grand patron d’entreprise, qui exprime ses contradictions avec quelque chose d’extrêmement humain. Moi, je donne à mon personnage toutes les chances d’être humain. On m’a déjà demandé si je pourrais jouer un rôle fasciste. Bien sûr que oui ! Tout dépend dans quel contexte et pour quelle cause. Si on me demande de faire un film d’un quart d’heure pour faire la pub de Marine Le Pen, il est évident que je ne le ferai pas.
Par contre, regardez ce que fait un Bruno Ganz en devenant Hitler dans La Chute ! Même Hitler avait des contradictions. Avec lui, vous jouez l’art d’être grand-père… et même si c’est horrible : c’est la vérité ! Quand on joue un personnage, on le joue. On ne prend pas de parti sur lui. La sympathie qu’on peut éprouver pour un personnage sombre nous pose un problème. C’est tout le jeu du théâtre. Le théâtre n’est pas seulement un rendez-vous où tout vous est acquis et où vous allez manger votre soupe de légumes et votre poulet.


La pièce met joliment en évidence les petits mensonges ordinaires de chacun de nous. Vous y reconnaissez les vôtres ?

B. Dès qu’on est un petit peu connu et qu’on s’exprime avec des idées de gauche et humanistes, on a des gens qui te disent : « T’as qu’à les prendre chez toi, les sans papiers ! » Moi qui soutiens une association comme le Droit au logement, j’entends ça de temps en temps. Des gens imaginent que j’habite un château.
J. W. Très souvent, des gens veulent aujourd’hui enfreindre une certaine limite à l’intimité. Un type qui est tout seul sur une plage, à une heure tranquille, comme dans la pièce, il est évident que c’est pour qu’on lui foute la paix.
Je vous le dis tranquillement, puisque c’est ce que moi je fais. Quand je vais en Bretagne, je vais à six heures du matin sur la plage, il n’y a personne, et je me fous à poil. Et je suis tranquille jusqu’à huit heures du matin. Puis après, je rentre et on ne me voit plus. On vit une drôle d’époque. On est d’un côté dans la dénonciation du paraître à tout crin. Et en même temps on est dans la transparence, « qui êtes-vous vraiment ? » Cette dichotomie, c’est ce qui fait la violence du monde. On est entré dans l’intimité. Du temps de e Gaulle, on ne parlait jamais d’Yvonne de Gaulle. Puis, Mitterrand nous a tenus en haleine, en nous jouant le roi Lear de façon magnifique pendant des années. Cette volonté de l’intimisme dans le jeu du paraître, c’est assez récent.
B. Aujourd’hui, on ne peut pas échapper à des infos qu’on n’a pas envie d’entendre. Comme les enfants de Brad Pitt. Ou Paris Hilton, une des filles les plus célèbres de la planète : eh bien, je suis incapable de dire ce qu’elle a fait. Drôle d’époque, en effet…

26 et 27 avril, Namur, Théâtre Royal
28 avril, Bruxelles, Théâtre Saint-Michel
30 avril, Liège, Le Forum.
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 26 Avr - 10:55

Merci Agnès
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Ven 29 Avr - 10:20

Juste quelqu’un de bien

L’un est un monstre sacré du théâtre et du cinéma, l’autre un chanteur confirmé mais comédien débutant. Jacques Weber et Bénabar se tiennent tête dans "Quelqu’un comme vous", mis en scène par Isabelle Nanty.

Bénabar, la scène est un univers que vous connaissez parfaitement mais avec vos mots, votre musique. Pour la première fois, vous vous confrontez à l’exercice théâtral dans la pièce de Fabrice Roger-Lacan Quelqu’un comme vous. Comment ça se passe ?

Bénabar : « Bien ! Avec beaucoup d’inquiétudes et d’angoisses légitimes quand on a la chance de participer à un tel projet. J’ai beaucoup travaillé pour essayer d’être à la hauteur. J’ai passé six mois à apprendre mon texte par cœur, c’était la grosse pression ! Déjà que je ne connais pas les paroles de mes chansons ! Et puis l’auteur est vivant, alors je ne voulais pas me faire engueuler à la fin de chaque représentation. »

Isabelle Nanty signe la mise en scène. Elle était déjà à vos côtés pour vos premiers pas au cinéma dans Incognito et c’est elle qui vous a choisi pour cette pièce. Il se passe un truc entre vous ?

Bénabar : « Il y a en effet un truc entre nous, c’est indéniable. Mais pas ce que vous pensez. Elle a un vrai côté bonne fée, c’est une excellente actrice et une excellente camarade. Je lui fais totalement confiance. »

Jacques Weber : « C’est formidable de travailler sous la houlette d’Isabelle Nanty. Elle est d’une grande humanité et elle aime les acteurs, cela se sent. »

Pour un acteur confirmé, est-ce qu’il n’y avait pas un risque à partager l’affiche avec un débutant ?


Jacques Weber : « Si on ne prenait pas de risque au théâtre, on ne ferait pas de théâtre. C’est un art qui se conjugue à heure fixe et au présent. Cela fait parti du jeu. Bruno est humble mais il connaît la scène et l’énergie qu’il faut pour y monter. C’est une belle rencontre. »

Est-ce qu’il s’est établi un rapport professeur-élève entre vous ?

Jacques Weber : « Comme Mitterrand disait à Giscard : "vous n’êtes pas mon professeur et je ne suis pas votre élève". Ce que je peux partager avec Bruno, c’est le doute. Je ne donne pas de conseil ou alors malgré moi. La seule chose que je peux transmettre c’est la joie et la certitude qu’on se doit de beaucoup travailler, surtout lorsque l’on a un don. »

Bénabar : « Jacques n’est pas intéressé par ce côté "monstre sacré" du théâtre. Il ne joue pas sur cette corde-là, il ne baronne pas, ne donne pas de conseils pontifiants mais il m’aide par de petites intentions, de subtils changements dans son jeu. »

Cette pièce est construite comme un duel, vous vous devez de jouer d’égal à égal.

Bénabar : « Oui, la discipline du texte m’oblige à ne pas penser que je suis face à Jacques Weber. Même si j’ai un fou rire presque chaque soir parce qu’il arrive toujours à m’étonner. J’ai du mal à ne pas me laisser emporter mais je m’y efforce car ces deux personnages que nous interprétons sont deux intelligences hostiles, deux beaux parleurs qui se poussent dans leurs retranchements, il ne peut pas y en avoir un plus faible que l’autre. »

Jacques Weber : « En fait, il n’y a pas de personnages. Ils sont écrits comme "quelqu’un" et "quelqu’un d’autre" et évoluent sur une plage qui est comme un désert où on peut tout inscrire, notamment le langage comme instrument de construction ou de destruction, le vrai ou le faux. l’un reste parce que l’autre le fascine. les deux sont comme des tueurs de l’autre, de l’espace, du temps. »

Bénabar, on le sait peu mais vous avez débuté comme scénariste et réalisateur de courts métrages. Ces incursions au cinéma et maintenant au théâtre sont un retour à vos premières amours, allez-vous pour autant abandonner la musique ?

Bénabar : « Je reste chanteur et musicien tant que l’on voudra bien de moi. Tout le reste, je le prends comme un cadeau. Je refuse quand même beaucoup de choses pour ne pas passer pour celui qui capitalise sur sa célébrité. J’avais d’ailleurs un peu peur de me faire allumer par le public ou par le métier en m’essayant à la comédie, mais cela n’a pas été le cas. Ma démarche est sincère, même si elle est risquée et je crois que les gens l’ont compris. Enfin, j’espère… »

Propos recueillis par Stéphanie PICHARD.

Source : Le Républicain lorrain
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mer 11 Mai - 19:53

Le début d'un article qui paraîtra demain sur le lejdc.fr

Bénabar et Weber en huis clos à Nevers

Jacques Weber et Bruno Bénabar, réunis pour la première fois au théâtre dans Quelqu'un comme vous, seront sur la scène de la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre, ce soir et demain, à 20 h.

Bénabar qui fait ses débuts au théâtre s'est prêté bien volontiers au jeu des questions et réponses.

Pas trop difficile de jouer aux côtés d'un acteur tel que Jacques Weber ?

Tout s'est remarquablement bien passé. Nous avons joué au Théâtre du Rond-Point à Paris puis en Province et il y a toujours eu du monde. Pour moi, le théâtre, c'est une première. Et finalement, ce n'est que du bonheur. Je suis un grand privilégié ! Si à Nevers, on est mauvais, on ne s'en prendra qu'à nous-mêmes ! Jusque-là, la critique nous a plutôt bien traités... (rires)
(...)

Recueilli par
Géraldine Phulpin
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Jeu 12 Mai - 8:49

Un article peu élogieux de la prestation à Arcachon et je trouve un peu exagéré sur la difficulté de compréhension de la pièce....

Sans enthousiasme


Jacques Weber et Bénabar ont plutôt déçu leur public, mardi soir, au théâtre.

La scène se passe, mardi soir, à l'Olympia à Arcachon. Un monsieur s'impatiente sur son siège. Derrière, un autre spectateur écrase des bâillements. Un peu plus loin, encore, un troisième n'arrête pas de regarder sa montre.

Sur la vraie scène, Jacques Weber, pourtant « monstre sacré » du théâtre, et le chanteur devenu comédien, Bénabar, tentent vainement de retenir l'attention du public, faute de l'intéresser, encore moins le passionner.

On sent, dans la salle, une difficulté à comprendre le propos de la pièce, « Quelqu'un comme vous » de Fabrice Roger-Lacan, et, très vite, un ennui à suivre les digressions des deux hommes.

Ces deux hommes, donc, sont seuls sur une plage. Le décor se limite à trois blocs censés représenter des monticules de sable sur lesquels ils s'assoient ou s'allongent. Le plus jeune dérange le plus âgé qui aurait bien aimé rester vraiment seul. Un dialogue s'engage. Lentement, péniblement. Sans humour. Comme on l'imaginait au début. Sans passion, non plus. Il y a bien quelques fulgurances, mais le texte est plutôt ordinaire, les réparties parfois creuses et certains propos convenus. L'histoire du téléphone portable « qui ne passe pas », agace même passablement.

Face à la vraie plage

Il faut attendre - presque - la fin pour comprendre que le plus jeune est un tueur à gage venu régler son compte au plus âgé, qui, lui-même, a déjà fait éliminer un concurrent pour lui racheter son entreprise. Le renversement de situation, à l'instar du renversement des marées, commence - un peu - à intéresser. Trop tard. La lumière s'éteint. « C'est fini ? », interroge un spectateur. La salle ne bouge pas. Elle comprend lorsque la lumière se rallume. Les applaudissements sont suffisamment longs pour être polis, mais les deux comédiens doivent bien sentir qu'ils n'ont ni bouleversé ni enthousiasmé le public. La salle se vide rapidement. Les commentaires sont sévères. L'on ne s'attarde pas sur le parvis de l'Olympia.

Jacques Weber, qui a troqué sa chemise blanche de scène contre une chemine rouge, file vers la vraie plage. Il s'attable à la terrasse de Chez Pierre, en front de mer. Histoire, peut-être, que la soirée à Arcachon ne soit pas tout à fait gâchée.

Source : Sud-Ouest

=============
L'article du "Journal du Centre" que j'avais mentionné hier :

Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 17 Mai - 10:05

Vu sur la Provence.com

Bénabar-Weber : un duo de choc à Aix
Publié le mardi 17 mai 2011 à 07H57

Deux acteurs emportés par un texte vif à partir de ce soir, à Aix
Jacques Weber et Bénabar, en duo dans le tourbillon d'un texte contemporain.


Deux hommes que tout oppose mais qu'une joute verbale va entraîner dans un tourbillon de mots et d'idées. Bénabar et Jacques Weber sont ces deux inconnus qui s'affrontent sur une plage dans Quelqu'un comme vous, texte contemporain de Fabrice Roger-Lacan mis en scène par Isabelle Nanty.

Interview croisée de Bénabar, dont c'est la première expérience au théâtre, et de Jacques Weber, comédien multiple, que l'on verra cet été au Festival d'Avignon, au théâtre du Chêne Noir, dans un montage de textes, Éclats de vie.

Jacques Weber

- Avez-vous eu le sentiment de jouer face à un débutant ?
Jamais. Bénabar a été un partenaire extrêmement sympathique, ouvert, généreux. En règle générale, je ne me préoccupe pas des étiquettes qu'on colle aux artistes; lui, c'était "débutant", moi, "monstre sacré du théâtre". Je l'aimais bien, je l'admirais avant cette expérience commune.

- Quel est le lien entre les personnages que vous incarnez ?
Je suis celui qui arrive sur la plage pour être tranquille. Vous êtes toujours l'autre de quelqu'un. Avec cet autre, va s'engager une joute verbale. Quelque chose de vif.

- Vous serez cet été à Avignon. Qu'est-ce qu'un acteur comme vous vient chercher au Festival ?
Je suis fou de joie de jouer en juillet au Théâtre du Chêne Noir, le théâtre que je préfère au monde, j'adore la salle, j'adore l'équipe qui la dirige. Avignon doit rester cet endroit où le public crie, hurle, découvre. Et le dialogue entre le In et le Off est absolument nécessaire".

Bénabar

Il s'amuse au passage de constater que "la vie d'un comédien en tournée est plus calme que celle d'un chanteur : pas de bière jusqu'à l'aube mais des visites culturelles des villes où on passe, le lendemain matin". Quelles sont les autres différences fondamentales ? "La discipline est plus grande au théâtre. Défendre un texte qui n'est pas de soi est intéressant, d'où l'importance d'être précis.Avec la musique, je suis davantage sur l'énergie, le théâtre est plus cérébral et il y a aussi le fait que l'on n'a pas envie de décevoir son partenaire." Lorsque la tournée sera terminée, mi-juin, Bénabar enregistrera un album sur lequel il travaille depuis deux ans.

- Comment êtes-vous arrivé dans cette aventure, une première pour vous ?
Isabelle Nanty m'a parlé de cette pièce, me l'a proposée et je me suis tout de suite abrité derrière son choix. Mon agent m'a dit à l'époque "si tu ne participes pas à ce projet, tu ne feras jamais de théâtre", effectivement, l'occasion était trop belle. C'est une aventure passionnante pour moi, en 70 représentations, j'ai le sentiment d'avoir vécu un cours de théâtre accéléré. J'essaie aussi de ne pas me laisser embarquer par le côté "je joue avec Jacques Weber" !

- Quelle sorte de plaisir ressentez-vous sur scène ?
Dans ce texte, il y a d'abord un côté vicieux qui est très savoureux et très amusant à jouer.

- N'avez-vous jamais craint de décevoir vos fans ?
Être malmené fait partir des risques du métier. Et on a eu la chance jusque-là d'avoir de bonnes critiques !

.
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10540
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 17 Mai - 13:04

agnes a écrit:

Il s'amuse au passage de constater que "la vie d'un comédien en tournée est plus calme que celle d'un chanteur : pas de bière jusqu'à l'aube mais des visites culturelles des villes où on passe, le lendemain matin".


Merci Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   Mar 17 Mai - 13:08

C'est sérieux le théâtre ! De quoi se "lâcher" pendant la prochaine tournée !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bénabar au Théâtre !!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bénabar au Théâtre !!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bénabar :: Archives :: Articles de presse-
Sauter vers: