Forum non officiel sur le chanteur Bruno Bénabar
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 Parlons de tout et de rien, sauf de musique !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
Agnès



Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Jeu 27 Jan - 9:50

Je crois que je vais tout faire pour l'avoir ! Avoir quoi me direz-vous ? ... Rendez-vous ICI.
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Jeu 27 Jan - 12:01

agnes a écrit:
Je crois que je vais tout faire pour l'avoir ! Avoir quoi me direz-vous ? ... Rendez-vous ICI.
Ci-dessus, l'effet Bénabar : le retour en enfance . 1ère victime : Agnès Wink.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Jeu 27 Jan - 22:22

Coucou tout le monde, je voulais vous faire partager un film que j'ai pu voir ce matin au cours de ma formation. Pourquoi dans ce topic me direz vous et pas dans "7e art" ? c'est très simple, c'est un film qui est sorti en 2009 au Quebec mais qui n'est pas commercialisé chez nous ... a priori nous ne pourrons pas le voir de si tôt car le réalisateur ést décédé et avec le soucis des droits d'auteurs .... enfin bref, j'en viens au fait :

C'est, à mon avis, une véritable leçon de vie. Un formateur éducateur spécialisé, papa d'un enfant atteint de la trisomie 21 a mis en place un projet d'une envergure extraordinaire (toujours selon mon avis). Ce formateur est venu lui même nous le présenter et nous l'expliquer ce matin ...

Il a proposé à 6 adultes atteints de cette maladie ainsi qu'à des étudiants éducateurs spécialisés (pour les accompagner) de gravir la cordilère des andes afin d'atteindre le célèbre Machu Pichu, cette ascension se fait normalement en 8h, ils ont mis deux jours .... je vous laisse découvrir a cet endroit la bande annonce du film qui, malgré ses 5 toutes petites minutes (sur les 90 du film ... et les 60 heures de tournage) nous montrent ce véritable défi humain.


Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Ven 28 Jan - 18:23

Je viens de lire cet article sur Internet. Je trouve que c'est vraiment une riche idée, et surtout un bel exemple d'humanité :

Au Kenya, des lampes solaires changent la vie des écoliers et des plus pauvres

A 25 ans, Evans Wadongo a déjà changé la vie de dizaines de milliers de Kényans vivant dans les campagnes rurales du pays, avec une idée simple: des lampes solaires individuelles.

De son enfance dans l'ouest du Kenya, Evans se souvient des nombreuses difficultés pour faire ses devoirs scolaires, faute d'électricité. Souvent, il est obligé de lire dans l'obscurité, dans les vapeurs malodorantes d'une lampe à pétrole ou les yeux piqués par la fumée du feu de cheminée.

Son père, un enseignant qu'il décrit aujourd'hui comme "très strict" et sa "plus grande source d'inspiration", l'a poussé jusqu'aux bancs de l'université.

Là, l'ingénieux Evans Wadongo s'interroge sur la façon d'améliorer les conditions de travail des écoliers dans son village d'origine.

A 19 ans, grâce aux quelques sous mis de côté sur son crédit d'étudiant, il met au point une première lampe solaire expérimentale, faite de quelques morceaux de métal récupérés, d'une puce solaire, et d'une batterie rechargeable.

"Je n'aurais jamais imaginé que cela marcherait aussi bien. Je voulais juste donner cette première lampe à ma grand-mère", raconte le jeune homme.

Depuis 2004, près de 15.000 de ces lampes solaires individuelles ont été fabriquées et distribuées par son association SDFA (Développement durable pour tous les Kényans) dans les villages les plus reculés.

L'objectif affiché du jeune entrepreneur est de distribuer jusqu'à 100.000 lampes solaires d'ici 2015, grâce au soutien de bailleurs institutionnels, médias et sponsors individuels.

Avec son équipe du projet "Use Solar Save Lives", il identifie les communautés rurales les plus pauvres, privées d'électricité et se servant occasionnellement --quand ils en ont les moyens-- de lampes à pétrole.

Ils remettent les précieuses lampes à une association locale soigneusement sélectionnée, le plus souvent un groupe de femmes, et tentent de convaincre les familles concernées de mettre en commun les économies réalisées sur l'achat de kérosène.

Cet argent est ensuite utilisé pour des projets collectifs, tels que des petits élevages avicoles ou piscicoles.

Dans le village de Chumbi (50 km à l'est de Nairobi), Wadongo est chaleureusement accueilli. "Ils veulent tous des lampes", sourit Agnès Muthengi, la représentante d'une association féminine locale.

Jennifer David, 47 ans, vit dans une maisonnette de boue séchée, coincée entre de misérables baraques en tôles. Son mari est un travailleur journalier. L'unique source de revenus réguliers du foyer est un élevage de lapins --vendu un euro pièce-- qui suffit difficilement à faire vivre ses cinq enfants.

Accroché à un poteau de bois dans une cour crasseuse, sa lampe se recharge sous un soleil de plomb.

"Depuis que j'ai eu cette lampe, ma vie a changé", raconte Jennifer. "Avant j'utilisais une lampe à pétrole qui faisait beaucoup de fumée, me coûtait cher en pétrole", explique celle dont les enfants peuvent désormais étudier le soir à la lueur de la précieuse lanterne.

"J'ai commencé dans le village où j'ai grandi, et j'ai vu des élèves du primaire qui ont pu ainsi aller au collège", se réjouit Evans.

Les lampes solaires aident à l'éducation des plus pauvres, réduisent les maladies respiratoires et oculaires liées à l'utilisation du pétrole, et contribuent à la lutte contre la pauvreté dans les campagnes kényanes.

Fort de son succès, le projet devrait être étendu à des pays voisins, l'Ouganda en tête de liste. Et Evans envisage de décentraliser la fabrication de ses lampes solaires, afin de fournir des emplois aux plus démunis.

"Si chacun d'entre nous commençait à penser aux autres avant de penser à soi, le monde serait meilleur", commente-t-il simplement
.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Lun 31 Jan - 0:00

Félicitations à nos patineurs et à nos handballeurs !
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Lun 31 Jan - 1:52

Nathalie a écrit:
Je suis toujours sur ce jeu [GUDEBALLS](oui, oui, je suis têtue Embarassed), actuellement je suis bloquée au niveau 19 mais je pense que je vais laisser tomber car là je ne vois vraiment pas comment remplir les deux roues de côté avec les balles bleues et vertes...je n'arrive pas à faire passer des balles par ces 2 chapeaux... Rolling Eyes
Ca y est, je l'ai fini !
J'en ai trouvé un autre: Ramps, pas mal non plus : ICI.
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Lun 31 Jan - 11:10

Cette année nous aurons 4 dates inhabituelles : 1/1/11 , 11/1/11 , 1/11/11 et 11/11/11.
Maintenant , prenez les 2 derniers chiffres de l'année de votre date de naissances et ajoutez l'âge que vous aurez cette année , le total devrait être 111 !!
Pour moi, ça fonctionne ainsi que pour mes amis, et pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Clem

avatar

Messages : 2837
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Lun 31 Jan - 18:43

agnes a écrit:
Cette année nous aurons 4 dates inhabituelles : 1/1/11 , 11/1/11 , 1/11/11 et 11/11/11.
Maintenant , prenez les 2 derniers chiffres de l'année de votre date de naissances et ajoutez l'âge que vous aurez cette année , le total devrait être 111 !!
Pour moi, ça fonctionne ainsi que pour mes amis, et pour vous ?


ca marche pour moi aussi !
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Jeu 3 Fév - 19:32

Isabelle Nanty sera l'invitée d'Alessandra Sublet (France Inter - "Je hais les dimanches" - 11 h) le 20 février.

(J'aurais préféré Bruno Sad)
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Ven 4 Fév - 21:16

Une réflexion que je trouve très intéressante sur la chanson française.

Source : voxpopmag.com

L’IDENTITÉ POP NATIONALE : « C’EST FACILE DE CHANTER EN ANGLAIS QUAND ON N’A RIEN À DIRE »

C’était le débat con de 2010 : « Y a-t-il une identité nationale française ? » Ce questionnement ne peut s’appliquer à la pop car difficile de trouver un rapport entre Phoenix, Bénabar et Booba. VoxPop a quand même posé la question de l’identité à un membre du groupe Ch’ti, Marcel & Son Orchestre, au programmateur musical de France Inter Bernard Chereze, au journaliste et biographe de Gainsbourg Gilles Verlant, au Fabulous Trobadors Claude Sicre et à un ancien Bérurier Noir, Loran, désormais Breton militant. Voilà leurs réponses.

Y a-t-il une identité musicale française ?

Gilles Verlant : En France, il y a une tradition de chanson à texte poétique, où le texte prime sur la mélodie. Et paradoxalement, il y a aussi une vieille tradition de chanson populaire, qui vient de la rue. Des chansons simples avec des mots simples. À côté de ça, il y a aussi une tradition de chanson sociale, qui vient souvent du peuple et pas de la bourgeoisie. Il y eut les mazarinades au XVIIe siècle, ensuite, les chansons révolutionnaires, et puis les chansons sociales, politisées. Tout cela, aujourd’hui, a donné aussi bien Brassens que Renaud. Mais en France, malgré un chauvinisme très prononcé, il y a aussi des éléments qui viennent d’ailleurs. Dans les Yéyés, il y a quelques bonnes chansons, mais Johnny, Dick et Eddy ne sont finalement que des copies. Et si l’on y réfléchit, Trénet, Aznavour ou Bécaud ont eux aussi piqué des rythmes étrangers au jazz ou à la rumba, tout en gardant une écriture française.

Claude Sicre (Fabulous Trobadors) : Il n’y a pas d’identité musicale française car il n’y a aucune musique populaire française qui rassemble l’ensemble de la population aujourd’hui. Rien depuis le musette. Entre 1880 et 1950, avant l’arrivée des influences afro-américaines, il n’y a que le musette qui réussissait à ressembler les gens. Même si c’est une musique qui a été fabriquée à Paris, c’était populaire, de tradition nationale et ça a également eu un impact rural.

Mouloud (Marcel et son Orchestre) : Il n’y a pas les mêmes pratiques entre les différentes régions, pas le même passé… Et puis, d’une période à une autre, on n’a pas la même perception des choses. Par exemple, après-guerre, le mambo était super important. Dans les années 80, on entendait des choses plus intéressantes que les copies des 60’s et des 70’s. Il y avait la scène alternative avec des mecs comme Les Garçons Bouchers. Leur slogan, c’était « les américains ont le blues, nous on a la java ! » Ils se réclamaient d’une culture française, européenne, même. Mais dans le rock aujourd’hui, je suis atterré. Quand tu viens d’un territoire, tu ne peux pas faire du Bob Dylan et parler du Minnesota. Tu parles de ce que tu vois… Et là on est reparti dans les années 60 avec des copies des grands frères anglo-saxons. Même Noir Désir, d’une certaine manière c’est Gun Club, mais en Français.

Selon vous, c’est quoi un chanteur/groupe français ?

Bernard Chérèze : Ça s’appelle Noir Désir, il y a quelques années. En electro, ça s’appelle Daft Punk. Mais aujourd’hui… Je ne vous réponds pas… Preuve du malaise…

Gilles Verlant : Ça n’a plus de signification aujourd’hui. Depuis la French Touch, avec des groupes comme Phoenix ou Revolver… Ils s’en foutent d’être français. Et pour le public international, le fait d’être français importe peu car ils chantent en anglais.

Claude Sicre : Un musicien français se doit d’être quelqu’un qui connaît très bien la musique du monde entier, sinon il est anachronique. Il connaît aussi les musiques des Pays de France, des régions. Il doit essayer – pas de façon utilitaire mais artistique – de renouer tous ces liens français dans une inventivité qui transforme les peuples et les classes sociales vers plus de connaissance d’eux-mêmes, vers plus de solidarité. Et puis, il doit pouvoir toucher un public à l’extérieur des frontières. La pop anglaise est anglaise, mais elle intéresse tout le monde. Les artistes français ont du pain sur la planche dans ce domaine, mais c’est bien, c’est un défi. À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire…

Mouloud : Ça doit être audacieux, débarrassé des règles et de la prétention mercantile, car l’idée de rentrer dans le moule, ce n’est jamais bon. Dans les textes de Marie-Paule Belle, il y a de l’entrain, de la vie… C’est ça qu’il faut. Les chanteurs français aujourd’hui sont en représentation, ils ne savent pas se lâcher. C’est insupportable. On manque de chanteurs qui acceptent de nous inviter à quelque chose de fort. Un chanteur engagé, pas forcément au sens politique. Quel que soit l’engagement. Par exemple, Michel Sardou, je ne suis pas fan, mais quand il chante dans « Je vais t’aimer/À faire pâlir tous les Marquis de Sade/À faire rougir les putains de la rade/À faire crier grâce à tous les échos/À faire trembler les murs de Jéricho/Je vais t’aimer », tu imagines la nana à qui il dit ça et tu te dis « Mais qu’est-ce qu’elle va prendre, quoi ! » Il vaut mieux de l’excès dans l’interprétation.

L’identité musicale française a longtemps été associée à des artistes comme Ferrat, Ferré, Brassens, Gainsbourg. Etait-ce justifié ? Est-ce que ça l’est encore aujourd’hui ?

Gilles Verlant : La plus grande star en France, c’est Charles Aznavour. Il est connu dans le monde entier. Je l’ai vu marcher dans les rues à Cuba, pays où ses disques n’étaient pas distribués. Les gens descendaient dans la rue chanter ses chansons. Brassens a été traduit en espagnol, Brel en anglais…

Claude Sicre : Ces artistes comme Jean Ferrat ont, à leur époque, incarné la chanson française face à la déferlante nord-américaine. Les élites françaises les ont mis en avant pour faire face à tous les courants, comme les Yéyés par exemple. Leurs chansons parlaient beaucoup plus à une certaine partie de la population comme les ruraux. Mais il faut dire que, musicalement, ils n’étaient pas du tout inspirés par le folklore français, et ce même s’ils chantaient en français. Il n’y a qu’à écouter Gainsbourg pour le comprendre.

Loran (Ramoneurs de Menhirs) : Je respecte énormément des gens comme Ferré, avec des textes engagés. Mais Ferré était signé sur une major. Il était chez Barclay, qui est quand même une grosse caricature du showbiz. C’est un autre monde. Et aller voir Ferré en concert coûtait vraiment cher. Tout le monde ne pouvait pas se le permettre…

La culture française est-elle assez valorisée dans la diversité de son patrimoine musical régional ?

Bernard Chérèze : Je peux comprendre, si j’étais corse, que des chants corses puissent me toucher. Mais je ne suis pas corse… Donc c’est compliqué d’avoir cette émotion. Quand on est sur place en vacances, on le vit beaucoup mieux. Ça nous fait vibrer parce qu’on est dans cette ambiance-là. Mais sinon ce n’est pas facile à partager. Après, certains artistes sont capables d’écrire des chansons universelles à l’échelle d’un pays. D’autres même à l’échelle d’un continent et encore plus forts, à celle de la planète. Il y a des moments où le talent devient totalement universel. Si vous écoutez « Ne me Quitte pas » de Brel, que vous soyez colombien, corse ou polonais, la chanson vous émeut parce qu’elle est magnifique, tout simplement. Elle parle à tout le monde.

Gilles Verlant : La musique dite « régionale » est bonne quand on intègre seulement un élément ou un instrument traditionnel. Mais c’est difficile de survivre à un concert de musique folklorique comme Tri Yann. Il n’y a rien de plus chiant. Jean-Paul Sartre disait : « Il y a des fruits qui ne supportent pas le voyage. » Je pense que cette musique doit être écoutée sur place.

Loran : Si la France était une fédération avec différentes tribus, les Bretons, les Occitans, les Basques, etc… Là il y aurait une culture française forte. Et surtout, riche artistiquement ! Au lieu de ça, on impose une voix, on impose une même culture, une même façon de parler et donc une même façon de chanter. Les artistes ont trop laissé de contrôle au showbiz durant toutes ces années et ça a détruit la musique et la culture.

Mouloud : C’est difficile de faire sortir des artistes. Dans le Nord-Pas-de-Calais, il y a très peu de relais de la part des médias. Ils veulent bien faire découvrir ce que l’on connaît déjà. Pourtant, on est plus de 4 millions dans la région, pratiquement autant qu’en Irlande, et il y a beaucoup de production musicale. Ça facilite les choses quand on peut bénéficier d’une aide politique et économique. Mais prends l’exemple de « Lille, capitale européenne de la culture » (2004) : ils ont invité des stars d’ailleurs…

Le quota de 50% de chansons de langue française à la radio, toujours en vigueur aujourd’hui et qui était censé protéger la culture française, 
n’a-t-il pas un effet, au contraire, discriminatoire pour les artistes qui chantent en patois ?

Claude Sicre : Des quotas, pourquoi pas… Mais de toute façon, les gens les plus investis ne demandent pas d’aide… Ils travaillent dans leur coin. Le plus dangereux c’est quand les institutions remettent des prix à certains artistes et font des classements. Là, c’est catastrophique, car les institutions dictent ce qui est bien ou pas.

Loran : Cette histoire de quota est discriminatoire, car les diffuseurs estiment encore que le basque, le corse, l’occitan ce n’est pas français. Ils pensent que les gens sont français, mais nient leur culture… Je suis incapable de comprendre ce que disent beaucoup de jeunes aujourd’hui car ils parlent en contractant les mots ou en langage texto… Et personnellement, je n’utilise pas le terme « patois » car c’est de l’ancien français qui veut dire en gros « parler avec ses pieds ». C’est connoté, sans que les gens le sachent forcément.

Que pensez-vous des groupes ou artistes français qui privilégient l’anglais pour chanter ?

Bernard Chérèze : C’est ce qui me désole en ce moment. 70% des artistes, surtout inconnus, chantent en anglais. Pourquoi autant ? Ce mouvement de masse m’irrite. Pourquoi ne pas travailler avec notre langue ? Elle existe, elle est belle. Bashung a prouvé que l’on pouvait faire une grande qualité avec cette langue dans le rock. J’en ai marre de cette vague folkeuse qui chante en anglais et qui vient de Clermont-Ferrand ou de Bordeaux. Cette mode va dans le mur.

Claude Sicre : Vous savez, pendant très longtemps, la France n’a pas chanté en anglais… Il y avait une grosse tenue du marché national en France. Et même dans le rock’n’roll, ils chantaient en français ! C’est une particularité de la France. Dans les pays du nord par exemple, c’est différent car il y a un apprentissage de l’anglais plus aisé. Aujourd’hui, en France, c’est peut-être la recherche de plus grands marchés qui pousse les artistes à chanter en anglais… Les gens sont aussi plus proches d’une sensibilité nord américaine. Ils ont tous grandi dans cet imaginaire construit par les médias. Mais vous savez, à moins d’être très bon, ça ne va pas les aider de chanter en anglais. Sauf dans certaines niches peut-être. Mais dans le rock, il y a une sacrée concurrence…

Loran : C’est tellement facile de chanter en anglais quand on n’a rien à dire… Et puis, les gens pensent qu’il n’y a que l’anglais pour chanter du rock. C’est faux. Il y a des groupes de punk basques qui ne chantent pas en anglais mais ça sonne bien. En fait, c’est juste qu’ils ne savent plus écrire en français. L’homme, aujourd’hui, n’utilise que 300 mots de vocabulaire, paraît-il… Il a donc un complexe qu’il tente de cacher avec l’anglais.

Mouloud : C’est peut-être une question de pudeur… Les gens se disent qu’ils ont l’air moins con en faisant ça. Mais relisez les textes de Boris Vian. Il n’y a pas forcément de trouvailles stylistiques. Ce sont justes des textes habiles… C’est peut-être aussi de la paresse, un manque de curiosité, voir de l’inculture. « Sex is fashion », on est dans la culture du slogan aujourd’hui. Ils pensent que ça sonne mieux car l’anglais est plus radical.

Adrien Toffolet
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Dim 6 Fév - 23:22

L'affaire du siècle : c'est ICI !
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Dim 6 Fév - 23:31

agnes a écrit:
L'affaire du siècle : c'est ICI !
Hummmmmmm j'en ai toujours rêvé
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Lun 7 Fév - 12:49

Je viens de voir qu'Andrée Chédid était décédée hier soir... C'était une grande dame de la littérature. Dans chaque émission où ils étaient invités, son fils et son petit-fils ne manquaient pas d'avoir une parole pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
MéLie-MéLo

avatar

Messages : 2667
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 30
Localisation : Doubs

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Lun 7 Fév - 23:16

L'inculte que je suis ne la connaissait pas, mais c'est toujours triste pour ceux qui restent...
J'espère que son fils lui a "assez dit qu'il l'aimait".
Merci Kiki d'avoir salué sa mémoire, et par la même occasion de me la faire découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
http://myspace.com/moi_melimelo
Laurence

avatar

Messages : 4714
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 50
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Mar 8 Fév - 15:44

Louis Chedid avait parlé d'elle à Taratata (je crois, c'était en tout cas une émission récente) et les allusions qu'il avait faites n'incitaient pas à l'optimisme (il évoquait notamment de grosses difficultés pour communiquer avec elle)...
Revenir en haut Aller en bas
http://lirevoir.unblog.fr/
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Mer 9 Fév - 17:07

Il me semble que, sur ce forum, il y a en quelques unes (uns ?) à aimer Katherine Pancol ("Les yeux jaunes des crocodiles", "La valse lente des tortues", ...). Elle sera l'invitée de Flavie Flament sur RTL, mardi 15 février dans "Tout le plaisir est pour nous", de 15 h à 16 h.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Carine

avatar

Messages : 779
Date d'inscription : 03/12/2009
Age : 39
Localisation : Nîmes (30)

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Jeu 10 Fév - 23:22

C'est gentil Kiki Smile je vais voir si je peux enregistrer la radio parce qu'à cette heure là, je serai au travail
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Jeu 10 Fév - 23:30

Carine a écrit:
C'est gentil Kiki Smile je vais voir si je peux enregistrer la radio parce qu'à cette heure là, je serai au travail
Ne t'inquiète pas l'émission sera en réécoute ICI.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Sam 12 Fév - 0:39

@ Mélie et Catherine :
Faites-vous le concours de l'Est Républicain ?
Il démarre facile cette année ...
Revenir en haut Aller en bas
Carine

avatar

Messages : 779
Date d'inscription : 03/12/2009
Age : 39
Localisation : Nîmes (30)

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Sam 12 Fév - 7:53

C'est quio ce concours ?? (non je ne suis pas curieuse !)
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Sam 12 Fév - 9:28

La curiosité est plutôt une qualité ...
Le concours dure plusieurs semaines. On a une liste de lieux et chaque jour paraît une photo d'un détail architectural du département. Cette année ce sont les forts ou châteaux-forts... Il suffit de marier les deux ... Il y a 20 photos, 20 lieux,on en est au 8ème ... Voilà !
En général il y a 1000 gagnants pour 100 lots ! Tirage au sort, je n'ai jamais rien gagné ! Mais on découvre la région ...
Revenir en haut Aller en bas
Carine

avatar

Messages : 779
Date d'inscription : 03/12/2009
Age : 39
Localisation : Nîmes (30)

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Sam 12 Fév - 9:39

Ok Smile C'est marrant, et vraiment intéressant de découvrir sa région de cette manière là
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Sam 12 Fév - 23:23

Comment s'incruster à un dîner réunissant des vedettes politiques, artistiques ou de la jet-set ? Suivez les traces de Gonzague Laughing. Bruno ne s'est pas laissé prendre (à voir à 1'56")

Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Agnès

avatar

Messages : 11177
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Sam 12 Fév - 23:49

Pas fou Bruno !
J'ai bien vu passer cette vidéo, mais je n'ai pas pensé une seconde que Bruno pouvait être dessus !
Revenir en haut Aller en bas
kiki
Admin
avatar

Messages : 10533
Date d'inscription : 08/07/2009
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Dim 13 Fév - 0:02

agnes a écrit:
Pas fou Bruno !
J'ai bien vu passer cette vidéo, mais je n'ai pas pensé une seconde que Bruno pouvait être dessus !
Pourtant j'avais mis sur le forum d'autres vidéos de ce dîner au cours duquel il a été interviewé.
Revenir en haut Aller en bas
http://benabaretcie.forumactif.org
Laurence

avatar

Messages : 4714
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 50
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   Dim 13 Fév - 0:02

Quel culot ! Autant je n'aime pas les pique-assiettes, autant j'admire ce genre de types, qui s'incrustent juste pour le fun, et jouent sur le côté "tous copains" des people. J'aime bien la réaction de Bénabar qui ne fait pas semblant de le connaître, et est gentil en même temps ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://lirevoir.unblog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parlons de tout et de rien, sauf de musique !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parlons de tout et de rien, sauf de musique !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 39 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bénabar :: Le Forum :: Discussions-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: